Mémoire Online: Etude phytochimique de la plante pulicaria laciniata

Sommaire: Etude phytochimique de la plante pulicaria laciniata

INTRODUCTION
I GENERALITES
– Propriétés des plantes médicinales
– Principales substances curatives des plantes médicinales
– Quelques plantes médicinales et aromatiques
– Vertus thérapeutiques des plantes.
II BOTANIQUE
– Classification.
– Caractéristiques générales
– Utilisations
– Principaux genres
– Caractéristiques botaniques des pulicaires.
III TRAVAUX ANTERIEURS.
IV ETUDE DES COMPOSES TERPENIQUES
– Description des monoterpènes
– Description des sesquiterpènes
– Description des triterpenes
– Biogenèse des terpenoides
– Biogenèse des sesquiterpènes
– Biogenèse des triterpenes et des stéroïdes
V PROTOCOLE EXPERIMENTAL.
– Extraction
– Traitement de la phase chloroformique.
– Traitement de la phase ethero-petrolique
VI RESULTATS ET DISCUSSIONS.
CONCLUSION
REFERENCES

Extrait du mémoire étude phytochimique de la plante pulicaria laciniata

I: GENERALITES
LES PLANTES MEDICINALES
Dès son apparition, pour se soigner et remédier à ses maux, l’homme s’oriente rapidement vers le monde végétal, omniprésent autour de lui. Les premiers sorciers guérisseurs connaissaient déjà des plantes comme la Camomille, le Chanvre, le Pavot, etc., dont ils ont appris les effets sur la maladie par l’expérience et une observation attentive . Cet intérêt tout particulier porté à l’art de guérir se remarque également tout au long de l’histoire. Très tôt au cours de l’évolution, les hommes pour traiter les problèmes de santé, utilisèrent les ressources présentes dans leur environnement naturel. Les plantes tinrent une place très importante qui ne s’est jamais démentie

Propriétés médicinales des plantes
Les plantes, dont les effets ne sont pas connus précisément , en-dehors du fait qu’ils ont été observés un grand nombre de fois, occupent une place importante dans les sociétés. Une plante médicinale est une plante dont un des organes, la feuille , l’écorce ou la racine possède des vertus curatives et même toxiques parfois, selon son dosage.
La phytothérapie (médecine parallèle ou traditionnelle) est le traitement par les plantes ( par la consommation ou l’utilisation en voie externe, de produits préparés à partir de plantes traitées de manière très sommaire : mélangée à de l’eau par infusion, décoction ou macération sans passer par une étape de sélection des molécules ; ce n’est pas seulement le principe actif qui est consommé, mais tout ce que contient la plante). Le hasard et toute l’attention accordée à l’observation ont permis peu à peu de découvrir de nombreuses vertus aux plantes : adoucissantes, antiseptiques, dépuratives, cardiotoniques etc.
Depuis le 20 ème siècle et jusqu’à nos jours, la phytothérapie remonte à la surface et devient aussi importante que la chimiothérapie .Ce regain d’intérêt vient d’une part du fait que dans bon nombre de pays en voie de développement l’accès aux soins et aux médicaments modernes est devenu difficile, et d’autre part du besoin de la recherche, dans les autres pays, d’une meilleure médication par une thérapie plus douce sans les  effets secondaires.
La phytothérapie a constitué une source de remède par excellence .La notion de principe actif des plantes permet à la chimie de dominer le 21ème siècle par les multiples travaux entrepris consistant à leur isolation.
Les principes actifs, plus efficaces, plus faciles à doser sont préférés à l’ensemble de la plante dont l’efficacité est plus difficile à obtenir.
Plus de 22000 plantes médicinales sont répertoriées par l’organisation mondiale de la santé (O.M.S) mais seules certaines sont couramment exploitées aujourd’hui. Elles possèdent toutes une activité pharmacologique reconnue et constituent un réservoir de matière première à la source de presque la moitié des spécialités pharmaceutiques classiques 77. L’Afrique possède à elle seule près de 65% des espèces végétales angiospermes recensées sur l’ensemble de la planète. Beaucoup de flores font actuellement l’objet d’études systématiques, comme celles des régions tropicales d’Asie (Chine, Inde, etc), d’Amérique Centrale (Brésil, Equateur, etc.) et d’Australie.
Comparée aux précédentes, la flore de l’Afrique qui a vu naître le premier hominidé de l’univers terrestre, semble connaître un frémissement moindre. Pourtant, cette dernière constitue une formidable source d’étude de milliers d’espèces végétales dont nombreuses sont encore inexploitées.

………..
Si le lien ne fonctionne pas correctement, veuillez nous contacter (mentionner le lien dans votre message)
Mémoire Online: Etude phytochimique de la plante pulicaria laciniata (17.44 MB) (Cours PDF)

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *