L’agriculture biologique peut largement alimenter le monde

Des chercheurs scientifiques démontrent que l’agriculture biologique peut largement alimenter le monde

Les chercheurs tiennent à préciser tout d’abord que la Révolution Verte a été une réalisation technologique sensationnelle : avec un doublement de la population mondiale au cours des 50 dernières années, une nourriture largement suffisante a été produite pour répondre aux exigences caloriques de tous les habitants, si les produits alimentaires avaient été distribués plus équitablement.

Cependant, il y a une grande incertitude pour le futur, étant donné la projection de 9 à 10 milliards dans la population humaine d’ici 2050 et les tendances mondiales de la consommation croissante de viandes (exigeant beaucoup plus de grains), tandis que les récoltes des espèces céréalières diminuent. Les chercheurs n’ont pas mentionné la pression additionnelle sur la production agricole qui est exercée par la demande croissante en biocarburants4 Cette pression des biocarburants sur les productions agricoles a déjà créé dans le monde entier « une crise imminente qui menace les productions alimentaires »5,. Les manifestations climatiques extrêmes – sécheresses et inondations – qui résultent du réchauffement planétaire, aggravent très certainement cet état de fait.

Une grande partie de la réduction actuelle des récoltes de céréales est due à la dégradation environnementale qui s’est manifestée au cours des décennies de pratiques agricoles non soutenables de la Révolution Verte : érosion massive de sol, perte de la fertilité du sol, perte de territoires agricoles par la salinité, épuisement des nappes aquifères et résistance accrue des ennemis des cultures.

D’autres conséquences de la Révolution Verte sur l’environnement incluent la contamination des eaux de surface et des eaux souterraines, le dégagement des gaz à effet de serre (particulièrement par le déboisement et la conversion en surfaces agricoles cultivées), ainsi que la perte de la biodiversité.

Beaucoup ont argué du fait que des méthodes plus soutenables de productions alimentaires sont essentielles. Notamment, l’ISP, Independant Science Panel, le Jury pour une Science Indépendante, composé de dizaines de chercheurs scientifiques travaillant dans de nombreux pays du monde, ont publié en 2003 un rapport qui réclamait un passage systématique vers l’agriculture soutenable et biologique6

Ce n’est pas une simple coïncidence si ceux qui se sont le plus opposé à l’agriculture biologique, sont également les défenseurs les plus fervents des plantes modifiées génétiquement et ceux qui voient l’augmentation récente de la demande pour les biocarburants, comme une autre opportunité pour favoriser une technologie qui n’a malheureusement pas jusqu’ici tenu ses promesses au cours des 30 dernières années, alors que l’évidence de risques sanitaires sérieux continuent d’apparaître7

Lire sur cLicours.com :  L'agriculture agroécologique

Il existe une grande variété de modes de mise en pratique de l’agriculture biologique

Les exemples d’agriculture biologique qui ont été passés en revue, par l’équipe de l’université du Michigan, couvrent une gamme étendue d’exploitations agricoles qui sont classées comme agroécologiques, soutenables ou écologiques, mais pas nécessairement en agriculture biologique certifiée. Ils reposent sur des processus naturels des cycles des éléments nutritifs ; ils excluent ou emploient rarement des pesticides synthétiques et ils sont attentifs au maintien et à la régénération des sols. Les pratiques agricoles concernées incluent les plantes de couverture, l’application de fertilisants organiques, le compostage, la rotation des cultures, les cultures intercalaires et le contrôle des parasites et ennemis des cultures par des méthodes de lutte biologique.

Les 293 études qui ont été passées en revue se composent de 160 cas qui comparaient les méthodes de l’agriculture biologique avec les modes de productions conventionnelles et 133 cas dans lesquels l’agriculture biologique était comparée avec moins d’intensification des productions.

La plupart des études qui ont été passées en revue proviennent de la littérature scientifique publiée avec l’assentiment des comités de lecture, une petite partie provient de comptes-rendus de conférences et séminaires, des rapports techniques ou encore du site Web d’un centre de recherches agricoles. Elles s’étendent certains cas basés sur une seule saison de culture, jusqu’à une période d’exploitation qui s’étend sur 20 ans. Quelques exemples sont basés sur des rendements enregistrés avant et après la conversion à l’agriculture biologique sur la même ferme.

Pour estimer les approvisionnements alimentaires mondiaux de l’agriculture biologique, les rapports moyens des rendements de l’agriculture biologiques, qui sont comparés à ceux de l’agriculture conventionnelle, sont appliqués aux valeurs courantes des productions alimentaires, moins les pertes qui sont enregistrées après les récoltes, à partir de la base de données de la FAO pour l’année 2001.

Cours gratuitTélécharger le cours complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.