LES POLITIQUES D’AJUSTEMENT STRUCTUREL

LES POLITIQUES D’AJUSTEMENT
STRUCTUREL

Fondement des Programmes d’Ajustement Structurel

L’effondrement du système de Bretton Woods

 Après la deuxième guerre mondiale, les Etats Unis ont mis en place le plan Marshall pour la reconstruction de l’Europe. Ils ont investi massivement dans l’économie européenne pour l’aider à se remettre debout. Ainsi, les pays européenne sont devenus très vite des partenaires commerciaux privilégie. « Environ 13 milliards de dollar de l’époque ont été expédiés à l’extérieur des Etats Unis »  . Par conséquent, les dollars américains se sont mis à circuler à travers le monde. Conformément, aux accords du Bretton Woods signé en 1944, ces dollars sont convertibles en or. Mais les autorités monétaires des Etats unis n’avaient pas intérêt à échanger les grandes quantités d’or de leur coffre contre les dollars qu’elles avaient même émis. Ils ont constaté que le retour de dollars en excès pouvait favoriser l’inflation. 

La pic pétrolière des Etats Unis 

Au début des années 1970, les puissances occidentales (l’Europe de l’ouest, l’Amérique du Nord, l’Australie, Nouvelle Zélande) viennent de connaitre près de trois décennies de forte croissance : c’est « la trente glorieuse ». Cette croissance fulgurante repose essentiellement sur l’accès à un pétrole abondant et bon marché. Le pétrole était considéré comme l’un des moteurs fondamentaux de la croissance économique mondiale. D’où, son nom « or noir ». Il est utilisé directement et indirectement dans un grand nombre de processus de production industrielle et transport. La demande de pétrole avait connu une croissance plus de 7% par ans pendant l’année 1960. A l’époque, les Etats Unis étaient le premier producteur de pétrole. Alors que dans l’année 1971, ils ont atteint son maximum de production : la production domestique ne peut augmenter d’avantage, la demande énergétique s’accroit si rapidement. Les Etats Unis s’alimentent alors à bas cout dans les pays du Moyen-Orient qui sont de grands exportateurs. Par exemple, l’Arabie Saoudite représente 21% des exportations mondiales de pétrole brut. Ainsi, la relation entre les Etats Unis et les pays exportateur se tendent lorsque l’hyperpuissance mondiale abandonne le système de Brettons Woods et la dévaluation du dollar américain. Le cours de pétrole étant libellé en dollars. En effet, les revenus obtenus des pays exportateurs chutent. Ces derniers crient au scandale et réagissent en indexant le prix du baril de pétrole au cours de l’or. Une première vague de hausses du prix du pétrole se produit. 

La crise pétrolière (1973-1979) 

 Le premier choc pétrolier

 Le 6 octobre 1973, l’Egypte et la Syrie lancent une vaste offensive contre Israël dans le but de récupérer les territoires perdus et notamment le canal de Suez lors de la guerre de 6 jours. Cette conflit est prétexte à l’augmentation des prix du baril de brut décidée par l’OPEP (Organisation des Pays Exportateur de Pétrole) en réponse au soutient de certains pays occidentaux à Israël. Lors de la conférence de Koweït le 19 octobre 1973, l’OPEP décide une hausse de 70% des prix du baril, tout en réduisant la production de ses pays membres de 5% puis 25% par mois. L’OPEP stabilise ensuite les prix moyens de pétrole brut en multipliant par quatre(4), passant de 2,67 à 11,65 dollars le baril. Il avait compris le poids politique et stratégique du pétrole, dont la flambée pénalisera les économies durant la période de croissance économique. 

 La deuxième choc pétrolier

 La révolution iranienne éclate la fin 1978 et aboutit le 11 janvier 1979 à la chute de Shah. C’est le point de départ d’un nouvel choc pétrolier. La dégradation des relations entre l’Iran et l’Irak débouche sur une guerre de 1980 à 1988. La déstabilisation de ces deux grands pays producteur de pétrole entretient les tensions sur le marché pétrolier au début des années 80. Au plus haut, le baril atteint 39 dollars en tenant compte de l’inflation, l’équivaut de 100 dollars en 2008. Ce chocs pétrolière entraine le monde dans une crise économique jusqu’en 1982 et aggravé la situation économique international même jusqu’à maintenant. 2 Baisse intentionnelle ou délibérée de la valeur officielle de la monnaie d’un pays par rapport à la monnaie d’un autre pays. On parle ce terme en cas d’un régime de taux de change fixe. 5 Le graphique ci-dessous montre l’évolution du prix du baril de pétrole Brent pendant la période 1880 jusqu’à 2011.

CLiCours.com :  Relevance of the study for the Aeolus project

L’endettement des pays en développement 

Suite aux nombreux chocs pétroliers qui ont été précédés, les pays exportateurs de pétrole avaient obtenus des revenus confortables dans la part de ces marchés. Or, ils les ont placé ensuite dans les banques occidentales. Et ces derniers ont proposés ces pétrodollars3 aux pays du sud avec un taux d’intérêt faible afin de les inciter à emprunter. Proche de zéro au début des années 1960, la part privée de cette dette a atteint 36 milliards de dollars en 1970 et 380 milliards de dollars en 1980. Tous ces prêts provenant de la banque privée ont constitué la partie privée de la dette extérieure publique des PED. A la fin de l’année 1979, les Etats-Unis avaient trouvé une solution pour sortir dans la crise qu’ils ont confrontée. Le directeur de la réserve fédérale des Etats Unis Paul Volcker décide alors une forte augmentation des taux d’intérêt américain pour attirer de nouveaux les flux des capitaux dans le but de lutter contre l’inflation et de stopper le processus de dépréciation du dollar par rapport aux autre devises. Cependant, la grande majorité des prêts avait été contractée dans des monnaies fortes comme le dollar. Les PED doivent procurer beaucoup des devises pour les rembourser. Le taux d’intérêt pendant cette période passe de 4-5% à 16-18% (3 fois plus d’intérêt qu’auparavant). Les pays endettés n’avaient pas donc d’autre choix que de vendre des marchandises à celui qui possède des dollars. Les PED ont dû exporter d’avantage de produits tropicaux ou de ressources minières. Ils sont renforcer leur spécialisations dans l’exportation des biens primaires (café, cacao, thé, coton, sucre, arachide, minerais, pétrole…) Alors qu’au nord, la demande n’est pas augmenter dans une même proportion à cause de la récession économique qu’ils ont confronté. Les PED se sont donc concurrencé et les cours des matières premier se sont alors effondrés. 

Table des matières

REMERCIEMENTS
LISTE DES ABREVIATIONS
LISTE DES TABLEAUX
LISTE DES SCHEMAS/ DES GRAPHIQUES
INTRODUCTION
PREMIERE PARTIE : THEORIQUE
CHAPITRE I : LE CONTEXT HISTORIQUE
Section 1 : Fondement des programmes d’ajustement structurel
I. Aperçu général
1. L’effondrement du système de Bretton Woods
2. La pic pétrolier des Etats-Unis
3. La crise pétrolière (1973-1979)
3.1. Le premier choc pétrolières
3.2. Le deuxième choc pétrolier
4. L’endettement des pays en développement
II. Les modèles théoriques des PAS
1. La base idéologique de la théorie néoclassique
2. Les modèles d’ajustement
2.1. Le modèle monétariste
2.2. Le modèle d’absorption interne
2.3. L’approche fiscale de la balance de paiement
2.4. Le modèle à deux secteurs
3. L’analyse des déséquilibres financière
Section 2 : Elaboration des Programmes d’ajustement structurel
I. Les institutions financières internationales : FMI et BM
II. Les autres bailleurs de fonds
1. Le club de paris
2. Le club de Londres
III. Dette et ajustement
1. Les différentes catégories de la dette des PED
2. L’annulation de la dette
3. L’initiative PPTE
3.1. La notion de dette soutenable
3.2. Les critères d’éligibilités
CHAPITRE II : DEFINITION ET CONTENUS DES PAS
Section 1 : Définition du PAS
Section 2 : Les mesures appliquées
I. La politique de stabilisation
1. Retrouver l’équilibre des finances publiques
1.1. Accroissement des recettes
1.2. Réduction des dépenses
2. La politique de change : dévaluation compétitif
3. La politique monétaire : restriction de l’offre de monnaie
4. La promotion de l’exportation
II. La politique structurelle
1. La libéralisation des échanges
2. L’ouverture aux IDE
3. La privatisation : restructuration des secteurs publics
CHAPITRE III : LIMITE DES POLITIQUES D’AJUSTEMENT
DEUXIEME PARTIE : EMPIRIQUE
CHAPITRE IV : MADAGASCAR DANS LE CADRE DES PAS
Section 1 : Contexte économique
Section 2 : Mise en œuvre de la politique d’ajustement
I. L’application des PAS
II. Les effets des PAS
1. Au niveau des secteurs réels
2. Au niveau des finances publiques
3. Au niveau des secteurs monétaires et financiers
4. Au niveau des secteurs extérieurs
CHAPITRE V : DISCUSSION
Section 1 : Vérification des théories sur la réalité de Madagascar
Section 2 : Par rapport à l’encadrement
CONCLUSION
ANNEXES
BIBLIOGRAPHIE
TABLE DES MATIERES

projet fin d'etude

Télécharger le document complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *