Analyse systémique du stationnement

Analyse systémique du stationnement

Le stationnement est un objet assurément complexe et ce, à bien des égards. Ce constat n’a rien de nouveau, il a déjà été établi par de nombreuses études antérieures comme celles de Mathon (2008), de Souche (2007) et du Certu (2000a). Toutefois, le stationnement n’a jamais été défini comme tel, même si certaines études récentes sous- tendent son caractère systémique. La complexité inhérente à cet objet se manifeste sous de nombreuses formes. Nous pouvons identifier : Cette complexité se pose comme un obstacle majeur lorsqu’on essaie de comprendre et d’expliquer le fonctionnement du stationnement sur un territoire et plus encore lorsqu’on essaie d’agir sur lui. C’est particulièrement le cas lorsque les décideurs tentent de raisonner de manière globale et transversale et de prendre en compte les multiples dimensions que couvre l’organisation du stationnement en ville. DèsCe chapitre appréhende le stationnement comme un objet de connaissance et se propose de le réinterpréter sous l’angle de sa complexité. Il a pour objectif de développer un cadre théorique de compréhension et une représentation formelle du stationnement dans sa totalité, en mettant l’accent sur sa dimension spatiale. Tout l’enjeu pour définir cet objet est de représenter comment se structure « l’ensemble stationnement » sur un territoire, comment il fonctionne, quels effets il exerce, et avec quels éléments il interagit.

La réponse à ces questions est sous-tendue par une approche systémique. Située entre holisme et réductionnisme, la systémique fournit un mode de représentation abstraite d’application générale, considérant le phénomène étudié comme un système, i.e. un ensemble d’éléments en interaction. Grâce à des modes de représentation spécifiques, elle permet d’organiser la production de connaissances sur des objets complexes et, à partir de ces connaissances, d’orienter l’action sur les objets, d’où son intérêt pour notre recherche. Plus spécifiquement, l’analyse effectuée dans ce chapitre prendra la forme d’une exploration systémique. Globale et générique, elle sera centrée sur les aspects physiques, fonctionnels et spatiaux de ce système. Le concept de « système de stationnement » a été pensé et construit, il sera utilisé comme une clé d’entrée dans la complexité de cet objet. Après avoir situé le système étudié dans son environnement extérieur, nous nous attacherons à identifier les éléments qui le composent, de manière élémentaire puis agrégée. Nous étudierons quatre sous-systèmes : l’offre, la demande, l’usage et le jeu d’acteurs. Dans un deuxième temps, nous analyserons et représenterons, à travers des schémas génériques, le comportement de ces éléments et du système dans son ensemble, en adoptant la dimension spatiale comme ligne directrice d’analyse.Le présent chapitre est structuré en cinq parties. La section 2.2 donnera un aperçu de l’approche systémique. La section suivante (2.3) posera une définition du concept de « système de stationnement ». La section 2.4 décrira la structure générale du système et caractérisera ses différents composants. Enfin, la section 2.5 présentera une analyse des mécanismes de fonctionnement du système de stationnement selon différentes échelles spatiales.

Lire sur cLicours.com :  Généralisation au problème multi-produit

La systémique est une démarche intellectuelle et un paradigme scientifique appliqué dans différents champs disciplinaires depuis plus d’un demi-siècle. Pour cette raison, nous nous contenterons d’en dresser un panorama rapide pour rappeler les circonstances de son émergence, ses fondements, ses méthodes et ses outils. À la fin de cette section, nous montrerons l’intérêt d’appliquer ce paradigme à l’analyse du stationnement. L’essor de la systémique remonte à la seconde moitié du XXe siècle. Née aux États- Unis au début des années 1950, développée et pratiquée en France depuis les années 1970, la systémique présente une double nature. Elle constitue à la fois un courant de pensée et une démarche intellectuelle (Donnadieu et al., 2006 ; Certu, 2007). L’émergence de ce paradigme est intrinsèquement liée à la prise de conscience de la complexité du monde et de l’incapacité de l’approche classique, analytique, mécaniste et causale, alors dominante, d’offrir les moyens nécessaires à la compréhension de cette complexité et à l’action sur elle (Certu, 2007)66. Selon les termes de Bertalanffy (1993), père de la théorie des systèmes, le paradigme systémique est « une nouvelle philosophie de la nature ». La systémique propose une approche fondée sur de nouvelles représentations de la réalité, complémentaires et indissociables des pratiques cartésiennes. Le développement du structuralisme, de la cybernétique et de la théorie générale des systèmes a nourri la systémique. Les principes véhiculés par ces disciplines lui ont permis de s’établir progressivement comme une véritable science de la complexité. Au fil du temps, les préceptes de la systémique se sont consolidés et elle s’est petit à petit imposée comme une approche conceptuelle universelle dont le champ d’application s’étend à tous les domaines et à toutes les disciplines (économie, sociologie, biologie, géographie, informatique, etc.).

 Cours gratuitTélécharger le document complet

 

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.