Mémoire Online: Etude des sources d’eau du massif de Bellezma dans leur cadre structural

Extrait du mémoire étude des sources d’eau du massif de Bellezma dans leur cadre structural

Introduction :
Avant d’aborder le sujet des sources en détails et bien que cette étude ait une vocation beaucoup plus géologique qu’hydrogéologique, la nécessité de mettre les monts de Bellezma dans leur contexte stratigraphique et tectonique exacte s’avère incontournable, notamment du fait que les sources, sujet d’étude, sont en dépendance directe des condit ions d’émergence contrôlées par de complexes configurations géologiques. De ce fait, la détermination des divers types de sources revêt une importance primordiale, et servira à synthétiser une perspective synoptique contribuant à une conception et compréhension plus réaliste des origines et modalités de fonctionnement de ces dernières.
1 – Contexte stratigraphique des monts de Bellezma :
1.1 – Keuper :
Les formations groupées sous cette rubrique sont principalement constituées par des argilites et par des lentilles gypseuses. Aucun argument paléontologique ne vient d’appuyer l’âge attribué à ces affleurements souvent laminés et localisés dans l’Est (Fig. 14). Ils comprennent trois pointements de diabase très mécanisés et rappellent par leur position et leur relation avec les roches encaissantes le diapirisme (Bureau, 1986).
1.2 – Lias :
Const itué par de grandes masses dolomit iques, il n’est pas fondamentalement différent entre l’axe des monts de Batna qui est son affleurement le plus méridional, et les falaises de la Mestaoua, au Nord (Fig. 14).
Dans la zone Nord la puissance de l’étage est au minimum de 1000 m, la série très largement dolomitique se présente en grandes masses successives, quelques repères ont été conservés, en dépit d’une dolomit isation presque systématique.
Au Sud dans les monts de Batna, le Lias donne une fausse impression de continuité. Il est souvent basculé ou tronqué, comme c’est le cas au débouché du Ravin bleu dans le NW de Batna. Au dj Kasserou, dans le Nord de Batna et à l’Est du ravin bleu, la base de Lias est en contact par faille subvertical avec la base de Crétacé inférieure : la série Liasique est représentée par une colonne de 500 m de puissance, la série au Sud composée de carbonates sera divisée en deux parties, dolomitique à la base, calcaire au sommet.
Les horizons inférieurs de la première partie du Lias sont constitués par des dolomies massives, noires de pat ine surmontée par d’autres dolomies noires plus massives, présentant quelques horizons béchiques.
Le second élément de la première partie du Lias est tout aussi massif généralement plus claire, il comporte des alternances de zones claires et noires lui donnant un aspect rubané.
La partie supérieure peut-être essentiellement calcaire mais sa base est le plus souvent dolomit isée ,dans l’élément supérieure de cette seconde partie les restes d’organismes y sont plus fréquents manifestés par des niveaux à gravelles et des restes de Dacycladacées, puis plus haut des Entroques qui accompagnent des Brachiopodes complètement enchâssés dans la pierre, à une quarantaine de mètres, débute l’Ammonit ico Rosso inférieure, il commence par une combe argilo-marneuse rouge violacée. Cette combe précède un Ammonitico Rosso calcaire et noduleux, rouge ou vert, comprenant quelques fines passées marno-schisteuses légèrement siliceux. La macrofaune est essentiellement constituée par des Ammonites et des Bélemnites, plus ou moins fragmentées (Bureau, 1986).

……….
Si le lien ne fonctionne pas correctement, veuillez nous contacter (mentionner le lien dans votre message)
Mémoire Online: Etude des sources d’eau du massif de Bellezma dans leur cadre structural (81.18 MB) (Cours PDF)

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *