Gestion et analyse des données sociodémographiques

DISCUSSION

Les limites de notre étude : Au terme de notre étude transversale descriptive, qui s’est déroulée du 30 Mars au 30 Mai 2014 dans la commune II du district de Bamako, nous avons questionné 312 ménages. Les difficultés rencontrées ont été pour la plupart liées à la réticence de certains ménages face aux questionnaires, et les multiples préoccupations des ménages pendant la matinée constituaient un frein à notre étude. Caractéristiques sociodémographiques des usagers : Age: La moyenne d’âges extrêmes la plus représentée était celle de [27-35] ans soit 28,2% des cas. Ce résultat témoigne de la jeunesse de la population de la commune II en particulier et celle de Bamako en général Sexe: Les femmes sont majoritaires avec 69,9% contre 30,1% de sexe masculin ce résultat est proche de l’étude de Diakité L en 2009 et de NIMAGA M en 2011 qui ont également rapporté une prédominance féminine soit respectivement 69,6% et 75%. [15] [16] Cette prédominance féminine reflète l’état même de la population du Mali où on a prédominance du sexe féminin, de plus les hommes travaillent et sont souvent absents de la maison au moment de l’enquête. Profession: La profession ménagère a été la plus représenté avec 40,1%. Body A.B en 2010 et NIMAGA M en 2011 ont également rapporté une prédominance des ménagères avec respectivement 51% et 50,2%. [17] [16] Cela pourrait s’expliquer par le fait que les enquêtes ont eu lieu dans la matinée alors que les travailleurs étaient absents de leurs maisons. Statut matrimonial: Dans notre étude 67,3% des participants étaient mariés. Ce résultat est similaire aux résultats de Nimaga M en 20011 qui a trouvé également une prédominance des mariés soit 73,4% [16].

Statut dans la famille:

Les mères ont représenté 51,3% des enquêtés. Diakité L en 2009 a également rapporté une prédominance des mères soit 57,1%. [15]. Cet état de fait, confirme la place de la mère dans la gestion des situations de maladies dans la société malienne. Une étude menée au Mali, atteste que la femme intervient, pour sa propre santé, celle de ses enfants et dans la prise en charge des dépenses de santé. (Traoré et all, 1992) [18]. Utilisation des services des centres de santé: A la lumière de nos résultats, nous avons observé que 285 personnes ont fréquenté les centres de santé sur les 312 soit 91,3% contre 27 soit 8,7%. Body A.B a trouvé un taux de fréquentation a 59% en 2010[17]. Utilisation des méthodes de traitements non médicaux: Parmi l’ensemble des participants à l’étude soit 312 ménages, 51,6% ont affirmé avoir eu recours à des pratiques non médicales pour leurs traitements ou en complément du traitement médical contre 48,4%. Aussi, il ressort de notre étude que le recours aux guérisseurs traditionnels est la méthode la plus utilisée par la population avec un taux de 65,8%. En effet, nous constatons que 81,1% des usagers se sont rendus directement dans un centre de santé après la découverte de la maladie. De plus, seulement 10,2% des usagers ont d’abord tenté le traitement traditionnel ces deux derniers résultats sont différents de ceux de Diakité L en2009 qui a trouvé 23,2% et 50,4%.

Cela dénote malgré l’utilisation du traitement traditionnel qu’une grande partie de la population a compris ; vu l’accessibilité des centres de santé et la disponibilité des médicaments génériques à prix abordable, qu’il est préférable de consulter dans un centre de santé pour une meilleure prise en charge de sa maladie. Niveau d’appréciation de l’accueil: Nous observons que parmi les personnes qui ont fréquenté les centres de santé soit 285 personnes, 230 personnes ont été satisfaits de l’accueil soit 80,7% contre 4,6% qui ont été peu satisfaits et 14,7% qui n’ont pas été du tout satisfaits. Un des soucis des services de santé est d’offrir en plus des soins de qualité, une concordance parfaite entre le volume des consultations, les structures d’accueil et l’équipe soignante permettant un accueil de qualité et une prise en charge rapide. Cet objectif semble difficile à atteindre compte tenu de l’affluence dans nos structures et du retard mis par les malades pour consulter un médecin. Ainsi les services sont très souvent l’objet de plaintes de la part des patients. Ces résultats ne diffèrent pas de façon significative de ceux trouvés en Côte d’Ivoire en 2002 par KOUADIO B.Y.O [19]. Dans l’étude de Kanta K, 73,7% des usagers du CSCOM ont été satisfaits par leur accueil.

CLiCours.com :  Les différents aspects de l´impact social

Par rapport à l’information liée à la santé: Dans notre étude 76% des participants ont affirmé avoir accès à l’information en rapport avec la santé contre 24%. Le moyen le plus utilisé reste la télévision avec 58,2%. Ceci peut être considéré comme un indicateur d’espoir sur l’augmentation du taux d’utilisation des services de santé si les ménages suivent des émissions de sensibilisation, d’information, de conseils sur les pathologies médicales ainsi que les mesures de prévention. Aussi, l’augmentation des diffusions des programmes de santé au niveau de l’office des radios et télévisons du Mali (ORTM) permettra d’atteindre les couches les plus défavorisées. Ceci peut avoir un impact sur le taux d’utilisation des services de santé. Par rapport à l’information sur l’état de Santé de l’usager: Parmi les participants qui ont consulté soit 285 ; 55,8% ont affirmé avoir reçu les informations sur leur état de santé, les produits prescrits, la conduite à tenir et l’issu de la maladie. Diakité L en 2009 a rapporté un taux de 96,6 % [15]. Cela démontre que les usagers ont le souci d’avoir des informations sur leur état de santé et n’hésitent pas à demander des informations aux personnels soignants. Parfois, ils réclament des explications sur la thérapie qu’ils subiront. Certains usagers font même de l’auto-information à travers les revues médicales et les nouvelles technologies de l’information notamment sur les sites web. Par rapport à l’appréciation du coût des prestations dans les centres de Santé: La quasi-totalité des ménages a trouvé le coût des prestations de service abordables soit 53,3%. Ceci montrerait que les populations malgré leur modeste condition de vie avaient confiance aux prestataires. Cet état est un facteur important à prendre en compte car elle entraîne une hausse du taux d’utilisation des services de santé. Selon Kanté N et all dans l’étude à Koulikoro, 55,6% des cas étudiés trouvaient les prix abordables [21] et BODY A.B dans son étude a trouvé que 82,9% des cas étudiés ont jugé le coût des prestations acceptable [17]. Par rapport à la prise en charge des usagers: Le taux de satisfaction de la prise en charge reste élevé soit 89,9%. Il dénote que nos structures sanitaires répondent aux besoins de notre population. Cette affirmation est renforcée par l’étude de Modeste en 2008 qui trouve un taux de satisfaction de la prise en charge de 89,8% à Missira.

Table des matières

Liste des sigles et abréviations
Liste des figures
Liste des tableaux
I Introduction
II Approche conceptuelle
1- Description et justification de la recherche
2- Hypothèse
3- Objectifs
3-1 Objectif général
3-2 Objectifs spécifiques
4- Justification
III Démarche méthodologique
1- Cadre et lieu d’étude
2- Variables utilisées
3- Type d’étude
4- Population d’étude et d’échantillonnage
4-1 Population d’étude
4-2 Critères d’inclusion
4-3 Critères de non inclusion
5- Techniques et collecte des données
6- Pas de sondage
7- Le choix des concessions
8- Gestion et analyse des données
9 –considération éthique
IV Résultats
1- Etude quantitative
2- Etude qualitative
V Discussion
VI Conclusion
VII Recommandations
VIII Références
Annexes

Cours gratuitTélécharger le document complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *