Application d’analyse du cycle de vie (ACV) pour un développement durable

TABLE DES ILLUSTRATIONS
INTRODUCTION GENERALE
CHAPITRE I : ETAT DE L’ART DE L’INDUSTRIE CIMENTIERE
INTRODUCTION
I.1 DESCRIPTION DES MATIERES UTILISEES POUR LA FABRICATION DU CIMENT
I.1.1 Clinker
I.1.2 Laitier de haut fourneau
I.1.3 Pouzzolanes
I.1.4 Cendres volantes
I.1.5 Fillers
I.2 CATEGORIES ET DESIGNATION DES CIMENTS
I.2.1 Catégories des ciments
I.2.1.1 Ciments courants ou ciments CEM
I.2.1.2 Ciments spéciaux
I.2.1.3 Ciments hors normes
I.2.2 Désignation des ciments
I.3 PROCEDES ET TECHNIQUES DE FABRICATION DU CIMENT
I.3.1 Différents procédés
I.3.2 Techniques de fabrication
I.3.2.1 Extraction des matières premières
I.3.2.2 Stockage et broyage des matières premières
I.3.2.3 Cuisson pour obtention du clinker
I.3.2.4 Broyage du clinker et d’additifs pour obtenir le ciment
I.3.2.5 Conditionnement et expédition
CONCLUSION
CHAPITRE II : ANALYSE DE CYCLE DE VIE : UN OUTIL D’EVALUATION ENVIRONNEMENTALE GLOBALE
INTRODUCTION
II.1 ACV PARMI LES METHODES D’EVALUATION
ENVIRONNEMENTALE
II.1.1 Méthodes d’évaluation environnementale
II.2.2 Comparaison entre l’ACV et l’Etude d’Impact Environnemental EIE
II.2 CADRE METHODOLOGIQUE ET HISTORIQUE D’ACV
II.2.1 Historique et cadre institutionnel
II.2.2 Présentation de cadre méthodologique
II.2.2.1 Définition des objectifs et du champ de l’étude
II.2.2.2 Analyse de l’inventaire du cycle de vie
II.2.2.3 Évaluation des impacts du cycle de vie
II.2.2.3.1 Etapes d’évaluation
II.2.2.3.2 Normalisation, pondération et score
II.2.2.3.3 Méthodes d’évaluation d’impact dans les ACV
II.2.2.4 Interprétation de l’analyse du cycle de vie
II.3 PANORAMA RAPIDE DE QUELQUES LOGICIELS POUR REALISER DES ACV
II.4. APPORT ET POINT FAIBLE DE L’ACV
II.4.1 Points forts du processus des ACV
II.4.2 Limite de la méthodologie
CONCLUSION
CHAPITRE III : APPLICATION ET MISE EN PRATIQUE DE l’ACV POUR LES CIMENTERIES : CAS DE S.C.M.I MEFTAH
INTRODUCTION
III.1 PRESENTATION ET CARACTERISTIQUES DE SCMI
III.1.1 Identification de l’entreprise
III.1.2 Gisement des matières premières
III.1.3 Utilités
III.1.4 Description du milieu
III.1.4.1 Donnée topographique
III.1.4.2 Hydro climatologie
III.2 SCHEMA SYNOPTIQUE SIMPLIFIE DE LA LIGNE DE PRODUCTION
III.3 REALISATION DE L’ACV
III.3.1 Définition des objectifs et de champ de l’étude
III.3.1.1 Définition des objectifs
III.3.1.2 Champ de l’étude (scope)
III.3.2 Analyse de l’inventaire
III.3.2.1 Origine et nature des données collectées
III.3.2.1.1 Bilan quantitatif et qualitatif des flux d’entrée
A. Eau
B. Matières premières de base
C. Matières premières auxiliaires
D. Energie
III.3.2.1.2 Bilan quantitatif et qualitatif des flux de sorties
A. Produits finis et semi finis
B. Eau
C. Déchets
D. Bruit
E. Air (poussières et gaz)
III.3.2.2 Approche ‘Entrant-sortant
III.3.2.2.1 Emission de Dioxyde de Carbone ‘CO2
A. Emissions de CO2 du procédé de décarbonatation
B. Emissions de CO2 de combustion pour la clinkérisation…
C. Emissions de CO2 résultant de la poussière de four à
ciment ou de la poussière de déviation
III.3.2.2.2 Emissions des particules en suspension (PM)
III.3.2.2.3 Emissions des Oxydes d’azote (NO)
III.3.2.2.4 Emissions des Monoxydes de carbone (CO)
III.3.2.3. Récapitulatif et interprétation des résultats x
III.3.3 Impacts évalues
III.3.3.1 Classification et caractérisation
III.3.3.2. Valeur de Normalisation (Normation) et pondération
III.3.3.3. Présentation des résultats et interprétation
CONCLUSION
CHAPITRE IV: DEMARCHE SOCIO-ECONOMIQUE: PROPOSITION METHODOLOGIQUE
INTRODUCTION
IV.1.LES DONNEES SOCIO-ECONOMIQUES
IV.1.1. Commercialisation du ciment
IV.1.2. Evolution de l’emploi
IV.1.3. Chiffre d’affaires et la valeur ajoutée
IV.1.4. Productivité
IV.1.5. Investissement
IV.2. ESTIMATION DES IMPACTS SOCIO-ECONOMIQUES
IV.2.1.Principe de calcul
IV.2.1.1. Les effets directs
IV.2.1.2. Les effets indirects
IV.2.1.3. Les effets induits
IV.2.2. La méthode d’évaluation des impacts
IV.3. SYNTHESE DE L’IMPACT GENERE PAR L’INDUSTRIE DANS L’ECONOMIE DE L’ETAT
CONCLUSION GENERALE
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
ANNEXES
GLOSSAIRE

Lire sur cLicours.com :  Mémoire Online: Conception d’une comptabilité analytique pour la mise en place d’un système de contrôle de gestion

ETAT DE L’ART DE L’INDUSTRIE CIMENTIERE

INTRODUCTION:

Le ciment est un matériau de base dans les secteurs du bâtiment et du génie civil. Il est utilisé dans la fabrication du béton, qui est le deuxième matériau le plus utilisé sur la planète. C’est un matériau de construction durable, versatile et totalement recyclable.
Le ciment est fabriqué dans plus de 150 pays dans des centaines d’usines locales. Sa production progresse régulièrement depuis le début des années cinquante. Elle ne cesse d’augmenter dans les pays en voie de développement en particulier en Asie, qui s’est taillé la part du lion dans l’augmentation de la production mondiale de ciment pendant la dernière décennie. Cette augmentation de productivité est due à l’apparition d’unités de production de plus en plus grandes, à la mise en œuvre de la conduite automatique des procédés et à l’utilisation d’un personnel moins nombreux mais plus qualifié requis par cette automatisation.

Les marchés du ciment sont avant tout locaux. Il existe cependant un commerce mondial et dans certains cas l’expédition internationale de ciment est économiquement viable. La concurrence internationale est surtout une menace pour les usines au niveau individuel Ce chapitre est construit autour du fil conducteur de la production cimentière.il présente les techniques et les procédés dont sont issues les ciments, après avoir connaitre les matières utilisées pour la fabrication ce liant hydraulique, et ses types.

DESCRIPTION DES MATIERES UTILISEES POUR LA FABRICATION DU CIMENT:

Le ciment est un produit très commun dans la civilisation contemporaine, mais il est mal connu du grand public. Sa fabrication est une prouesse technique que l’on ne soupçonne pas.
L’origine des ciments remonte très loin dans l’histoire de l’humanité. Ils auraient d’abord été inventés par les Égyptiens, puis améliorés par les Grecs d’Italie qui le renforcèrent avec des cendres pouzzolaniques, usage repris et généralisé par les Romains. Le ciment ne prend son acception contemporaine qu’au XIXe siècle, lorsque Louis Vicat identifie le phénomène d’hydraulicité des chaux en 1817. En 1824, l’écossais Joseph Aspdin fait breveter le « ciment portland » et marque le début de l’ère industrielle de la production du ciment (ICEDD, 2005,).

La première usine de ciment a été créée par Dupont et Demarle en 1846 à Boulogne-sur-Mer. Les procédés de fabrication se perfectionnèrent sans cesse. Pour produire une tonne de ciment, il fallait en 1870 : 40 heures, il faut actuellement environ 3 minutes.
On apprend ainsi que les ciments sont des liants hydrauliques, « on entend par là une poudre minérale qui forme avec l’eau une pâte faisant prise et durcissant progressivement », formés de constituants anhydres, cristallisés ou vitreux. Ils résultent du broyage et de l’homogénéisation de divers composants qui sont essentiellement (Apichat, 2000)..

….

Si le lien ne fonctionne pas correctement, veuillez nous contacter (mentionner le lien dans votre message)
Développement durable (2.2 Mo) (Rapport PDF)
Développement durable

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.