Etude de la saisonnalité de la collecte de crabes des palétuviers Scylla serrata

Madagascar, « île continent », occupe la troisième place parmi les grandes îles du monde en matière de superficie. Son littoral concerne plus de 51% du territoire et abrite près de 65% de la population totale. Mais la plus importante parmi les activités génératrices de revenus est indiscutablement la pêche et l’aquaculture. La grande île dispose aussi d’une importance ressource halieutique, biologique, écologique et économique bien reconnue et considérable appelée la mangrove. Elle occupe une superficie non négligeable de 300.000 ha d’après KIENER (1963) soit 3000 km² environ.

La mangrove abrite également des espèces à fort intérêt halieutique, dont le crabe de palétuviers Scylla serrata Forskal, 1755 ; et c’est une espèce typiquement tropicale. Elle est la seule espèce dont l’importance (quantitative et qualitative) est d’intérêt commercial. Le crabe de palétuviers Scylla serrata est exploité de façon traditionnelle dans un habitat circonscrit aux forêts de mangroves.

Une variation importante de la capture de crabes est due à la concurrence avec les autres activités, aux paramètres du milieu comme les facteurs climatiques et lunaires et le cycle biologique des crabes. La connaissance de la saisonnalité des crabes permet-elle de contribuer à la gestion durable de la pêcherie et pour le développement d’une industrie économiquement viable et socialement acceptable?

De plus, les stocks de crabes de palétuviers subissent en effet depuis plusieurs années un effort de pêche intense par la haute valeur commerciale du produit. Souvent le crabe est vendu uniquement vivant et par la demande croissante du consommateur local. Mais, le fait de savoir les potentialités réelles du stock de Scylla serrata et l’état actuel des ressources permettent-ils d’aboutir à une meilleure valorisation du produit exploité ? Puisque la chair de crabe préparée à Madagascar est encore insuffisamment acceptée par le consommateur européen. C’est la raison pour laquelle, l’exploitation des crabes vivants est encore limitée par les normes internationales.

Présentation du site d’étude 

Région Boeny 

Située sur la partie Nord-Ouest de Madagascar, la Région Boeny s’étend sur une superficie de 32 386 km² et comporte une longue façade maritime (environ 686 km) bordée par le Canal de Mozambique. Cette région est délimitée à l’Est par la Région de Sofia, au Sud par la Région de Betsiboka et à l’Ouest par la Région de Melaky.

Elle est composée de six districts dont Mahajanga I comme Chef lieu de Région, Mahajanga II au Nord, Soalala à l’extrème Sud-Ouest, Mitsinjo au Sud, Marovoay au centreSud et Ambato Boeny à l’Est (MPRH, 2006 ; cité par RAKOTOARIMANANA, 2011).

La région est soumise à un climat de type tropical chaud avec deux saisons marquées: l’une chaude et pluvieuse de 3 à 5 mois de novembre à mars, et l’autre sèche de 7 à 9 mois d’avril à octobre.

La pluviosité moyenne annuelle est d’environ 119,43 mm et les températures moyennes annuelles sont comprises entre 22° à 29° C. Cette région est balayée par deux vents dominants, la mousson (« talio ») venant du Nord-Ouest d’Octobre à Mars et l’alizé (« alizay ») du Sud-Est pour le reste de l’année. A ces vents s’ajoutent trois autres d’importance moindre quant à leur durée et/ou force : le « kosy » précédant la saison sèche qui peut parfois devenir violent et qui souffle du Sud-ouest, l’ « avaraka » soufflant du Nord en Janvier à février, et le « mantasaly » durant la saison humide toujours accompagné de pluies torrentielles. (BAUTIL et ARDILL, 1991) .

Société assistante : PECHEXPORT 

La société PECHEXPORT SARL transformée en Société anonyme actuellement a été créée en 1983 par Monsieur Claude PAGES. Les principales activités de l’usine sont basées sur toutes opérations relatives à l’exportation des produits halieutiques de Madagascar, en particulier les crevettes, les crabes et les poissons. La quasi-totalité de la production est destinée à l’exportation par l’intermédiaire de FRESHPACK.

LIRE AUSSI :  Microscopie et spectroscopie tunnel à basse température 

La société est détenteur de 4 licences de pêche industrielle, 4 agréments sanitaires CEE PECHEXPORT et affrète 4 bateaux industriels pour la pêche aux crevettes dont l’activité est axée sur le traitement des crevettes entières, étêtées et poissons d’accompagnement. Concernant la filière crabes, elle dispose également de 4 bateaux de pêche artisanale et 3 vedettes de collecte, mais actuellement ces embarcations ne sont plus utilisées et ce depuis 2009. Ainsi, l’approvisionnement en crabes de la société est assuré par les divers collecteurs contractants avec la société et par les collecteurs privés et quelques pêcheurs.

Mangroves

Les racines aériennes des mangroves forment une toile complexe, qui abrite une multitude d’espèces animales (poissons, mollusques, crustacés). Et, elles servent de zones d’accouplement, de refuges et de pépinières pour un nombre impressionnant d’autres espèces.

De plus, les mangroves constituent un habitat important pour les invertébrés. Plusieurs espèces de Crustacés utilisent l’écosystème de mangroves comme nourricerie jusqu’au stade subadulte, en particulier les crevettes (Fenneropenaeus indicus, Penaeus monodon, Alpheus crassimanus, Alpheus edwardsii, RAZAFINDRAINIBE, 2012), ou comme habitat. L’espèce la plus commune est certainement le crabe des palétuviers, Scylla serrata, dont le potentiel était évalué à 7 500 tonnes pour la totalité des mangroves de Madagascar, (RAZAFINDRAINIBE, 2012). Parmi les autres crustacés de valeur commerciale élevée figurent les crevettes pénéides qui y séjournent aux stades postlarves et juvéniles.

Les mangroves jouent aussi un rôle important dans la protection et l’équilibre écologique du milieu marin et côtier de la région, d’une part. Et, d’autre part, elles constituent des zones de haute productivité et d’habitats d’une faune abondante. Ces mangroves constituent des zones de nourriceries et d’habitats pour une faune abondante mais souvent relativement pauvres en nombre d’espèces par rapport à d’autres écosystèmes en raison des conditions particulières du milieu. Plusieurs d’entre eux y résident en permanence, certains temporairement (cas des oiseaux migrateurs) et d’autres y vivent seulement au stade juvénile, (ANDRIAMALALA, 2007).

Table des matières

INTRODUCTION
I. Présentation du site d’étude
I.1 Région Boeny
I.2 Société assistante : PECHEXPORT
I.3 Mangroves
II. Le crabe Scylla serrata
II.1 Répartition géographique dans le monde
II.2 Production mondiale de crabe
III. MATERIELS ET METHODES
III.1 Matériels
III.1.1 Moyens biologiques : biologie du crabe
III.1.2 Moyens humains
III.1.3 Moyens techniques
III.2 Méthodologie d’approche
III.2.1 Recherches bibliographiques
III.2.2 Descente sur terrain
III.2.3 Traitement des données
III.3 Avantages, inconvénients et limites des matériels et méthodes
III.3.1 Avantages
III.3.2 Inconvénients
III.3.3 Limites
IV. RESULTATS
IV.1 Pêche aux crabes
IV.1.1 Méthodes de la pêche à pied
IV.1.2 Méthodes avec pirogues
IV.2 Circuits de collecte et de commercialisation des crabes
IV.2.1 Commercialisation des crabes
IV.2.2 Circuit de la collecte
IV.3 Localisation des principales zones de pêches
IV.3.1 Différentes zones de pêches à Madagascar : Production et qualité des crabes
IV.3.2 Comparaison de l’approvisionnement en crabes de deux sociétés
IV.4 Classification des crabes collectés
IV.4.1 Variation de la production de crabe de palétuviers
IV.4.2 Classification des tailles de crabes collectés
IV.5 Etude des prix de crabes
IV.5.1 Variations de prix auprès des pêcheurs
IV.5.2 Variations des prix au niveau des différentes sociétés
IV.5.3 Prix d’achat des crabes avec boue au sein de marchés de la ville
IV.6 Taux de prises
IV.7 Perte après capture
V. DISCUSSIONS ET SUGGESTIONS
V.1 Discussions
V.1.1 Variation de la période de pêche suivant les conditions météorologiques et les infrastructures
V.1.2 Variation de la capture en fonction des engins et des zones de pêche
V.1.3 Compétition des autres ressources
V.1.4 Etude des problèmes liés à la commercialisation des crabes de palétuviers
V.1.5 Problèmes liés à la production des crabes
V.2 Propositions d’améliorations
V.2.1 Taille minimale des captures
V.2.2 Protection des femelles ovées et interdiction des captures de crabes mous
V.2.3 Préservation de la mangrove
V.3 Suggestions
CONCLUSION
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
ANNEXES

Télécharger le document complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *