Mémoire Online: Etude de l’effet des boues résiduaires sur sol cultivé (Dynamique du phosphore et son utilisation en zone semi – aride)

Sommaire: Etude de l’effet des boues résiduaires sur sol cultivé (Dynamique du phosphore et son utilisation en zone semi – aride)

LISTE DES ABREVIATIONS
LISTE DES TABLEAUX
LISTES DES FIGURES
INTRODUCTION
Chapitre I : REVUE BIBLIOGRAPHIQUE
I. Les ressources en éléments fertilisants
I.1. Les principaux engrais minéraux
I.2. Les ressources organiques
I.3. Les boues résiduaires
I.3.1.. Origine et formation
I.3.2. Principales étapes de traitements de boues
I.3.2.1. procédés de réduction de teneur en eau
I.3.2. 1.1. Lit de séchage
I.3.2.1.2. L’épaississement
I.3.2. 1.3. .La déshydratation
I.3. 2. 2. Stabilisation Des Boues
I. 3. 3. Les principaux types de boues
I.4. Apport des boues en éléments fertilisants
I.5. Intérêt agronomique des boues d’épuration
I.5.1 Effet des boues résiduaires sur le sol
I.5.1. 1 .Effet des boues résiduaires sur la composante biochimique
I.5.1. 1.1. Les matières organiques mortes
I.5.1.1.2 Les éléments minéraux
I.5.1. 2. Effet des boues résiduaires sur la composante physique
I.5.2.1.structure et propriétés hydrique d’un sol amendé en boues
I.6. Les exigences des céréales
Chapitre II. MATERIEL ET METHODES
II.1. Localisation de l’expérimentation
II .2 La nature du climat
II.3. Matériel utilisé
II.3.1. Le sol
II.3.2. Le fertilisant utilisé
II.4. Méthode d’étude
II.4.1. Dispositif de l’expérimentation
II.4.2. Conduite de l’expérimentation
II.4.3. Mesures effectuée
II.4.4. Méthodes d’analyses
II.4.4.1. Méthode d’analyse du sol
II.4.4.2 Autres méthodes analytiques complémentaires
II.4.5 Méthode du traitement du végétal
II.4.5.1. Méthode analytique
II.4.5.2. Méthode mathématique
II.4.6. Méthode statistique
Chapitre III. RESULTATS ET DISCUSSIONS
III.1. Effet des boues résiduaires sur la culture du blé
III.1.1. Paramètres de productivité
III. 1. 2. Composition minérale de la plante
III.2. Effets des boues résiduaires sur le sol cultive
III.2 .1.Paramètres chimiques
III.2.1.1 Teneurs en azote dans le sol
III..2. 1.2. Teneurs en carbone dans le sol
III. 2.1.3. Le PH du sol
III. 2.1 .4. La conductivité électrique du sol
III .2.2. Paramètres physiques du sol
III.2.2.1. La densité apparente du sol
III.2.2.2 La porosité du sol
III.2.2.3. La conductivité hydraulique du sol
CONCLUSION GENERALE
ANNEXE

Extrait du mémoire étude de l’effet des boues résiduaires sur sol cultivé (Dynamique du phosphore et son utilisation en zone semi – aride)

Chapitre I: REVUE BIBLIOGRAPHIQUE
I. Les ressources en éléments fertilisants
Les matières fertilisantes comprennent d’une manière générale tous les produits dont l’emploi est destiné à assurer la nutrition des végétaux, ainsi qu’améliorer les propriétés physiques, chimiques et biologiques des sols.
Les engrais ont pour fonction principale d’apporter aux plantes par l’intermédiaire du sol les éléments utiles à leur nutrition, ils renferment les fertilisants majeurs ( N P K) Et secondaires tel que Ca++ – Mg++ et les oligo-éléments. Ils se classent en trois catégories :
– Engrais minéraux
– Engrais Organiques
– Engrais organominéraux
I.1 – Les principaux engrais minéraux
Ces ressources peuvent être simples ou composées, on distingue les engrais azotés, phosphatés et potassiques. Dans les engrais azotés, on a deux classes : les engrais azotés organiques d’origine animale ou végétale, et les engrais azotés de synthèse qui sont les plus utilisés ex : engrais ammoniacaux, urée, nitrique et ammoniacaux nitrique, leur apport favorise et accentue le développement végétal.
Les engrais phosphatés sont simples ou composés, ils sont nombreux et ont deux origines; l’exploitation du phosphate naturel (minerais); traitement des sous produits de la sidérurgie; ils sont classés selon leur solubilité en engrais très soluble ex: super phosphate de chaux; de solubilité moyenne ex : phosphate bi calcique, et à faible solubilité ex : phosphate naturel.
Les engrais potassiques sont aussi nombreux tels que les chlorures de potassium, les sulfates de potassium et les nitrates de potassium.

Dynamique du phosphore
I.2 – Les ressources organiques
Ils comprennent les déchets végétaux, animaux et humains. Le fumier de ferme (Fao, 1987) qui est la plus importante Fumure organique, il est constitué d’un mélange de composés de bouses et d’urines de bovins et d’autres bestiaux avec la paille.
La paille désigne l’ensemble des organes aériens des végétaux, ce sont des sous produits cellulosiques de la récolte des grains de céréales et ils sont riches en azote et en potassium.
Le composte urbain est un mélange de déchet solide d’origine domestique ayant subi au cours de sa fabrication un échauffement naturel de la masse à une température de 60° C, précédé de certaines opérations mécaniques (triage – broyage dilacération tamisage…), (Glemas, 1980).

Dynamique du phosphore
Les engrais verts se sont les cultures implantées pour produire une biomasse destinée à être enfouie sur place (Vilain, 1987) Le purin est un mélange de déjection liquide; urines et d’eaux de lavage ou de jus de  récupération des fumiers, la composition varie selon les animaux et leur mode d’alimentation ex: cheval, (%). N= 1,2 : % P = 00, % K 20 = 1,5) et mouton (% N = 1,7, % P = 0,07; % K 20 = 2 ; une bonne partie d’N et de K Contenue dans la nourriture se retrouve dans les urines sous forme soluble est directement assimilable (FAO, 1987).

……….
Si le lien ne fonctionne pas correctement, veuillez nous contacter (mentionner le lien dans votre message)
Mémoire Online: Etude de l’effet des boues résiduaires sur sol cultivé (Dynamique du phosphore et son utilisation en zone semi – aride) (2.5 MO) (Cours PDF)

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *