Les déploiements informatiques pour les petites entreprises

INTRODUCTION

Les déploiements informatiques pour les petites entreprises ou succursales sont généralement relégués dans de petites salles confinées, des armoires, voire sur le plancher de bureaux. Que ce soit le propriétaire d’une petite entreprise ou le responsable d’une succursale, l’explication la plus fréquente est que, « comme nous n’avions pas beaucoup de matériels informatiques, nous avons préféré les placer ici ». Un tel raisonnement est souvent justifié lorsque la criticité est réduite sur l’ensemble des opérations si ces équipements tombent en panne. Toutefois, au fur et à mesure que les entreprises se développent, leur dépendance à l’égard des technologies de l’information s’accroît, ce qui les rend plus sensibles à l’indisponibilité des systèmes informatiques. Un entretien auprès d’une petite entreprise alimentaire illustre cette sensibilité. A mesure que le nombre de clients de ce distributeur alimentaire augmentait, il s’est rendu compte qu’il n’arrivait plus à remplir ses commandes correctement et à temps sans l’aide de ses systèmes informatiques. L’indisponibilité de ces systèmes n’interrompt pas seulement les horaires de distribution, mais cela entraîne les restaurants à passer des commandes de dernière minute. Il vous suffit de manquer quelques livraisons pour qu’un restaurant recherche un nouveau distributeur. La présente recherche a permis de mettre au jour les exemples d’indisponibilité suivants :
 Le mauvais serveur a été débranché. L’administrateur informatique pensait avoir identifié le cordon d’alimentation approprié du serveur tour. L’amas de câbles d’alimentation et réseau pêle-mêle a fortement accru le risque de cette erreur. Les blocs d’alimentation doubles sont ensuite devenus une norme pour les équipements informatiques critiques afin d’éviter ce genre d’erreur humaine.  Pannes et redémarrages aléatoires en raison de températures élevées dans la salle.  Une erreur de serveur due à une température élevée a entraîné l’arrêt forcé du système.  Certains éléments de l’équipement informatique se sont arrêtés lors d’une coupure de courte durée. Il est apparu par la suite que l’équipement n’a jamais été branché sur l’onduleur. Cela résulte probablement de l’enchevêtrement de câbles à l’arrière de la baie.  Un personnel de nettoyage a débranché le serveur afin de brancher l’aspirateur.  Une panne d’alimentation a fait tomber en panne tous les systèmes de la baie informatique d’une succursale. L’administrateur informatique a découvert par la suite que l’onduleur signale depuis quelque temps une batterie défectueuse qui devrait être remplacée.
Comme c’est le cas pour de nombreuses entreprises, en particulier les petites entreprises, il suffit d’un évènement d’arrêt ou d’une série d’incidents évités de justesse pour se décider d’investir dans l’amélioration de la disponibilité des opérations informatiques. Dans la plupart des cas, cela incite à réaliser de nouveaux projets de modernisation des équipements informatiques. Un projet de modernisation est l’occasion idéale d’évaluer l’infrastructure physique requise pour prendre en charge les technologies de l’information. Toutefois, selon les recherches, les responsables informatiques déplorent souvent qu’ils manquent de temps pour rechercher et proposer une solution adéquate. Ce livre blanc vise à comprendre cette contrainte de temps et résume les améliorations les plus concrètes sur l’alimentation, le refroidissement, les baies, la sécurité physique, la surveillance et l’éclairage pour les petites salles serveurs et succursales d’une charge informatique de 10 kW. Les deux sections suivantes fournissent des conseils sur chacun de ces systèmes de soutien, et décrivent comment les outils de configuration permettent de réduire le temps requis pour configurer et commander des solutions d’infrastructure physique.

Systèmes de soutien

Cette section résume les meilleures pratiques applicables à ces sous-systèmes de l’infrastructure physique :
 Alimentation  Refroidissement  Baies  Sécurité physique  Surveillance  Éclairage
Alimentation L’alimentation pour les petites salles serveurs se compose d’un onduleur et d’une distribution électrique. Les onduleurs pour cette application sont généralement de type « lineinteractive » pour les charges pouvant atteindre 5 kVA et « on-line double conversion » pour les charges supérieures à 5 kVA. Notez que les onduleurs de capacité supérieure à 2 200 VA environ, ne doivent pas être branchés à une prise 5-20 R (c.-à-d. une prise domestique). Par exemple, un système de 3 kVA nécessite généralement une prise L5-30, et un système de 5 kVA requiert en général une prise L6-30. Le « L » représente une prise « à verrouillage », le premier numéro indique la tension, et le second indique l’ampérage. Les onduleurs d’une capacité supérieure à 6 kVA sont en général câblés à partir d’un panneau électrique. L’installation d’une nouvelle prise ou d’un nouveau câblage doit se faire par un électricien. Dans le cas contraire, l’autre approche consiste à utiliser plusieurs onduleurs de capacité moindre. Pour plus d’informations sur les topologies d’onduleur, consultez le Livre blanc APC n°1, « Les différents types d’onduleurs ».
Il existe deux méthodes de base pour la distribution de l’alimentation :  Branchez les équipements informatiques sur les fiches femelles situées à l’arrière de l’onduleur  Raccordez les équipements informatiques à un bandeau de prises en rack, qui est branchée sur l’onduleur. Cette méthode requiert de monter les équipements informatiques dans une baie. Lorsque le montage est réalisé dans une baie, la gestion des câbles d’alimentation est plus aisée et mieux organisée avec des bandeaux de prises en rack du fait que les cordons d’alimentation ne s’entrecroisent pas, tel qu’illustré dans la Figure 1. Autre avantage, l’arrière de la baie ne contient aucun câble d’alimentation, ce qui améliore la ventilation longitudinale requise pour refroidir les équipements informatiques. Dans les cas où il faut gérer les prises à distance, certains bandeaux de prises sont dotés de compteurs et comportent des prises commutables qui peuvent servir à redémarrer à distance les serveurs interrompus.

Lire sur cLicours.com :  La planification stratégique

Refroidissement

La norme ASHRAE (American Society of Heating, Refrigeration, and Air-Conditioning Engineers) TC 9.9 rend public les températures de fonctionnement recommandées et admissibles pour les équipements informatiques. Le but est de mieux guider les utilisateurs afin de garantir la fiabilité et les performances du matériel tout en maximisant le rendement du système de refroidissement. Les valeurs de ces Directives thermiques 2011 de l’ASHRAE pour les équipements de classe 1 sont énoncées dans le Tableau 1.
Il est possible d’évacuer la chaleur d’une petite salle ou d’un bureau de cinq façons différentes. A savoir :
La conduction : la chaleur peut circuler à travers les murs de l’espace. La ventilation passive : la chaleur peut entrer dans un flux d’air froid grâce à une ventilation ou une grille sans ventilateur. Des systèmes assistés par ventilateurs : la chaleur peut entrer dans un flux d’air froid grâce à une ventilation ou une grille avec un ventilateur. Le refroidissement périmétrique : la chaleur peut être évacuée par un système de refroidissement de confort comme dans les bâtiments. Refroidissement dédié : la chaleur peut être évacuée à l’aide d’un climatiseur dédié
Les cinq solutions ci-dessus diffèrent par leurs performances, par leurs limites et par leurs coûts. La solution de refroidissement optimal est largement tributaire de l’emplacement des équipements informatiques et de la quantité de charge informatique (kW). Voici trois questions fondamentales qui se posent :
1. L’espace adjacent comprend t-il une climatisation de bâtiment pour maintenir la température cible en permanence ? 2. Y a t-il un mur, un plafond ou un plancher contigu à un espace à forte chaleur ? (ex., lumière solaire depuis un mur extérieur) 3. Quelle puissance est consommée par l’équipement dans la salle ?
La réponse à la question 1 sera probablement « Non » pour les bâtiments situés dans des climats chauds, car le système de climatisation du bâtiment est réglé à une température supérieure pendant les week-ends ou les vacances pour conserver de l’énergie. Dans ce cas, il est recommandé d’utiliser un système de refroidissement dédié. Toutefois, si la réponse est « Oui », passez à la question 2. Si la réponse à la question 2 est « Oui », nous vous recommandons d’utiliser un système de refroidissement dédié. Si la réponse est « Non », passez à la question 3.
Quatre solutions de refroidissement sont recommandées, selon la réponse à la question 3. Si la charge informatique est inférieure à 400 watts, la conduction suffit comme moyen de refroidissement et aucun dispositif de refroidissement n’est requis. Si la charge informatique est comprise entre 400 et 700 watts, la ventilation passive suffit uniquement s’il est possible d’installer des bouches d’aération dans la salle. Cela est parfois impossible si la porte ou le mur est classé résistant au feu. Si la charge informatique est comprise entre 700 et 2 000 watts, les systèmes de refroidissement avec ventilateur suffisent, mais encore une fois, seulement s’il est possible d’installer des bouches d’aération dans la salle.  En principe, le système de refroidissement de confort comme dans les bâtiments devrait refroidir les équipements informatiques toute l’année, ce n’est pourtant pas le cas dans les climats plus froids lorsque le système de chauffage est activé et la climatisation est désactivée. De plus, la température de la salle serveurs ou de la baie est rarement régulée par son propre thermostat. Réduire ainsi la température de zone pour aider à refroidir la surchauffe des équipements informatiques pourrait nuire aux personnes des lieux environnants. Options pratiques pour le déploiement d’équipement informatique dans les petites salles serveurs et succursales. Les solutions de refroidissement dédié comprennent des systèmes autonomes refroidis par air (Figure 3) qui sont utilisés lorsqu’un plénum de retour est disponible, comme un faux plafond. S’il est possible d’accéder à l’eau réfrigérée du bâtiment, à l’eau de condensateur ou à une boucle de glycol, vous pouvez utiliser un système dédié utilisant l’un des fluides de refroidissement suivants (Figure 4). Si un mur extérieur ou un toit se trouve à 30 m de l’espace informatique, il est recommandé d’utiliser un système refroidi par air.

Cours gratuitTélécharger le cours complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.