Risque de défaillance (risque de crédit ou de défaut)

Cours risque de défaillance (risque de crédit ou de défaut) , tutoriel & guide de travaux pratiques en pdf.

LES RISQUES

Risque de taux d’intérêt
Ce facteur est la source de risque la plus importante car les variations de taux amènent de la volatilité. Pour les obligations, ce risque est défini comme systémique ou de marché car toutes les obligations sont touchées par ce changement.
Risque de dépréciation du pouvoir d’achat
Dans le cas ou l’inflation a tendance à être forte, l’ajustement des rendements des obligations s’effectue en retard par rapport au taux d’inflation. La raison est que les rendements du marché augmentent avec l’inflation, les rentabilités des obligations déjà émises, sont bloqués par la fixité du coupon. Ceci constitue un risque de dépréciation du pouvoir d’achat.
Risque de défaillance (risque de crédit ou de défaut)
Il représente le non paiement de l’intérêt et/ou le non remboursement de la créance. Il peut être évité en choisissant un émetteur de qualité (bonne notation1) ayant une santé financière saine. Il est clair que le risque de défaut est largement plus élevé pour une société privée que pour une institution publique.
Risque de liquidité
Ce risque se caractérise par la difficulté à revendre une obligation, à prix raisonnable, dans le cas où l’on souhaite s’en défaire. Pour éviter ce problème, il faut choisir les obligations où les transactions sont nombreuses.
Risque de remboursement anticipé au gré de l’émetteur
Ce cas de figure se présente lorsque l’obligation est retirée avant l’échéance prévue. Evidemment, les émetteurs utilisent le remboursement anticipé lorsque les conditions de marché jouent en leur faveur. C’est-à-dire lorsque le marché enregistre une baisse des taux. L’émetteur a tout avantage à rembourser son ancienne dette pour se refinancer à un coût plus bas. Les investisseurs perdent un actif offrant une bonne rentabilité avec par exemple des taux de coupon élevés. Ils doivent ensuite trouver une obligation avec des avantages comparables alors que les taux de rémunération sont moins intéressants pour eux.
Il est stipulé dans la clause de l’obligation si un remboursement anticipé est possible.

Lire sur cLicours.com :  Les institutions régionales de contrôle externe des finances publiques

Les obligations à coupon zéro

Elles se caractérisent par le versement d’aucun coupon entre leur émission et le remboursement. Le seul revenu que percevra l’investisseur, s’il la garde jusqu’à l’échéance, sera le prix de remboursement. Le gain pour l’investisseur dans ce type d’actif financier sera la croissance du prix du titre. En effet, plus l’obligation se rapprochera de son échéance, plus sa valeur de marché tend vers son prix de remboursement qui est également sa valeur nominale. Toutefois, il faut que le prix d’émission soit plus bas que la valeur nominal. Par la suite, le prix de l’obligation ne pourra pas dépasser le prix de remboursement. Ainsi, plus le prix d’une obligation à coupon zéro est bas, plus le rendement offert est élevé.
Les avantages
L’investisseur ne doit pas se soucier du problème des réinvestissements des coupons sur le marché puisqu’il n’y en a pas. L’obligation coupon zéro offre une gestion simple de l’exposition au risque de taux. Il suffit à l’investisseur de détenir le titre jusqu’à l’échéance pour obtenir une rémunération égale au taux de rendement du titre constaté au moment de son achat.
Les désavantages
L’investisseur ne profite pas des hausses de taux sur le marché car il ne pourra pas réinvestir à des taux plus élevés les coupons échus. De plus, le prix de l’obligation à coupon zéro est très volatil : Une hausse des taux du marché survient, la plus-value liée à la baisse du prix de l’obligation peut être importante et le sera d’autant plus que la maturité est grande. Pour lutter contre, il faut détenir l’obligation zéro coupon jusqu’à l’échéance.

Cours gratuitTélécharger le cours complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.