Management de projet par la méthode PERT probabiliste

Pour des étudiants en master management de l’ingénierie, quel serait le meilleur choix que d’aller vers une étude théorique approfondie de l’une des méthodes les plus utilisées et les plus adéquates dans son domaine qui sera par la suite appliquée pratiquement dans un milieu professionnel ou le besoin de ce genre de projets s’agrandie de jour en jour. C’est pour cette raison et bien d’autres qui seront détaillées dans ce mémoire que nous avons choisi de réaliser notre projet de fin d’études de cette manière en appliquant l’une des méthodes que nous avons appris lors de notre cursus universitaire dans une entreprise qui soiffe d’incuber ce genre de travaux qui apportent de nouvelles idées et connaissance à l’entreprise, à son personnel et à son système de travail.

L’idée de notre projet est née de la volonté de réaliser un travail ou nous pouvons exploiter nos connaissances théoriques dans la résolution des problématiques pratiques que fait fasse les entreprises. Ces connaissances qui sont en général basées sur la formation que nous suivons et les stages pratiques que nous avons effectués.

L’apparition de l’approche processus a ouvert la porte pour le concept de projet à prendre sa véritable place et importance chez les entreprises, les gouvernements et les différents organismes. Toute amélioration, développement, extension, réalisation, mise en place, mise à jour…. Ont pris un seul nom et ont été inclues sous un seul concept qui est « le projet ».

« Les sociétés modernes sont des sociétés à projets » (A. ASQUIN, 2005).

L’Association Francophone de Management de Projet (AFITEP) définit le projet comme étant un « Ensemble d’actions à réaliser avec des ressources données, pour satisfaire un objectif défini, dans le cadre d’une mission précise, et pour la réalisation desquelles on a identifié non seulement un début, mais aussi une fin ». A la lumière de cette définition, le concept de projet est lié à quatre mots clés : objectifs – activités – résultats – délais. De façon générique, il répond au découpage suivant : phase préparatoire, phase de réalisation, phase de fin de projet. Ces trois phases sont également connues sous l’appellation « 3C » : Cadrer, Conduire, Conclure. Ceci revient à dire que le projet est d’abord conçu, ensuite, exécuté et enfin évalué.

L’entreprise que nous avons choisie est la STARR (La société de terrassement, d’aménagement et de revêtement routier) Tlemcen spécialisée dans la réalisation des projets de travaux publics routiers. Et comme la majorité des entreprises Algérienne publiques, cette entreprise à son tour souffre d’une gestion et d’un management traditionnel et avec une absence de l’outil informatiques et des méthodes scientifiques de management de ses projets ; ce qu’il nous a encore donné plus de volonté pour réaliser notre projet en collaboration avec le service planification de l’entreprise.

Les entreprises de nos jours donnent à la science du management une très grande importance vue son intérêt à l’optimisation de l’utilisation des ressources humaines, matérielles et financières. Cet intérêt a pour objet de maximiser la rentabilité de l’effort consacré et de profité au maximum de l’investissement en place et de le rendre plus opportun. Cette science se base sur plusieurs approches et techniques pour avoir une meilleure organisation, gestion, amélioration et optimisation. Une nouvelle notion est apparue dans les dernières décennies pour répondre aux problématiques de management global des entreprises qui est la notion de la gouvernance d’entreprises.

D’un point de vue fonctionnel, les fonctions principales de l’entreprise sont : la fonction recherche et développement, la fonction marketing, la fonction industrielle, la fonction finance, la fonction finance, la fonction ressources humaines…etc. Le management peut être découpé en modes et en niveaux de décisions : stratégiques, tactiques, et opérationnels qui visent à améliorer l’efficacité de la réalisation de la fonction pilotée. La politique générale de l’entreprise et ses objectifs sont transmis par les instances et les ordres de la direction et chaque pilote d’une fonction s’attache à appliquer et à réaliser ces objectifs dans son organisme ou sa fonction, à assurer le pilotage des acteurs d’une telle façon à respecter les objectifs déclinés et pour atteindre les résultats voulues. Ce pilotage vise à optimiser l’utilisation de toutes les ressources de toutes les fonctions dans une même perspective qui peut être considéré comme une perspectif locale.

La complexité, l’incertitude et l’extrême concurrence de l’environnement économique et industriel, dans lequel les entreprises évoluent aujourd’hui; de même que les difficultés rencontrées dans le management de leurs projets, sont à l’origine de nouveaux défis et de problèmes croissants. Il n’est pas rare de voir des projets aboutir à des échecs graves et coûteux, à une dégradation ou à une remise en cause de leurs principaux objectifs (coûts, délais et performances techniques), et parfois à leur abandon pur et simple. C’est pourquoi, la gestion des risques dans les projets est devenue ces dernières années, pour beaucoup d’entreprises une préoccupation majeure. (SAKR, 2006) .

Lire sur cLicours.com :  Cours management de projet (Comportement organisationnel)

DESCARPENTRIES , Jean Marie

Depuis les anciens temps, les êtres humains se sont organisés pour imaginer, inventer, construire et réaliser de nombreuses œuvres et ouvrage sur tous les plans (technique, organisationnel, culturel, scientifique…etc.) Bien avant l’apparition du terme « projet », ils ont organisé et structuré leurs actions et taches pour passer du mode imaginaire au mode réel. Depuis plus de six mille ans, les sociétés ont entrepris des projets de toute taille (Geraldi et al. 2008). Citons parmi les réalisations plus connues, les plus anciennes et les plus emblématiques : Stonehenge, les pyramides égyptiennes, la Grande Muraille de Chine, la tour de Babel, les cathédrales… Tous ces chantiers peuvent être considérés comme les premiers projets du monde encore connus de nos jours. Ils ont nécessité de nombreuses ressources, ouvriers, esclaves, contremaîtres, architectes se sont étalés sur plusieurs années ou dizaines d’années et ont consommé de gros moyens financiers.

Le mot projet provient du mot latin projectum de projicere, « jeter quelque chose vers l’avant » dont le préfixe pro= signifie « qui précède dans le temps » (par analogie avec le grec ?ñü) et le radical jacere signifie « jeter ». Ainsi, le mot «projet» voulait initialement dire « quelque chose qui vient avant que le reste ne soit fait ».

Nous retiendrons ici les définitions de :

– l’AFNOR :
« Un projet est une action spécifique, nouvelle, qui structure méthodiquement et progressivement une réalité à venir, pour laquelle on n’a pas encore d’équivalent »

– AFITEP, Dictionnaire de management de projet [1996] :
« Le projet est un ensemble d’actions à réaliser pour satisfaire un objectif défini, dans le cadre d’une mission précise, et pour la réalisation des quelles on a identifié non seulement un début, mais aussi une fin. »

– ISO 10006 (2003)
Un projet est « un processus unique, qui consiste en un ensemble d’activités coordonnées et maîtrisées comportant des dates de début et de fin, entrepris dans le but d’atteindre un objectif conforme à des exigences spécifiques telles que des contraintes de délais, de coûts et de ressources. »

Table des matières

INTRODUCTION GENERALE
CHAPITRE I :Notions et Définitions
INTRODUCTION
1. La notion de projet
1.1. Définition
1.2. Les phases d’un projet
1.2.1. La phase d’avant-projet
2. Management des projets
3. Gestion des projets
3.1. Définition
3.2 Les objectifs de gestion des projets
3.3. Contraintes (Gestion de projet, n.d.)
3.3.1 Contraintes de délais
3.3.2. Contraintes dues aux clients
3.3. 3. Contraintes de coûts
3.3.4. Contraintes de qualité
3.4. Les Phases de gestion de projet
3.5. Les Logiciels de gestion de projets
4. La différence entre le management des projets et la Gestion des projets
4.1. Avant le lancement du projet
4.2. Après le lancement du projet
4.3. Les acteurs impliqués
4.4. Conclusion
5. Le Risque – une vue globale
5.1. Le concept
5.2. Les paramètres des risques projets
5.3. Management des risques
5.3.1. Les approches de management de risque
5.3.1.1. Les approches «quantitatives»
5.3.1.2. Les approches qualitatives
5.4. Processus global de management des risques
6. La planification de projet
6.1. Définition de planification
6.2. Les étapes de la planification
6.3. Les méthodes de planification de délai de projet sous incertitude
6.4. Les avantages
6.5. Les limites
7. L’Optimisation
7.1. Définition de « optimisation »
7.2. Les objectifs
8. Les systèmes stochastiques
8.1. Introduction aux systèmes stochastiques
8.2. Définition des systèmes stochastiques
Conclusion
CHAPITRE II : La méthode PERT probabiliste
Introduction
1. L’état de l’art
1.1.La méthode CAAN
1.2. La méthode SATM
1.3. La Méthode GERT
1.4. La Méthode Q-GERT
1.5. La Méthode CPM
2. La méthode PERT
2.1. Introduction
2.2. Définition
2.3. Le principe de la méthode PERT
2.4. Notions de base
2.5. Le chemin critique
2.6. Diagramme de Gantt
3. PERT probabiliste
3.1. L’introduction
3.2. Définition
3.3. Les étapes d’application de Pert probabiliste
3.4. Pourquoi PERT probabiliste
Conclusion
Problématique
CONCLUSION

Cours gratuitTélécharger le document complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.