Cours électricité choix et classifications de l’appareillage

Cours, schémas et appareillages électriques, tutoriel & guide de travaux pratiques en pdf.

CHOIX ET CLASSIFICATIONS DE L’APPAREILLAGE

Choisir l’appareillage électrique adapté au récepteur demande une bonne connaissance du comportement du récepteur lors de l’utilisation normale et lors de dysfonctionnement en prenant en considération la cadence de fonctionnement, le risque de surcharge, la résistance aux courts-circuits et la résistance aux surtensions. Les constituants (appareillages, sous‐ensembles) doivent être conformes aux normes correspondantes et convenir à leur application particulière en ce qui concerne la présentation extérieure de l’ensemble (ouvert ou enveloppé), leurs caractéristiques électriques et mécaniques.
Cours Schémas et appareillages électriques Master Commande des systèmes électriques
Certaines de ces caractéristiques peuvent être affectées par leur incorporation à un ensemble ; c’est notamment le cas des fusibles, des contacteurs et des interrupteurs, susceptibles de faire l’objet d’un déclassement (diminution de leur courant assigné), compte tenu des conditions de voisinage avec d’autres matériels et de la température intérieure, en fonctionnement, de l’ensemble. Une coordination doit également être assurée entre les courants maximaux admissibles de certains appareils et les caractéristiques des dispositifs de protection placés en amont. Lorsque les indices de protection IP ont été spécifiés pour l’enveloppe, les matériels encastrés doivent avoir une tenue correspondante, à moins de recevoir une protection complémentaire ; il en est de même des dispositifs de commande…
L’appareillage électrique est classé en plusieurs catégories selon :

a. sa fonction ; Pour adapter la source d’énergie au comportement du récepteur, il est défini cinq grandes fonctions à remplir par l’appareillage électrique : • le sectionnement : il est nécessaire d’isoler, en tout ou partie, les circuits, les récepteurs de leur source d’énergie afin de pouvoir intervenir sur les installations en garantissant la sécurité des intervenants (électriciens habilités). • l’interruption : alors que l’installation est en service, le récepteur remplissant sa fonction, il est parfois nécessaire d’interrompre son alimentation en pleine charge, ceci pouvant faire office d’arrêt d’urgence. • la protection contre les courts-circuits : les installations et les récepteurs peuvent être le siège d’incidents électriques ou mécaniques se traduisant par une élévation rapide et importante du courant absorbé. Un courant supérieur de 10 à 13 fois le courant nominal est un courant de défaut. Il est assimilé à un courant de court-circuit. Afin d’éviter la détérioration des installations et des appareillages, les perturbations sur le réseau d’alimentation et les risques d’accidents humains, il est indispensable de détecter ces courts-circuits et d’interrompre rapidement le circuit concerné. • la protection contre les surcharges : les surcharges mécaniques et les défauts des réseaux d’alimentation sont les causes les plus fréquentes de la surcharge supportée par les récepteurs (moteurs). Ils provoquent une augmentation importante du courant absorbé, conduisant à un échauffement excessif du récepteur, ce qui réduit fortement sa durée de vie et peut aller jusqu’à sa destruction. • la commutation : son rôle est d’établir et de couper le circuit d’alimentation du récepteur.

b. sa tension ; On distingue les domaines de tension suivants: • la basse tension BT qui concerne les tensions inférieures à 1 kV ; • la moyenne tension MT (HTA) qui concerne les tensions entre 1 kV et 50 kV ; • la haute tension HT (HTB) qui concerne les tensions supérieures à 50 kV.

c. sa destination ; L’appareillage électrique est destiné à fonctionner dans les réseaux ou installations principaux suivants: • installations domestiques BT (< 1 kV) • installations industrielles BT (< 1 kV) • installations industrielles HT (3,6 à 24 kV) • réseaux de distribution (< 52 kV) ; • réseaux de répartition ou de transport (≥ 52 kV) ;

d. son installation ; On peut distinguer : • le matériel pour l’intérieur, qui est destiné à être installé uniquement à l’intérieur d’un bâtiment, à l’abri des intempéries et de la pollution, avec une température ambiante qui n’est pas inférieure à – 5 °C (éventuellement – 15 °C ou – 25 °C) ; • le matériel pour l’extérieur, qui est prévu pour être installé à l’extérieur des bâtiments, et qui par suite doit être capable de fonctionner dans des conditions climatiques et atmosphériques contraignantes.

e. le type de matériel ; Deux types sont distingués : • le matériel ouvert, dont l’isolation externe est faite dans l’air; • le matériel sous enveloppe métallique ou blindé, muni d’une enveloppe métallique, reliée à la terre, qui permet d’éviter tout contact accidentel avec les pièces sous tension. • f. la température de service ; L’appareillage est prévu pour fonctionner avec les températures normales de service suivantes: • la température maximale de l’air ambiant n’excède pas 40 °C et sa valeur moyenne, mesurée pendant une période de 24 h, n’excède pas 35 °C ; • la température minimale de l’air ambiant n’est pas inférieure à – 25 °C ou – 40 °C.

Cours gratuitTélécharger le cours complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *