Comprendre le livre aujourd’hui

DÉFINITIONS

«Comment, dès lors comprendre le livre aujourd’hui, alors qu’il faut désormais préciser si l’on parle du livre «papier» ou du livre numérique, avec toute l’ambiguïté de ce dernier terme?». Livre = «Assemblage de feuilles manuscrites ou imprimées destinées à être lues[…]Ouvrage constituant un volume imprimé.» Livre numérique = Œuvre dématérialisée. Liseuse= Support de lecture

UNE EXPANSION CONSIDÉRABLE MODE OU RÉVOLUTION ?

Années 1960 : Apparition d’Internet Années 1990 : Apparition du World Wide Web
«Une mode? Plutôt une véritable révolution! L’informatique, devenue multimédia et communicante, s’impose dans tous les secteurs de l’activité humaine: économique, social, culturel, ludique, médical, etc. […] Cette aventure ne touche plus seulement une poignée de bidouilleurs, elle concerne chacun de nous. «L’information n’est plus une histoire d’ordinateur, c’est un mode de vie», écrit Nicholas Negroponte, fondateur du Media Lab.»

UNE EXPANSION CONSIDÉRABLE «L’ÉCRAN RYTHME DÉJÀNOTRE VIE»

«Allez, osons le reconnaitre: n’en déplaise à notre attachement romantique au papier, l’écran rythme déjà notre vie. Nous répondons à nos courriels dès le saut du lit, feuilletons nos journaux sur le web, fouillons en ligne les catalogues des bibliothèques… […] C’est aussi insidieux qu’indéniable: nos pratiques culturelles ont changé. Un processus qui s’est fait lentement depuis notre accès à un Internet au tournant des années 90.»

UNE EXPANSION CONSIDÉRABLE UN NOUVEAU MARCHÉÀCONQUÉRIR

«De plus en plus d’éditeurs parlent de se concentrer sur la pointe de la juteuse pyramide de l’information, en rendant accessible par un ordinateur les données auxquelles on parvenait jusqu’ici simplement par le livre. Bien que mon propos ne soit pas de discuter ici des mérites de ces nouvelles technologies, qui sont bien sûr très importantes, il faut néanmoins noter qu’un nombre croissant de conglomérats considèrent ce domaine comme extrêmement rentable.

UNE EXPANSION CONSIDÉRABLE PROGRESSION ÉCONOMIQUE

«Avec 356millions d’exemplaires écoulés l’an passé, pour une production de plusieurs dizaines de milliers de titres, le marché du livre reste un secteur important en France. Il est toutefois en baisse et a de nouveau chuté de 2,7 % en 2013. Il est ainsi et pour la première fois depuis un moment passé sous la barre des 4 milliards d’euros (3,9 milliards précisément). Mais si l’on s’intéresse de près au marché numérique, la logique est différente. En 2013, portés par le succès des liseuses, des tablettes et des smartphones, les livres numériques ont généré44 millions d’euros. Un beau résultat par rapport à2012, puisqu’en hausse de 110 %.Mais par rapport au marché total du livre, cela ne représente que 1,1 % du chiffre d’affaires. Une goutte d’eau donc. En volume, le rapport est d’ailleurs similaire, puisque 5 millions de titres numériques se sont vendus, soit 1,4 % du marché.»

Lire sur cLicours.com :  Cours X Windows Client/Serveur

LA FRANCE : UN CAS PARTICULIER LA FRANCE EST EN RETARD

«Pour rappel, le marché des ebooks aux États-Unis est incomparable à celui de la France. Il représente environ 5 milliards de dollars, soit environ 30 % des ventes parmi les livres grand public.»
«La France a un certain retard sur le livre numérique. Aux Etats-Unis, Amazon joue déjà avec les multiples fonctionnalités des liseuses. On explique plus aux américains en quoi la lecture numérique peut leur apporter un plus, on est au-delà de ça. Récemment, j’ai observé les publicités des e-books de la Fnac, le Fnac book et de Chapitre, […] que j’ai trouvé bien révélatrices de la situation française: ce sont des pubs tout ce qu’il y a de plus pédagogiques avec des mises en scène ringardes»

LA FRANCE : UN CAS PARTICULIER CRÉER UNE DEMANDE

««En France, le marché n’existe pas», déclarait en avril 2010 Serge Eyrolles, président du Syndicat national de l’édition (Livres Hebdo, 22 avril 2010), «pas encore» précisait quelques mois plus tard, Arnaud Nourry, PDG d’Hachette Livre (Livres Hebdo, 3 septembre 2010). Depuis, on estime que le marché du livre numérique représentait, en 2011, 1% à 2% de celui du livre «papier»[…] mais on considère généralement qu’il est promis à un développement important dans les toutes prochaines années: de l’ordre de 5 à15% à l’horizon 2015, avec un chiffre d’affaire qui pourrait atteindre alors 250 millions d’euros d’après la société d’études Xerfi. Encore faut-il que se constituent une offre et une demande pérennes et des conditions pertinentes de rencontre et d’articulation entre elles, en un mot un vrai modèle économique.»

Cours gratuitTélécharger le cours complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.