Présentation des procédures de traitement d’appel lors d’une communication

Cours présentation des procédures de traitement d’appel lors d’une communication, tutoriel & guide de travaux pratiques en pdf.

Présentation des éléments de la simulation

Architecture du réseau

Le réseau présenté pour la simulation est formé des éléments suivants :
– pour chacun des abonnés, un poste téléphonique et un central auquel celui-ci est rattaché, les deux reliés par des lignes d’abonné,
– un centre de transit pour mettre en exergue son existence dans le réseau téléphonique,
– deux PTS, chacun reliant le central d’abonné au centre de transit,
– des faisceaux de circuits mettant en relation les autocommutateurs entre eux,
– des canaux sémaphores pour véhiculer les messages de signalisation SS7.
Remarque : Cette architecture n’est qu’un choix arbitraire. Elle peut sembler différente du réseau réel qui pourrait être plus compliqué, mais le but ici c’est de pouvoir comprendre le principe.

Outils de commande

Pour la manipulation, différents boutons sont mis à la disposition de l’utilisateur dont un bouton poussoir de chaque côté des abonnés. Les opérations effectuées par l’abonné se traduisent donc par l’appui sur ces boutons.

Simulation

1. L’appel commence par appui sur le bouton « Appeler » du côté de l’abonné demandeur. Ce qui équivaut à l’envoi des chiffres de la numérotation vers son central de rattachement.
2. Après, le central d’abonné analyse le numéro reçu. Lorsqu’il connaît la direction de l’appel, il envoie un message d’initiation nommé « IAM », ou Initial Address Message, sur un canal de signalisation vers le centre de transit. Pour ce faire, le message est routé par le PTS afin d’atteindre ce centre de transit.
Lorsque le message IAM émis par le commutateur d’origine est reçu par le commutateur intermédiaire c’est-à-dire le centre de transit, ce dernier sélectionne un circuit libre à partir du numéro du destinataire présent dans le message IAM reçu. Il émet alors à son tour un message IAM au commutateur suivant, c’est-à-dire au central auquel est rattaché le demandé, tout en passant toujours par le PTS.
Remarque : Du fait que le SS7 ne concerne que la signalisation entre les commutateurs c’est-à-dire dans le cœur du réseau, on s’attache de ne pas présenter dans la simulation les signaux échangés pour l’accès de l’usager au réseau.
En terme d’illustration, une capture du déroulement de la simulation est donnée ci-après.
En fait, une flèche montrant la direction et la nature de chaque message échangé est représentée.
Figure 3.03 : Capture d’une animation
Si la taille de l’information à envoyer est supérieure à 272 octets (ce qui représente la taille maximum de l’information pouvant être encapsulée dans le champ information d’une trame TSM), le message IAM est segmenté par le commutateur origine grâce à l’utilisation du message de segmentation (SGM, Segmentation message). Deux messages sont alors émis à la suite, le premier étant un message IAM et le second, un message de segmentation. Un paramètre optionnel
« indicateur d’appel facultatif émis vers l’avant » dans le premier message contient ainsi un bit qui permet d’indiquer au commutateur suivant que le message IAM est segmenté en deux messages.
Le message IAM est donc le premier message SS7 émis dans le réseau pour l’établissement d’un appel. Ce message contient le numéro du demandé ainsi qu’un certain nombre d’informations concernant le demandeur, l’acheminement et l’appel.
Pour voir plus en détail, voici le format de ce message :
Figure 3.04 : Format du message IAM
3. Lorsque le message IAM est reçu par le commutateur d’arrivée (commutateur d’accès du destinataire), ce dernier analyse le numéro demandé pour déterminer à quel correspondant l’appel doit être connecté. Il vérifie aussi l’état de la ligne du demandé et procède à diverses vérifications pour déterminer si la connexion est autorisée ou non.
Le choix s’est porté sur un état qui admet que l’abonné désiré est dans un état libre, le central affirme que la demande d’appel peut aboutir.
Pour cela, il renvoie en arrière un message « ACM » ou Address Complete Message qui est acheminé de proche en proche jusqu’au commutateur d’origine. Le message d’adresse complète doit provoquer l’établissement de la connexion dans tous les centres qu’il traverse. C’est à ce moment que retentit la sonnerie du poste du demandé et de l’autre côté, l’appelant entend dans son combiné la tonalité d’appel, sauf dans le cas d’un terminal à réponse automatique.
Le message ACM quant à lui a le format suivant :
Figure 3.05 : Format du message ACM
La phase pendant laquelle la sonnerie retentit chez le demandé a été représentée comme suit :
Figure 3.06 : Capture lors de la phase de sonnerie
Et du fait que java offre la fonctionnalité de jouer du son, on a également intégré dans cette phase de sonnerie un programme permettant d’entendre la sonnerie de l’abonné demandé, jusqu’à ce que ce dernier décroche son combiné, sinon, lorsque le demandeur décide de raccrocher son téléphone avant que le correspondant désiré décroche le sien.
4. Dès que l’appelé décroche son combiné, ce qui est présenté pour cette simulation par l’appui du bouton « Décrocher » du coté de l’appelé, un nouveau message de réponse nommé « ANM », ou Answer Message, est envoyé depuis le central de rattachement du demandé vers celui de l’appelant, tout en passant par le centre de transit. C’est à partir de cet instant que peut commencer la communication entre les deux correspondants et il est à noter que les signaux de conversation sont transmis sur le circuit préalablement établi. Ceci fait démarrer généralement la taxation au centre de départ.
On montre par la suite le format général du message ANM.
Figure 3.07 : Format du message ANM
Les échanges précédemment effectués se résument par le chronogramme qui suit :
Figure 3.09 : Chronogramme des échanges
Voici comment on avait illustré la phase de conversation entre les deux abonnés.
Figure 3.08 : Capture lors de la phase de conversation
Ici, un autre son a été introduit pour la simulation d’une petite conversation entre les deux correspondants.
La prochaine étape de la simulation concerne la terminaison de l’appel. Là, deux cas de figures peuvent se présenter :
– soit c’est l’appelant qui raccroche en premier (bouton « Raccrocher » du côté de l’appelé)
– soit c’est l’appelé qui l’effectue en premier. (bouton « Raccrocher » du côté de l’appelant).
Cas 1 : L’appelé raccroche en premier
5. Lorsque l’abonné demandeur raccroche en premier, le signal de fin « REL » ou Realese est émis depuis son central de rattachement vers le centre de transit sur le canal de signalisation. Le centre de transit réagit en émettant vers l’amont un signal de libération de garde « RLC » ou Realese Complete qui a pour effet de libérer ce même circuit dans le centre amont et puis vers l’aval un autre signal de fin REL qui est relayé jusqu’au central de l’appelé. C’est après qu’un message RLC est transmis vers le centre de transit pour libérer cette deuxième partie du circuit.
Pour mieux comprendre ce premier cas de libération, on va donner son chronogramme [Figure 3.10].

Lire sur cLicours.com :  Support de travaux dirigés d’électronique de puissance

Cours gratuitTélécharger le cours complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.