Cours assainissement: Instruction technique relative aux réseaux d’assainissement des agglomérations

Sommaire: Instruction technique relative aux réseaux d’assainissement des agglomérations

1. CHAPITRE 1 CONCEPTION GENERALE
1.1 DEFINITION
1.2 CONTRAINTES GENERALES
1.2.0 L’objectif de qualité
1.2.1 Les problèmes épidémiologiques et sanitaires
1.3 DEFINITION DES DIVERS SYSTEMES D’EVACUATION DES EAUX USEES ET DES EAUX PLUVIALES
1.3.0 Systèmes fondamentaux
1.3.1 Système pseudo-séparatif
1.3.2 Système composite
1.3.3 1.3.3. Systèmes spéciaux
1.4 FACTEURS INFLUANT SUR LES PROJETS D’ASSAINISSEMENT
1.4.0 Les données naturelles du site
1.4.00. La pluviométrie de la région
1.4.01. La topographie
1.4.02. L’hydrographie et le régime des nappes souterraines
1.4.03. La géologie
1.4.1 Les données relatives à la situation actuelle des agglomérations existantes
1.4.10. Nature des agglomérations
1.4.11. Importance de l’agglomération
1.4.12. Modes d’occupation du sol
1.4.13. Assainissement en place
1.4.14. Autres éléments de choix de la solution
1.4.2 Les données relatives au développement futur de l’agglomération
1.4.3 Les données propres à I’assainissement
1.4.30. Les conditions de transport des eaux usées
1.4.31. Les problèmes d’exploitation
1.4.32. Les nuisances
2. CHAPITRE II CALCUL DES DEBITS D’EAUX PLUVIALES
2.1 DEBITS DES BASSINS VERSANTS URBANISES. FORMULES SUPERFICIELLES
2.1.0 Généralités
2.1.1 Choix de la période de retour d’insuffisance du réseau
2.1.2 Formules superficielles
2.1.3 Remarques
2.1.4 Evaluation de la pente
2.1.5 Evaluation du coefficient de ruissellement
2.1.6 Evaluation de l’allongement d’un bassin et évaluation du coefficient correcteur
2.1.7 Evaluation des paramètres équivalents d’un groupement de bassins
2.1.8 Validité des formules
2.1.9 Bassins versants urbanisés de grande superficie
2.2 APPORTS PROVENANT DES BASSINS VERSANTS NON URBANISES EXTERIEURS AUX ZONES URBANISEES
2.3 LES PROGRAMMES DE CALCUL
3. CHAPITRE III CALCUL DES DEBITS D’EAUX USEES
3.1 DEBITS D’EAUX USEES DOMESTIQUES
3.1.0 Débits maximaux d’avenir
3.1.1 Débits moyens actuels
3.2 DEBITS D’EAUX USEES INDUSTRIELLES
3.2.0 Généralités
3.2.1 Probabilités de satisfaction. Débits moyens spécifiques
4. CHAPITRE IV CALCUL DES SECTIONS DES OUVRAGES
4.1 GENERALITES
4.2 RESEAUX « EAUX USEES » EN SYSTEME SEPARATIF
4.3 RESEAUX « PLUVIAUX » EN SYSTEME SEPARATIF
4.4 RESEAUX « UNITAIRES »
5. CHAPITRE V CONDITIONS D’ETABLISSEMENT DES RESEAUX
5.1 SYSTEME UNITAIRE
5.1.0 Collecteurs
5.1.1 Déversoir d’orage et émissaires
5.1.2 Stations d’épuration
5.2 SYSTEME SEPARATIF
5.2.0 Eaux pluviales
5.2.1 Eaux usées
5.3 SYSTEME PSEUDO-SEPARATIF
6. CHAPITRE VI OUVRAGES ANNEXES
6.0 DISPOSITIONS PARTICULIERES CONCERNANT LES MESURES DE PROTECTION EN AMONT DES BRANCHEMENTS
6.0.1 Broyeurs d’éviers
6.0.2 Siphons disconnecteurs
6.0.3 Boîtes à graisse, déshuileurs
6.1 BRANCHEMENTS PARTICULIERS
6.2 GARGOUILLES
6.3 CANIVEAUX
6.4 BOUCHES D’EGOUT
6.4.1 Bouches d’égout à accès latéral (ou avaloirs)
6.4.2 Bouches d’égout à accès sur le dessus (bouches à grilles)
6.5 OUVRAGES D’ACCES AUX CANALISATIONS
6.5.0 Canalisations visitables (hauteur Intérieure supérieure ou égale à 1,60 m)
6.5.00. Ouvrages d’accès aux ouvrages visitables
6.5.01. Cheminées de visite
6.5.1 Canalisations non visitables (hauteur intérieure inférieure à 1,60 m)
6.6 DISPOSITIFS DE VENTILATION
6.7 RESERVOIRS DE CHASSE
6.8 DEVERSOIR D’ORAGE
6.9 BASSINS DE DESSABLEMENT
6.10 DEGRILLEURS
6.11 SIPHONS
6.12 POSTES DE RELEVEMENT ET DE REFOULEMENT
6.12.0 Postes de relèvement
6.12.1 Postes de refoulement
6.12.2 Dispositions communes
6.13 POSTES DE CRUES
6.14 DISPOSITIFS DE MESURE DE DEBITS
7. CHAPITRE VII BASSINS DE RETENUE D’EAUX PLUVIALES
7.1 INDICATIONS GENERALES
7.1.0 Principe. Intérêt et sujétions
7.1.1 Choix du type de bassin. Influence du site
7.1.2 Dispositions techniques d’ensemble (voir croquis ci-après)
7.2 CALCUL HYDRAULIQUE DES BASSINS DE RETENUE
7.2.0 Bilan hydraulique d’une retenue d’étalement
7.2.1 Calcul du volume utile d’une retenue d’eaux pluviales
7.2.10. Considérations générales
7.2.11. Coefficient d’apport
7.2.12. Méthode pratique de calcul
7.3 DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES APPLICABLES AUX DIGUES
7.3.0 Problèmes particuliers relatifs à la construction des digues
7.3.00. Généralités. Réglementation
7.3.01. Divers types de retenues
7.3.02. Qualités d’un bon endiguement
…..

Extrait du cours instruction technique relative aux réseaux d’assainissement des agglomérations

1. CHAPITRE 1 CONCEPTION GENERALE
1.1 DEFINITION.
L’assainissement des agglomérations, au sens où l’entend la présente instruction a pour objet d’assurer l’évacuation de l’ensemble des eaux pluviales et usées ainsi que leur rejet dans les exutoires naturels sous des modes compatibles avec les exigences de la santé publique et de l’environnement.

1.2 CONTRAINTES GENERALES.
La circulaire du ministère de la santé du 10 juin 1976  sur l’assainissement des agglomérations et la protection sanitaire des milieux récepteurs donne des instructions détaillées répondant aux préoccupations d’ordre sanitaire et à la nécessité de sauvegarder le milieu naturel.
Les eaux pluviales doivent être évacuées pour limiter la submersion des zones urbanisées. Les eaux usées doivent être évacuées sans stagnation loin des habitations car les déchets qu’elles contiennent sont susceptibles de donner naissance à des nuisances ou même engendrer des épidémies ; les eaux rejetées doivent satisfaire aux objectifs fixés pour le maintien et l’amélioration de la qualité des milieux naturels récepteurs.
A ce sujet il est rappelé que les eaux pluviales sont susceptibles d’acheminer un poids important de pollution.
1.2.0 L’objectif de qualité.
La loi du 16 décembre 1964, en son article 3, paragraphe 5, a prévu que seront fixés d’une part les spécifications techniques et les « critères physiques, chimiques, biologiques et bactériologiques auxquels les cours d’eau, sections de cours d’eau, canaux, lacs ou étangs, devront répondre, notamment pour les prises d’eau assurant l’alimentation des populations, et d’autre part le délai dans lequel la qualité de chaque milieu récepteur devra être améliorée pour satisfaire ou concilier les intérêts définis à l’article 1 er de la loi ».
Ces intérêts sont l’alimentation en eau potable des populations, les besoins de l’agriculture, de l’industrie et des transports, la protection de la santé publique, la sauvegarde de l’équilibre biologique et hydraulique des milieux récepteurs, le développement des loisirs.

Pour satisfaire à ces obligations, les propriétaires d’installations de déversement existant antérieurement à la publication du décret ci-dessus, devront prendre toutes dispositions pour que leurs effluents permettent la satisfaction de l’objectif, ou des objectifs ci-dessus mentionnés.
En conséquence, les effluents rejetés dans les cours d’eau au titre de l’assainissement des agglomérations devront avoir des caractéristiques adaptées à l’usage qui est envisagé à l’aval pour le milieu récepteur dont ils sont tributaires.
Dans les zones de proximité, où le temps d’écoulement entre le point de rejet et le point d’utilisation est relativement court, les effluents devront subir une épuration renforcée.
En définitive, pour le choix du point de rejet on devra donc, avant toute décision, porter une attention toute particulière au milieu qui devra recevoir après épuration les eaux collectées. Il se peut que, dans certaines circonstances, la nature de l’objectif affecté au milieu récepteur soit d’un niveau trop élevé pour permettre d’y écouler des eaux usées, épurées même après traitement complémentaire. Il conviendra donc, en l’espèce, de déplacer le futur point de rejet.
En cas d’impossibilité, il faudra saisir le service chargé de la police des eaux en vue d’envisager la modification du niveau de l’objectif assigné au milieu récepteur et de suivre la procédure de conciliation de tous les intérêts en cause qui a été utilisée pour la fixation des objectifs de qualité des eaux superficielles.

1.2.1 Les problèmes épidémiologiques et sanitaires.
Schématiquement, trois stades sont à considérer :
• l’évacuation rapide hors de l’habitat des eaux usées;
• leur transport dans des conditions d’hygiène suffisantes à travers le réseau de collecte;
• le traitement dans des installations d’épuration.
L’évacuation à l’intérieur des immeubles doit être établie en conformité avec le règlement sanitaire. Le réseau publie de transport constitue un milieu contaminé et, en particulier, il permet la multiplication des rats et la pullulation des moustiques, agents intermédiaires de propagation de certaines épidémies. Cette position spéciale au regard de l’hygiène implique pour la défense de l’environnement des interventions systématiques en matière de dératisation et de désinsectisation, au niveau antilarvaire comme sur les moustiques adultes, interventions qui posent des problèmes pour l’exploitation des réseaux d’eaux usées.
Au niveau du traitement, un sous-dimensionnement des appareils épuratoires peut provoquer un fonctionnement anaérobie des systèmes et causer une gêne pour le voisinage à la fois par des odeurs pestilentielles et par l’apparition de parasites.
Enfin, si l’épuration est réalisée par l’épandage agricole des eaux il convient de se référer à la circulaire du 10 juin 1976 relative à l’assainissement des agglomérations et à la protection sanitaire des milieux récepteurs.

………
Si le lien ne fonctionne pas correctement, veuillez nous contacter (mentionner le lien dans votre message)
Cours assainissement: Instruction technique relative aux réseaux d’assainissement des agglomérations (356.09 KB) (Cours PDF)
Réseaux d'assainissement des agglomérations

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *