Mémoire Online: Etude préliminaire des mycoplasmoses respiratoires aviaires

Sommaire: Etude préliminaire des mycoplasmoses

INTRODUCTION
PREMIERE PARTIE: SYNTHESE BIBILIOGRAPHIQUE
I. Historique
II. Taxonomie
III. Classification et Phylogénie
IV. Sérotypage
V. Caractères généraux des Mycoplasmes
V.1. Morphologie
V.2. Structure
V.3. Culture
VI. Caractéristiques des mycoplasmes
VI.1. L’absence de paroi rigide
VI.2. Taille minimum
VI.3. Mode de développement naturel
VI.4. Répartition
VI.5. Les mycoplasmes et leur hôte
VI.6. L’ubiquité des Mycoplasmes
VII. Propriétés physiques et chimiques
VIII. Importance économique de l’infection mycoplasmique
IX. Rôle des facteurs de l’environnement
X. Pouvoir pathogène des mycoplasmes chez les volailles
X.1. Epidémiologie
X.2. Pathogénie
X.2.1. Action directe des mycoplasmes
a) Pouvoir d’adhésion
b) Production de substances toxiques
c) Pouvoir invasif
X.2.2. interaction avec le système immunitaire de l’hôte
X.3. Transmission
X.4. Aspects cliniques
X.4.1. Mycoplasma gallisepticum
a) Incubation et symptômes
b) Lésions
c) Diagnostic et lutte
X.4.2. Mycoplasma synoviae
X.4.3. Mycoplasma iowae
XI. Diagnostic
A. Diagnostic sérologique
B. Diagnostic bactériologique
B.1. Isolement
B.2. Identification
B.2.1. Caractères culturaux
B.2.2. Tests biochimiques
B.2.3. Tests sérologiques
B.2.4. Identification moléculaire
XII. Contrôle des mycoplasmoses aviaires
XIII. Vaccination
SECONDE PARTIE: ETUDE EXPERIMENTALE
I. MATERIEL
1. Suivi épidémiologique des exploitations aviaires dans la région de Batna
2. Elevages
3. Prélèvement
4. Transport
5. Les souches de références
6. Milieux de culture
7. Les composants du milieu de culture
7.1. Les inhibiteurs
7.2. Les enrichisseurs
7.3. Le rouge de phénol (indicateur coloré)
8. Isolement
9. Solution de digitonine pour différencier les Acholeplasmes des Mycoplasmes
10. Colorant de Diènes
11. Identification biochimique et sérologique des souches isolées
12. Matériel utilisé pour la PCR
II. METHODES
1. Etude épidémiologique
2. Analyses sérologiques
3. Reconstitution du milieu de culture
4. Ensemencement
5. purification de la souche
6. Identification
a- Aspect de la colonie
b- Coloration de Diènes
c- Test de la digitonine
d- fermentation du glucose
e- hydrolyse de l’arginine
f- Test de l’inhibition de la croissance
g- Identification des souches de Mycoplasma gallisepticum et de Mycoplasma synoviae par la technique de PCR
h- Etude statistique
III. RESULTATS
1. Résultats de l’enquête épidémiologique
1.1. Répartition des élevages visités en fonction de la taille dans les deux types de production
a) Chez le poulet de chair
b) Chez la poule pondeuse
1.2. Conduite de l’élevage
2. Résultats sérologiques
2.1. Répartition des résultats sérologiques en fonction des zones d’élevage
2.2. Résultats sérologiques en fonction de l’âge des oiseaux
2.3. La séroprévalence de MG et MS en fonction du type de production
2.4. Résultats sérologiques selon la saison
2.5. L’influence de la taille des élevages sur les résultats sérologiques
2.6. Résultats sérologiques en fonction de la souche d’oiseaux élevés
3. Résultats de l’étude bactériologique
3.1. Prévalence globale de Mycoplasma gallisepticum et Mycoplasma synoviae
3.2. Résultats bactériologiques en fonction du type de production
3.2. Résultats des isolements en fonction des zones d’élevages
3.3. Répartition des échantillons positifs en culture en fonction de l’organe prélevé
4. Utilisation de la PCR pour l’identification des souches isolées
5. Comparaison des résultats de la sérologie, de la culture et de la PCR
IV. DISCUSSION
1. Résultats de l’investigation menée au niveau des élevages
2. Résultats sérologiques
3. Résultats bactériologiques
4. Comparaison des résultats sérologiques et bactériologiques
5. Résultats de l’identification moléculaire
6. Comparaison entre les résultats des trois méthodes de diagnostic
CONCLUSION GENERALE
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
ANNEXES

♣ Extrait du mémoire

Introduction générale
Les mycoplasmes forment un grand groupe de micro-organismes procaryotes avec plus de 190 espèces distinguées des bactéries ordinaires par leur petite taille, leur génome minutieux (Abdelatif, 1999).
Les oiseaux abritent une vingtaine de sérotypes de mycoplasmes. Les espèces les plus pathogènes sont : M.gallisepticum (MG), M.synoviae (MS). Puis viennent, en fonction des circonstances, M.meleagridis (MM), M.iowae (MI). Les autres espèces sont considérées comme inoffensives la plupart du temps (Markham and Wong, 1952; Grumbles et al., 1953).
D’autres mycoplasmes aviaires peuvent montrer une certaine pathogénicité dans certaines circonstances. Par exemple, M. gallinarum (Mg) a été impliqué dans une manifestation de la maladie respiratoire chez les poulets de chair et M. pullorum a été associé à la mortalité d’embryon de dinde en France (Hedia, 2005).
Selon Marois et al. (2001), l’incidence de la maladie est favorisée par l’intensification de la production avicole et entraîne des pertes économiques du fait du retard de croissance, de l’augmentation des indices de consommation de 10-20%, des saisies à l’abattoir, des baisses de productions d’œufs commercialisables de 10-20% et des diminutions d’éclosabilité des poussins et des dindonneaux de 5-10%.

Etude préliminaire des mycoplasmoses
L’effet de ces agents pathogènes s’ajoute à celui de facteurs prédisposants tels que les mauvaises conditions d’ambiance (taux d’ammoniac excessif, poussières, humidité, plumes d’oiseaux, ventilation mal réglée..), les stress subis par les oiseaux (vaccination, transport, débecage…), les carences et le parasitisme pour faciliter la propagation de ces microorganismes (Masover et al., 1975).
Plusieurs facteurs nous ont incités à entreprendre cette étude; entre autre, le peu de données sur les mycoplasmoses aviaires en Algérie (à l’exception de l’investigation d’Aimeur et al., 2010), l’importance de l’élevage avicole dans la région de Batna qui représente 20% de la production nationale, de même que l’importance de MG et de MS, considérés comme les plus pathogènes de toutes les espèces de mycoplasmes aviaires (Razin and Tully, 1970), mais surtout la possibilité de la persistance de cet organisme pendant toute la vie d’un oiseau infecté (Kempf, 1992). Ceci représente un danger réel pour les élevages commerciaux.

Etude préliminaire des mycoplasmoses
Les objectifs de cette étude se résument en :
· Procéder à un suivi épidémiologique des différentes zones d’élevages de la wilaya à fin d’établir les facteurs de risque des mycoplasmoses dans nos élevages.
· Etudier la séroprévalence des mycoplasmoses à MG et à MS.
· Etablir les taux d’infection par les deux mycoplasmes les plus pathogènes dans cette région en vue de réaliser une banque de données épidémiologiques fiables et exploitables par les vétérinaires
de la région.
· Faciliter, pour les futurs chercheurs, l’isolement de ces germes en faisant ressortir les organes de prédilection de MG et de MS.
· Essayer de déterminer la meilleure méthode de détection de la maladie en comparant les résultats de la sérologie, la culture des germes et la Polymerase Chain Reaction (PCR).

……….
Cours pdf

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *