Mémoire Online: Contribution à l’étude du complexe entomologique des céréales dans la région des hautes plaines de l’Est Algérien

Sommaire: Contribution à l’étude du complexe entomologique des céréales dans la région des hautes plaines de l’Est Algérien

Liste des tableaux et figures
Introduction
CHAPITRE I : Données bibliographiques sur les blés et l’orge
1. Origine et historique de la céréaliculture
1.1. Origine et historique du blé dur et du blé tendre
1.2. Origine et historique de l’orge
1.3. Classification botanique et distribution des blés et de l’orge
2. Importance des blés et de l’orge
2.1. Valeur alimentaire
2.2. Valeur agronomique
3. Caractères botaniques
3.1. Appareil végétatif herbacé
3.2. Inflorescence composée d’épillets
3.3. Fruit sec (caryopse)
4. Caractères physiologiques
5. Techniques culturales
5.1. Travail du sol
5.2. Choix des variétés
5.3. Semis
5.4. Fertilisation
5.5. Irrigation
5.6. Entretien des cultures des céréales
5.6.1. Mesures culturales préventives
5.6.2. Protection intégrée contre les ennemis des céréales
6. Répartition bio-climatique en Algérie
7. Exigences et contraintes agro-écologiques
7.1. Facteurs abiotiques
7.2. Contraintes biotiques
Chapitre II : Recueil bibliographique sur l’entomofaune des céréales
1. Principaux groupes et espèces d’insectes signalés ravageurs des céréales
1.1. Thysanoptera
1.2. Heteroptera
1.3. Homoptera
1.3.1.Psammotettix alienus (Da hlbom,1851)(Cicadellidae)
1.3.2. Aphididae (aphides)
1.4. Coleoptera
1.4.1. Chrysomelidae: Genre Oulema
1.4.2. Elateridae: genres Agriotes sp. et Athous sp. (Taupins)
1.5. Hymenoptera
1.6. Lepidoptera
1.7. Diptera
1.7.1.Cecidomyiidae (Cécidomyies des fleurs de blé)
1.7.2. Cecidomyiidae: Genre Mayetiola
1.7.3. Agromyzidae : Genre Agromyza (Plusieurs espèces de Mineuses)
1.8. Autres ravageurs signalés sur les céréales
2. Principaux travaux consacrés à l’entomofaune ravageuse des céréales en Algérie
Chapitre III : Méthodes d’étude
1ère partie : Présentation générale du cadre de l’étude
1. Localisation géographique des régions et des stations d’étude
1.1. Région de Sétif et station ITGC
1.2. Région de Constantine et station CNCC d’El-Khroub
2. Caractérisation climatique des régions d’étude
2.1. Températures
2.2. Précipitations
2.3. Humidité relative
2.4. Vents
2.5. Gelées
2.6. Synthèse Climatique
2.6.1. Diagrammes ombrothermiques de Gaussen
2.6.2. Climagramme d’Emberger
3. Présentation générale des deux stations expérimentales explorées (ITGC de Sétif) et (CNCC d’El-Khroub)
3.1. Création et missions de la station de l’ITGC de Sétif
3.2. Création et missions de la station du CNCC d’El-Khroub
4. Présentation des stations et des parcelles d’étude
4.1. Sol
4.2. Plantes adventices
5. Techniques culturales
2 ème partie : Matériel et méthodes d’étude
1. Objectifs de l’étude et méthodologie de travail
2. Choix des stations d’étude et des cultures
2.1. Choix des stations.
2.2. Choix des cultures et leurs variétés
3. Méthodes et techniques entomologiques utilisées
3.1. Sur champs
3.1.1. Méthodes et techniques de piégeage et de collecte
3.1.2. Dispositif d’échantillonnage
3.1.3. Echantillonnage des talles et des épis
3.2. Au laboratoire
3.2.1. Triage et dénombrement des spécimens collectés
3.2.2. Collection des insectes
3.2.3. Identification
4. Exploitation des données
4.1. Exploitation des données par des paramètres et indices écologiques
4.1.1. Qualité de l’échantillonnage
4.1.2. Structure et organisation des peuplements entomologiques
4.1.3. Diversité des peuplements et équirépartition
4.2. Estimation des niveaux d’infestation des talles par les pucerons
4.3. Détermination du taux de parasitisme des pucerons
4.4. Exploitation des données par des méthodes statistiques
4.4.1.Test de corrélation
4.2.2. Classification ascendante hiérarchique (CAH)
Chapitre IV : Résultats et discussions
1. Inventaire taxonomique global
1.1. Résultats
1.2. Discussions
1.3. Conclusion
2. Structure et organisation des peuplements entomologiques des agro-écosystèmes céréaliers
2.1. Qualité de l’échantillonnage
2.1.1. Résultats
2.1.2. Discussion
2.1.3. Conclusion
2.2. Similitude entre les peuplements entomologiques dans les deux stations d’étude
2.2.1. Résultats
2.2.2. Discussion
2.2.3. Conclusion
2.3. Analyse des fréquences d’abondance et de constance des peuplements entomolo giques inféodés aux céréales
2.3.1. Analyse globale des fréquences d’abondance et d’occurrence des familles d’insectes recensés par station
2.3.1.1. Résultats
2.3.1.2. Discussion
2.3.1.3. Conclusion
2.3.2. Fréquences d’abondance et d’occurrence par ordre selon le type de cultures
2.3.2.1. Résultats
2.3.2.2. Discussion
2.3.2.3. Conclusion
2.3.3. Analyse globale des fréquences d’abondance et d’occurrence dans le temps
2.3.3.1. Analyse par saisons climatiques
2.3.3.2. Analyse par stades phénologiques
2.3.4. Analyse de la diversité et de l’équitabilité des peuplements entomologiques inféodés aux céréales
2.3.4.1. Diversité dans l’espace
2.3.4.2. Diversité dans le temps
2.3.4.3. Diversité selon le statut trophique
3. Dynamique des populations des aphidiens ravageurs des céréales
3.1. Evolution du peuplement aphidien sur talles en fonction du temps et de l’espace
3.1.1. Résultats
3.1.2. Discussion
3.1.3. Conclusion
3.2. Estimation des niveaux d’infestation des talles par les pucerons
3.2.1. Résultats
3.2.2. Discussion
3.2.3. Conclusion
3.3. Estimation des taux de parasitisme
3.3.1. Résultats
3.3.2. Discussion
3.3.3. Conclusion
3.4. Dynamique de la population de Coccinella septempunctata prédatrice en fonction de la dynamique des pucerons
3.4.1. Résultats
3.4.2. Discussion
3.4.3. Conclusion
4. Dynamique de la population du ravageur Oulema melanopus
4.1. Résultats
4.2. Discussion
4.3. Conclusion
5. Exploitation des données par des méthodes statistiques
5.1. Résultats
5.2. Discussion
5.3. Conclusion
Conclusion générale
Références bibliographiques

Extrait du mémoire contribution à l’étude du complexe entomologique des céréales dans la région des hautes plaines de l’Est Algérien

CHAPITRE I : Données bibliographiques sur les blés et l’orge
1. Origine et historique de la céréaliculture
Les céréales présentent l’avantage décisif de constituer des provisions pouvant se conserver sous forme de grains de grande valeur nutritionnelle par leurs substances amylacées et leurs protéines (environ 10 ℅) (Doussinault et al., 1992).

Complexe entomologique des céréales
Les premières évidences archéologiques de récolte de céréales datent d’un peu moins de 8000 ans avant Jésus-Christ et se trouvent au Moyen-Orient dans le « croissant fertile »:
Mésopotamie, Turquie, Palestine (Feldman, 1976 in Doussinault et al., 1992). A cette époque, l’engrain (Triticum boeoticum) et l’amidonnier (Triticum dicoccoϊdes) faisaient l’objet de cueillette (Doussinault et al., 1992).
Les premiers indices d’une agriculture apparaissent il y a 11.000 ans, au Moyen-Orient, au sud de l’Anatolie et au Nord de la Syrie. C’est là que les premiers agriculteurs se fixent et commencent à cultiver les blés que leurs ancêtres récoltaient dans la nature. Les formes sauvages de diverses espèces seraient originaires du Proche et du Moyen-Orient.
Après s’être établie au Proche-Orient, la céréaliculture se répand vers l’Europe, l’Asie et la vallée du Nil (Henry et De Buyser, 2001).

Complexe entomologique des céréales
Le passage d’une civilisation de nomades (chasseurs, cueilleurs et éleveurs) à celles d’agriculteurs sédentarisés est le résultat de la domestication progressive de graminées cultivées, le blé est indissociable de la culture Européenne, comme le maϊs, le riz, le mil et le sorgho sont des cultures de l’Amérique latine, de l’Asie et de l’Afrique (Feillet, 2000).
La grande révolution aura été l’apparition de plantes auxquelles les épis et les grains restaient attachés, ce qui devait permettre de les récolter et de les cultiver; la chance de l’humanité sera que ces grains sont comestibles, riches en énergie, faciles à conserver et à transporter (Feillet, 2000).

Complexe entomologique des céréales
1.1. Origine et historique du blé dur et du blé tendre
Trois céréales blé, riz et maϊs constituent la base alimentaire des populations du globe. Durant le développement de la civilisation Indo-Européenne, le blé est devenu la principale céréale des peuples occidentaux sous climat tempéré (Henry et De Buyser, 2001).

Complexe entomologique des céréales
Le blé est l’une des principales ressources alimentaires de l’humanité. La saga du blé accompagne celle de l’homme et de l’agriculture; sa culture précède l’histoire et caractérise l’agriculture néolithique, née en Europe il y a 8000 ans. La plus ancienne culture semble être le blé dur dans le croissant fertile de la Mésopotamie (Feillet, 2000).
Le blé tendre est apparu entre 5000 et 6000 ans avant Jésus-Christ dans le croissant fertile puis s’est dispersé à partir de la Grèce en Europe (Doussinault et al., 1992). C’est à partir de cette zone que les blés ont été diffusés vers l’Afrique, l’Asie et l’Europe. La route la plus ancienne de diffusion des céréales vers les pays du Maghreb fut à partir de la péninsule Italienne et de la Sicile (Bonjean, 2001 in Boulal et al., 2007).
En Algérie, Léon Ducellier (1878-1937) en particulier, parcourant le blé, fit au début du siècle le recensement d’une flore mal connue. Il découvrit et analysa les nombreuses variétés, qui peuplaient les champs cultivés, recueillit les échantillons les plus caractérisés, les plus productifs, les plus résistants à la sécheresse ou à quelques maladies. Le blé tendre était inconnu en Afrique du Nord avant l’arrivée des français. Le fellah qui ne cultivait que le « guehmah » (blé dur) se mit à la « farnia » (Lery, 1982).

………..
Si le lien ne fonctionne pas correctement, veuillez nous contacter (mentionner le lien dans votre message)
Mémoire Online: Contribution à l’étude du complexe entomologique des céréales dans la région des hautes plaines de l’Est Algérien (1.3 MO) (Cours PDF)

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *