Mémoire Online: Valeur nutritive du chardon marie (Silybum marianum (l) Gaerthn) « Tawra »

Sommaire: Valeur nutritive du chardon marie (Silybum marianum (l) Gaerthn) « Tawra »

1.1 PREMIERE PARTIE : ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE
1.3 1-1- GENERALITES
1.2 Introduction
1-1-1- Présentation du Chardon marie (Silybum marianum (L). Gaerthn)
1-1-1-1-Systématique
1-1-I-2- Origine et description du chardon marie
1-1-1-2-1-Origine
1-1-1-2-2- Description morphologique
Racine
Tige
Feuilles
Fleurs
Floraison
Fruit
1-1-1-3-Reproduction
1-1-1-4-Croissance et développement
1-1-1-5- Intérêt médicinal et pharmaceutique du Chardon marie
1-1-2-Les fourrages en Algérie
1-1-2-1-Les ressources fourragères
1-1-2-2-Les besoins alimentaires du cheptel
1- 2-Valeur nutritive des fourrages
1-2-1- Notion de la valeur alimentaire
1-2-2-Composition chimique des fourrages
1-2-3-Valeur nutritive
1-2-4-Ingestibilité
1-2-5-Facteurs de variation de la valeur alimentaire
1-2-5-1-Facteurs extrinsèques
1-2-5-2-Facteurs intrinsèques
1-2-5-2-1-Variation en fonction de la famille botanique
1-2-5-2-2-Variation en fonction des stades d’exploitations
Conclusion
DEUXIEME PARTIE : ETUDE EXPERIMENTALE
2-1-Caractéristiques climatiques de site d’étude
2-1-1-Température
2-1-1-Pluviométrie
2-1-3- Diagramme ombrothemique de Gaussen
2-1-4-Climagramme d’Emberger
2-1-5 Caractéristiques climatiques durant l’année d’étude 2003/2004
2-2- Matériel végétal
2-3- Méthodes
2- 3-1- Echantillonnage des plantes
2-3-2-Préparation des échantillons
2-3-3- Méthodes analytiques
2-3- 4-Analyses fourragères
2-3-4-1-Teneur en matière sèche
2-3-4-2-Teneur en cendres et en matière organique
2-3-4-2-1-Dosage des minéraux
2-3-4-3-Teneur en matières azotées totales
2-3-4-4-Teneur en cellulose brute
2-3-4-5-Teneur en matière grasse.
2-3-5-Digestibilité
2-3-5-1-Mode opératoire de la digestibilité enzymatique
2-3-5-2- Calcul de la digestibilité de la matière sèche
2-3-5-3-Calcul de la digestibilité de la matière organique
2-3-6- Valeur nutritive
2-3-6-1- Valeur azotée
2-3-6-2-Valeur énergétique
2-3-7- Analyse statistique
TROISIEME PARTIE : RESULTATS ET DISCUSSIONS
3-1- Composition chimique
3-1-1- Evolution de la matière sèche
3-1-2-Evolution de la matière organique
3-1-2-1-Evolution des matières azotées totales
3-1-2-2- Evolution de la cellulose brute
3-1-2-3 – Evolution de la matière grasse
3 -1-3 Evolution de la matière minérale
3-2-Digestibilité
3- 3- Valeur nutritive
3- 3-1-Valeur azotée
3-3-2-Valeur énergétique
Conclusion générale
Référence bibliographique
Annexes

Extrait du mémoire valeur nutritive du chardon marie (Silybum marianum (l) Gaerthn) « Tawra »

PREMIERE PARTIE : ETUDE BIBILIOGRAPHIQUE
1-1- GENERALITES
1-1-1- Présentation du Chardon marie (Silybum marianum (L). Gaerthn)
Le nom chardon marie, donnée à cette plante tant en anglais qu’en latin ou en français, lui vient d’une légende au sujet de la Vierge marie qui, voyageant d’Égypte en Palestine, aurait donné le sein à l’enfant Jésus près d’un bosquet de chardons, quelques gouttes de son lait tombèrent sur les feuilles, d’où les nervures blanches caractéristiques à cette plante.
(MORAZZONI et al. (1993) ; MORAZZONI et BOMBARDELLI (1995) ; FOSTER (1995) et LUPPER (1998).Alors que selon FOSTER (1995), le terme Silybum désigne, en Grec et en Latin, un chardon comestible.

Valeur nutritive du chardon marie
……….
1-1-I-2- Origine et description du Chardon marie 
Le Chardon marie est endémique à la région méditerranéenne (HAUF, 1982 ; GUITTONNEAU et HUON, 1983 et VOLAK et STODOLA, 1984). Selon BAYER et BULLER (1990); CAREMES (1990) MORAZZONI et BOMBARDELLI (1995), il s’étend de la mer à 700-1100 m d’altitude sur les terrains incultes secs et rocailleux de toute l’Europe occidentale (au nord jusqu’au Danemark) et méridionale, ainsi qu’en Afrique du Nord. Le chardon marie est cultivé dans les jardins ornementaux (ROCHE ,1991).
Selon QUEZEL et SANTA (1963), GUITTONNEAU et HUON (1983) et BENISTON (1984) cette plante est cosmopolite, préfère les sols secs et les endroits chauds et ensoleillés.
On la trouve dans les champs, les terrains incultes, les décombres et les bords des routes.
En Algérie d’après QUIZEL et SANTA (1963), le chardon marie est particulièrement répandue dans les hauts plateaux, la steppe, le sud de l’Atlas saharien, les pâturages sablonneux et les lieux un peu humides.
Selon SINDEL (1991) et GABAY et al (1994), le chardon marie est aujourd’hui répandu en Amérique du Nord, si bien qu’on le trouve tant au Canada qu’au Mexique, la Nouvelle-Zélande, l’Australie, l’Afrique du Sud, le Chili et l’Argentine.

Valeur nutritive du chardon marie
1-1-1-2-2- Description morphologique
Mêlés à toutes les autres plantes qui foisonnent le long des champs et des routes, dont beaucoup sont aussi imposantes qu’eux, les chardons marie se reconnaissent à leurs belles têtes violacées qu’entourent les collerettes un peu défraîchies de leurs longues bractées épineuses (BENISTON, 1984, LUPER 1998 et PEPPING, 1999).
Racines
D’après SINDEL (1991), la plante Chardon marie est caractérisée par une racine pivotante, forte, longue, épaisse et fibreuse.
Tiges
Généralement ramifiée, atteignant environ 20 à 150 cm de haut, porte peu de feuilles sur la partie supérieure (HAUF, 1982, GUITTONNEAU et HUON, 1983 et CAREMES, 1990).

Valeur nutritive du chardon marie
Feuilles
Selon BAYER et BULLER (1990) et CAREMES (1990), le chardon marie est caractérisé par ses grandes feuilles vert pâle brillantes, tachées de blanc lobées et ondulées, sont bordées de dents épineuses à pointe jaune très acérée.
Les feuilles de la base sont pétiolées, découpées en lobes à bords dentés épineux, en rosettes, très grandes d’environ 1 m (SINDEL, 1991). Les feuilles supérieures sont plus petites et plus étroites réduites et embrassantes, à bord moins découpé, mais très épineux. Elles présentent toutes de nombreuses nervures blanches, donnant l’impression que la feuille est maculée de lait (CAREMES ,1990).
Fleurs
Selon GUITTONNEAU et HUON (1983) et CAREMES (1990), elles sont toutes tubuleuses réunies en capitules terminaux, solitaires, dépassant souvent 6cm de diamètre, dont la plupart sont pourvues d’une forte épine atteignant jusqu’à 5cm et se réfléchissant vers l’arrière. La corolle est dentée de couleur pourprée, 5 étamines formant un tube autour du style (GUIGNARD, 1998).

………
Si le lien ne fonctionne pas correctement, veuillez nous contacter (mentionner le lien dans votre message)
Mémoire Online: Valeur nutritive du chardon marie (Silybum marianum (l) Gaerthn) « Tawra » (876 KO) (Cours PDF)

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *