Le modèle de la situation collaborative

Le modèle de la situation collaborative

Nous avons évoqué le méta-modèle de la situation collaborative et la sur-couche dédiée à la gestion de crise dans le Chapitre I. Nous allons présenter plus en détails le contenu des modèles qui l’instancient ainsi que l’outil qui, sur la base de ce métamodèle, permet d’obtenir un modèle de la situation de crise et de son environnement (i.e. le système étudié) ainsi que le système de traitement.

Le modèle de la crise

Nous allons détailler ici les notions de modèle de la crise, de modèles terrain et attendu, ainsi que les éléments de connaissance additionnelle permettant d’exploiter ces modèles.

Le modèle à l’instant t0

Le modèle de la situation de crise à t0 correspond à la caractérisation de ladite situation au tout début de la phase de réponse à la crise. Ce modèle sert notamment à construire la cartographie de processus collaboratifs (processus de réponse à la crise ici), qui sera ensuite traduite en un ensemble de workflows exécutables. 

Le modèle à l’instant t

Le modèle à l’instant t doit refléter les évolutions de la situation collaborative pour en constituer une photographie instantanée. Nous avons pu voir dans le chapitre précédent que les sources d’évolution de la situation collaborative étaient regroupées en trois grandes familles : celles dues au caractère instable de la situation (i.e. du système étudié), celles dues aux variations des acteurs de la collaboration et celles dues aux processus collaboratifs (i.e. le système de traitement).

De ces trois familles d’évolution, deux points de vue émergent pour caractériser la situation collaborative à un instant t : 78 Anne-Marie Barthe Chapitre III. Mise à jour des modèles : Détection (partie 1) La photographie : sur la base des événements émis par théâtre de la collaboration (et analysés par le moteur de CEP), le modèle représente une photographie instantanée à t des caractéristiques de la situation collaborative. Cette photographie retranscrit la situation telle qu’elle est réellement,

LIRE AUSSI :  Les crises financières Une mise en perspectives

Le portrait-robot : compte tenu des processus établis et des workflows mis en place, à un instant t de l’exécution des workflows il est possible d’esquisser un portraitrobot de la situation collaborative sur la seule connaissance de l’état d’avancement des services des workflows. Ce portrait-robot retranscrit un état supposé de la situation. Ces points de vue donnent ainsi respectivement naissance aux : • Modèle terrain MT , qui représente le modèle de la situation telle qu’elle se déroule réellement, grâce à la prise en compte des événements émis par le terrain, • Modèle attendu MA, qui représente le modèle de la situation telle qu’on l’attend, compte tenu des événements reçus de la part de la surveillance de l’exécution des workflows.

Notons que le modèle terrain peut également servir à réinitialiser la caractérisation de la situation de crise suite à la réalisation d’une adaptation. En effet, si suite à l’étape de détection menée à un instant t donné —sur les modèles terrain et attendu— une adaptation est décidée, alors le modèle terrain à l’instant t est considéré comme étant l’image la plus réaliste de la situation collaborative. Il est donc utilisé comme modèle initial (à t) et il est à son tour dupliqué pour donner naissance aux modèles terrain et attendu. Ces modèles seront mis à jour et permettront de détecter des évolutions de la situation de crise qui nécessitent une adaptation du système de traitement de la crise.

Formation et coursTélécharger le document complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *