Méthodologie d’Analyse Territoriale et d’échantillonnage

 Méthodologie d’Analyse Territoriale et d’échantillonnage

Définition des critères Dans un objectif d’analyse territoriale des gisements de biodéchets, ces derniers doivent être recensés et identifiés en fonction de différents critères permettant d’apporter des détails sur la nature physico-chimique du gisement, un éclairage relatif à sa production (typologie de producteur, dispersion, saisonnalité) ou à son mode de gestion (type de collecte, filière de traitement).

Les critères retenus sont présentés ci-dessous. – Propriétés biochimiques Intitulé Commentaire Taux MS/MB (%) Indique la part de matière sèche dans la matière brute, exprimée en %. Taux MONS/MS (%) Indique la part de matière organique non synthétique (les plastiques sont donc exclus de la MO) dans la matière sèche, exprimée en % Taux dégradation (%) Le taux de dégradation évalue en % le taux de matière organique qui se dégrade dans un procédé de méthanisation PBM (m3CH4/tMONS)

Le Potentiel Biométhanogène évalue la quantité de CH4 possible de produire par tonne de matière organique non synthétique, exprimé en Nm3CH4/tMONS (soit pour une pression atmosphérique standard et une température de 15°C) Tableau 2 : Critères biochimiques des gisements Lorsque les valeurs de ces propriétés des gisements de déchets étudiés ne sont pas déterminées par des analyses en laboratoire, il est possible d’utiliser des valeurs indicatives génériques dans la littérature. Les valeurs données par l’ADEME [17].

Il faut cependant souligner que ces valeurs issues de la littérature sont indicatives pour une typologie de biodéchets donnée et qu’il peut y avoir des variations selon les gisements. – Nature du déchet : Identifier la nature des biodéchets : épluchures, restes de repas, feuillages, invendus, etc – Producteur : Identifier la forme des producteurs : ménages, entreprises de restauration, industries agro-alimentaires, etc – Gestionnaire de collecte : Identifier le responsable de la collecte et de l’élimination des biodéchets. – Dispersion : La dispersion du gisement est définie par le nombre de points de collecte. Plus le nombre est élevé, plus le gisement est dispersé et demande une organisation a priori plus complexe pour sa collecte.

Extraction et compilation des résultats

Les résultats des études ne sont pas toujours réalisés sur les mêmes périmètres (géographiques, en termes de natures de gisements pris en compte ou exclus). Les méthodes utilisées diffèrent, entrainant des disparités. Il faut retravailler les données disponibles pour permettre d’établir des comparaisons cohérentes. La figure ci-dessous schématise la méthode proposée pour l’exploitation de ces résultats. Quand cela est possible, il est toujours judicieux d’échanger avec les rédacteurs ou commanditaires des études utilisées afin d’avoir une bonne connaissance des paramètres pris en compte et hypothèses utilisées.

LIRE AUSSI :  Appropriation historique et culturelle de la Crimée

Cela permet d’éviter d’utiliser certaines données à mauvais escient ou d’effectuer des comparaisons non pertinentes. Partie 2 : Méthodologie d’Analyse Territoriale et d’échantillonnage Septembre 2018 Marwan PONS Mémoire de fin d’études 25 Figure 4 : Schéma de méthode d’exploitation des résultats Cependant, sur certains territoires, les études réalisées peuvent ne pas apporter suffisamment d’information pour permettre la réalisation d’une analyse territoriale répondant aux besoins du projet. Les raisons peuvent être les suivantes : – Les études présentent des différences majeures qui ne peuvent être expliquées – Les périmètres (géographiques ou temporels) ne sont pas les mêmes et ne permettent pas de croisement ou compilation – Il existe peu (ou pas) d’études sur les gisements de biodéchets du territoire considéré.

Dans ce cas, il est souhaitable de compléter l’analyse des études existantes pour avoir une meilleure analyse territoriale. Cela peut se faire à partir d’informations présentent dans la littérature ou par enquête auprès d’acteurs du terrain, ou encore d’une autre manière adaptée au territoire et aux gisements ciblés. Les méthodes suivantes de compilation/agrégation/renforcement des résultats peuvent être utilisées (liste non exhaustive) afin de renforcer ou étoffer la compilation des études :

– Utiliser les données brutes d’une des études utilisées dans la compilation et y appliquer des taux de disponibilité. Il est possible d’utiliser les taux moyens définis par l’ADEME [17] ou bien des taux définis à partir d’autres retours d’expériences. Les valeurs de gisement disponible peuvent alors être comparées avec celles des études. – Utiliser directement des ratios de production donnés par l’ADEME [17] afin d’obtenir un gisement brut auquel seront appliqués des taux de disponibilité. 

Formation et coursTélécharger le document complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *