Mesure et état des lieux de la pauvreté

 Mesure et état des lieux de la pauvreté

Les indices de pauvreté

Mesurer la pauvreté signifie produire des nombres, par lesquels nous pourrons évaluer le degré de pauvreté dans une société donnée et identifier les membres de la société qui doivent être considérés comme pauvres. De la même sorte, mesurer la pauvreté se résume a établir si un citoyen ou un ménage quelconque doit bénéficier ou non a une politique ou programme spécifique.

Pour une meilleure mesure de la pauvreté, trois éléments essentiels devraient être mesurés à travers les indices de pauvretés, à savoir:96 – L’incidence, ou le nombre d’habitants se trouvant sous un seuil de pauvreté déjà calculé. – L’intensité qui détermine la profondeur de la pauvreté. – La sévérité qui prend en compte l’inégalité parmi les pauvres. 

Head Count Ratio (H) : [Pauvreté en nombre d’habitants]

Il s’agit de la part de la population qui vit en état de pauvreté, celle pour laquelle la consommation ou le revenu y se situe en dessous de la ligne de pauvreté Z. En d’autres termes, et selon Datt et Ravallion (2009) 97 le Head Count Ratio est donné par le pourcentage de la population qui vit dans des ménages dont la consommation par habitant est inférieure au seuil de pauvreté. Soit à considérer n individus ayant des dépenses ou des revenus y1, y2, ………yk…yn.

Classons par ordre croissant ces yn de manière que la ligne de pauvreté sépare exactement q d’entre eux à l’extrémité basse, il en résulte que : Il y a au regard de ce qui précède q individus pauvres, de telle sorte que le ratio de pauvreté H ou l’indice en nombre d’habitants soit défini commeD’où : H : le head count ratio ou indicateur d’incidence de la pauvreté q : le nombre de personnes pauvres en dessous du seuil de pauvreté n : la taille de la population. La simplicité d’interprétation de cet indice numérique de pauvreté lui donne probablement la meilleure explication de sa popularité.

LIRE AUSSI :  La Convention de la Baie James et du Nord québécois (CBJNQ)

Par contre Sen (1976) souligne que l’utilisation de cet indice comporte deux problèmes majeurs : bien qu’il soit simple à calculer et plus disponible que les autres indicateurs de pauvreté, il présente l’inconvénient d’être insensible à toute amélioration ou détérioration de la situation d’un pauvre du moment qu’il demeure en dessous du seuil de pauvreté et à l’inégalité entre les pauvres. Pour les comparaisons internationales, actuellement la Banque mondiale utilise un seuil de $ 1.25 par jour en parité de pouvoir d’achat 2005. Ainsi on peut dire que cet indice ne rend pas compte de l’approfondissement de la pauvreté. C’est la raison pour laquelle Foster, Greer et Thorbecke ont proposé un indice de prévalence et d’intensité de la pauvreté qu’on va développer ultérieurement.

Le Poverty Gap : (Ecart de la pauvreté)

Pour remédier aux inconvénients constatés de l’indicateur d’incidence de la pauvreté, souvent on choisi l’indicateur de profondeur de la pauvreté ou l’écart de pauvreté, qui prend en compte à la distance moyenne qui sépare la population de la ligne de pauvreté lorsqu’une distance zéro est attribuée aux non pauvres. 

Ecart de pauvreté au carré

Cette mesure est souvent considerée comme indicatrice de la sévérité de la pauvreté. L’écart de pauvreté au carré considère le carré de la distance qui sépare les pauvres de la ligne de pauvreté. 

Formation et coursTélécharger le document complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *