Logistique et transport de marchandises en ville

Logistique et transport de marchandises en ville

Logistique et transport de marchandises : définitions et concepts

Dans le cadre de ce travail, nous n’allons pas faire la distinction entre logistique et chaine logistique, conformément à l’approche adoptée par les européens (à la différence des anglosaxons qui y font la distinction). Le Supply Chain Council définit la logistique comme étant : « la suite des étapes de production et distribution d’un produit depuis les fournisseurs des fournisseurs du producteur jusqu’aux clients de ses clients ». Aussi, la logistique peut se résumer en une équation (Islam, et al., 2013) : Logistique = approvisionnement de matières premières + gestion des matières premières et des produits dans l’usine + distribution aux clients Une schématisation de la logistique est donnée par la Figure I.1. La logistique est composée de 5 éléments clés (Islam, et al., 2013) : transport, entreposage, inventaire, emballage et traitement de l’information.

En général, le transport est la principale composante de la plupart des services logistiques. Les aspects clés de la gestion des transports comprennent les modes  de transport (tels que les voies par la route, ferroviaires, fluviales, aériennes, par pipelines, multimodales ou intermodales), les infrastructures de transport, les conditions géographiques, le type de livraison (par ex. express, normal, longue distance, dernier kilomètre…), la planification du chargement, ainsi que l’itinéraire et la planification du transport. Figure I.1 : Schématisation de la chaine logistique Entre chaque deux acteurs de la chaine logistique, le processus de transport de marchandises peut être plus complexe, en particulier, vers la fin de la chaine (côté « clients »).

En effet, il peut arriver que le transfert de produits entre deux acteurs passe par plusieurs étapes intermédiaires, dont l’objectif est d’optimiser le processus de transport. La Figure I.2 illustre cette décomposition supplémentaire et schématise la relation entre les expéditeurs, dépôts, plateformes de correspondance et destinataires. Cette relation est assurée par des processus de transport indépendants. Figure I.2 : schématisation de la relation entre les acteurs principaux de la chaine logistique à travers des dépôts et plateforme de correspondance (Islam, et al., 2013) Concernant les modes utilisés pour le transport de marchandises, en France, quatre modes se partagent cette activité : la route, le ferroviaire, le fluviale, et par pipeline.

La segmentation du CHAPITRE I : Logistique et transport de marchandises en ville 17 marché du transport suivant la granularité des marchandises à transporter est donnée par la Figure I.3. On remarque que le mode de transport ferroviaire assure, principalement, le transport de marchandises de masse conditionnées et les marchandises en lots complets. L’évolution de la part de chacun des modes de transport cités précédemment, sur les 30 dernières années est donnée par la Figure I.4 (données de (Insee, 2016)). On remarque que la part du mode routier a augmenté tout au long de la période jusqu’en 2011 au détriment des trois autres modes. Depuis 2010, on remarque le retour vers la croissance du mode de transport ferroviaire, avec une moyenne annuelle de croissance de 3%. Figure I.3 : Segmentation du transport de marchandises en France (Pimor & Fender, 2008)

LIRE AUSSI :  L’intégration du marketing et de la logistique

Figure I.4 : Evolution des parts modales de transport en France L’une des raisons qui explique l’évolution du marché du transport de marchandises et la croissance de la part du mode routier, réside dans l’évolution de l’industrie et, plus globalement, l’économie dans les pays développés. En effet, la part des industries lourdes a fortement baissée en Europe ces dernières décennies (ex : industrie minière, aciérie…), alors  que les modes de consommation ont évolué (ex : produits personnalisés et juste à temps, ecommerce…). Ainsi, le mode de transport routier est le plus adapté pour le transport de produits en petite quantité (i.e. petits lots ou colis).

En contrepartie, le mode de transport ferroviaire qui est plus adapté au transport des produits de masse ou de lots importants, a subi un recul de sa part dans le transport de marchandises. Le transport routier domine les autres modes pour diverses raisons. L’association européenne des véhicules de logistique mentionne quelques-uns de ses avantages comme suit : – Il présente une grande flexibilité (temporelle et spatiale). – C’est un moyen de transport direct « door-to-door ». – Il requiert moins de manutention. – Les délais de transit sont généralement plus courts. Cependant, ce mode présente plusieurs inconvénients qui ont stoppé sa croissance depuis 2011, dont les principales : – Saturation du réseau routier et des différentes infrastructures liées à ce mode. – Impact environnemental important, à travers différentes formes de pollution (CO2, particules fines, sonore…). On peut citer d’autres inconvénients, tels que :

– Les restrictions légales (au niveau Européen) et législatives (au niveau de chaque pays) sur les temps de conduite, les tonnages et dimensions, les horaires d’accès aux villes, etc. – La fluctuation des coûts de transport en fonction des marchandises à transporter et de la quantité. En effet, il n’est pas très adapté pour le transport de grandes quantités sur de longues distances, où les prix deviennent moins compétitifs. Quant au mode de transport ferroviaire, plusieurs de ses inconvénients ont fait obstacle à son développement, selon l’association européenne des véhicules de logistique on peut citer : – La dépendance vis-à-vis de la route, en particulier pour la partie finale du transport. – Le peu de flexibilité qui est liée à la dépendance de ce mode à une infrastructure lourde à mettre en place (les voies ferroviaires). D’où, l’impossibilité d’effectuer du « door-to-door », ainsi que la nécessité d’avoir une planification rigoureuse pour l’utilisation des infrastructures. – Les ruptures de charge qui requièrent des opérations de manutention supplémentaires. – Les temps de transit sont longs.

Formation et coursTélécharger le document complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *