La connaissance des différentes classes de métabolites secondaires

CRIBLAGE PHYTOCHIMIQUE

La connaissance des différentes classes de métabolites secondaires présentes dans la plante permet d’orienter le choix du mode d’extraction à adopter et des révélateurs à utiliser. Dans cette optique, un criblage phytochimique a été mené sur un extrait éthanolique (Voir §II.1.1). Les résultats des différentes réactions de détéction sont consignés dans le tableau n° III Légende – : test négatif : aucune réaction observée + : faible coloration ou formation de peu de précipité ++ : Coloration franche ou précipité abondant +++ : Coloration intense ou floculation immédiate Résultats et discussion 

Le criblage phytochimique a révélé la présence des métabolites secondaires dans la plante des familles chimiques suivantes:  Alcaloïdes à l’état de trace et stéroïdes (classe des composés apolaires et peu polaires)  Flavonoïdes, tanins et polyphénols (classe des composés moyennement polaires et/ou polaires). 

EXTRACTION

Le criblage phytochimique réalisé sur l’extrait éthanolique a permis de déceler la présence des métabolites secondaires de différentes polarités (Voir ci-dessus), ce qui nous a amené à adopter la méthode d’extractions successives (épuisements) par des solvants de polarité croissante : hexane, dichlorométhane et éthanol pour obtenir les molécules actives. La poudre sèchee et broyée (300 g) des rameaux feuillés de Sclerocarya birrea est extraite au Soxhlet avec l’hexane (350 ml) pendant 7 h.

L’ensemble est filtré sur du papier filtre pour séparer le marc de la solution. L’extraction est répétée encore un fois de la même manière. Les filtrats sont regroupés et évaporés avec un évaporateur rotatif à une température modérée (< 40ºC) jusqu’ à l’obtention d’un extrait sec. L’extrait hexanique ainsi obtenu est noté E Hex. Le marc récupéré est de nouveau mis à macérer dans 500 ml de dichlorométhane à température ambiante (2 x 24 h). Après filtration sur papier filtre les filtrats sont rassemblés et concentrés sous pression réduite à une température de 40°C. L’extrait ainsi obtenu est codé E DCM. La poudre de plante ainsi épuisée est laissée macérer dans 1 l d’éthanol (2 x 24 h). Après filtration, les solutions obtenues au cours des deux opérations sont rassemblées et le solvant évaporé sous vide. L’extrait éthanolique obtenu est noté E Et. Enfin, la poudre épuisée est chauffée à reflux pendant 1 h dans le mélange Ethanol/Eau (80 : 20).

LIRE AUSSI :  Développement et validation de modèles QSAR

La filtration suivie de l’évaporation sous vide du solvant a permis l’obtention de l’extrait hydroéthanolique codé E HEt. Le schéma d’extraction est présenté sur la figure n° 6 PRECIPITATION DES PROANTHOCYANIDOLS Les tests phytochimiques effectués sur l’extrait éthanolique E Et ont révélé la présence de flavonoïdes et de tanins. Afin de faciliter le fractionnement et de réduire les réactions d’adsorption irréversibles des tanins les plus polaires au cours d’un fractionnement sur colonne de silice normale (BIABIANY, 2011) nous avons mis en œuvre une méthode simple et rapide permettant d’éliminer les proanthocyanidols des extraits éthanoliques. La détanification par précipitation des tanins permet d’enrichir la solution obtenue après filtration, en flavonoïdes. Le schéma de précipitation des tanins est présenté sur la figure n°7. 

La connaissance des différentes classes de métabolites secondairesTélécharger le document complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *