Caractérisation de deux variétés des manguiers améliorées

Depuis plusieurs années, les planteurs se sont préoccupés avec acharnement à obtenir une production en grande quantité à accroître les surfaces cultivables en arbres fruitiers dans toutes les différentes régions du globe. Cette optique est aussi valable pour le peuple malgache. L’exercice d’activité participative dans cette perspective de la région de Boeny prouve le grand intérêt qu’il se donne.

Les espèces de manguiers au nombre approximatif de 600 à la suite des observations sur 75 genres Mangifera servent à la formation d’une famille très importante des anacardiacées dans les zones tropicales. La destination de certaines familles d’anacardiacées à l’ornementation et d’autres à l’économie comme bois à l’ébénisterie ensuite leurs tannins à la tannerie et enfin leurs encens (térébenthines) à la fabrication des vernis et de la peinture à huile anime l’attachement des hommes au travail des champs de manguiers.

Présentation du Centre Nord-ouest 

❖ Historique :
Après les événements de 1972, Madagascar a connu un grand changement au niveau des décisions tant politique qu’économique. Tous les instituts de recherches du temps de la colonisation ont été abandonnés si bien que le gouvernement malgache était obligé de trouver des solutions à ces problèmes. Le centre de Recherche FOFIFA, a été crée par le décret N°74-184 du 10 juin 1974, dans le but d’unifier la recherche agricole à Madagascar. Le centre de Recherche a été chargé de regrouper au sein de la CIRAD et de l’ORSTOM, toutes les activités de recherches anciennement menées par sept instituts de recherche français. Le centre de Recherche FOFIFA a hérité des structures laissées par ces institutions.

❖ Localisation :
Le CRR-NO est implanté à Mahajanga ; son siège à Mahajanga, se trouve à Mahavoky Nord B.P.289. Le Centre FOFIFA est constitué par les stations de recherches suivantes :
− Station de MIADANA
− Station de TSARARANO
− Station de MANGATSA .

❖ Activités du Centre :
Le CRR-NO s’occupe de la recherche agricole dans la circonscription administrative (l’ex-province de Mahajanga) au Nord-ouest de l’île.

Les différents départements de la Direction générale du FOFIFA à Antananarivo :
− Département de recherches agronomiques
− Département de recherches technologiques
− Département de recherches de développement
− Département de recherches forestières et piscicoles
− Département de recherches zootechniques et vétérinaires
− Département de recherches rizicoles.

Présentation de la SRR du FOFIFA de Mangatsa

Historique

La station a été créée par l’Institut Français de la Recherche Fruitière Outre Mer-IFAC dont le siège est « 6 rue de Générale Clèrgence 75 Paris 16ème » en 1966. Les principales cultures de la station depuis sa création étaient la culture d’anacardes et la culture des mangues. La culture d’anacardes a été mise en place en 1966 avec 40 pieds au total et avec plusieurs essais d’anacardes.

Deux ans plus tard, en 1968, l’installation de la culture des mangues a commencé par la création des collections de mangues. Diverses variétés de mangues ont été introduites mais avant cela, IFAC a formé plusieurs personnes sur la technique de greffage en plaquage, en couronne, par approche, en écusson. Plus tard, la culture des mangues installée a été greffée par différentes variétés introduites. La station d’arboriculture fruitière de Mangatsa compte une superficie de 100 ha divisée en deux parties : la première partie est occupée par des anacardes et dont la superficie est clôturée par des fils de fer et du barbelé ; la deuxième partie est occupé par des mangues ; sa superficie n’est pas clôturée.

Localisation

La station d’arboriculture de Mangatsa est située à 15 Km de la ville de Mahajanga derrière l’aéroport d’Amborovy ; une route non goudronnée nous y mène en passant par le lac sacré. La station se trouve dans le district de Mahajanga II.

Climat

La station a la même température que la ville de Mahajanga avec une température moyenne annuelle de 27°C et avec des variations de faible amplitude ; la pluviométrie est de 1200 mm qui tombe par an durant les 80 jours repartis sur 05 mois (a partir du mois de Décembre jusqu’au mois d’Avril). Le réseau hydrographique est constitué de plusieurs lacs dont le lac sacré est le plus réputé dans la province de Mahajanga.

LIRE AUSSI :  Performances zootechniques de la souche chair

Généralité sur le Manguier 

Ecologie de la plante

climat

Le manguier est un arbre fruitier de climat tropical caractérisé par une alternance très nette de saisons sèches et de saisons humides. En effet, au-delà de l’isohyète de 2000 mm d’eau par an, les problèmes phytosanitaires deviennent presque insurmontables. Les limites Nord et Sud de sa zone de culture débordent les tropiques (23°27’ de latitude) en quelques points du globe où les conditions climatiques sont encore favorables.

Pluviométrie

Le manguier se développe et produit beaucoup des fruits dans des régions ayant des pluviosités annuelles très différentes. Quoi qu’il en soit, la répartition des pluies au cours de l’année est plus importante que la quantité annuelle qui tombe, surtout pour les plantations commerciales. Le minimum nécessaire en culture non irriguée peut varier suivant la durée de la saison sèche, suivant l’évapotranspiration pendant cette période et la capacité utile des sols en eau, mais il semble que l’on ne trouve guère des régions où l’on fasse, sans irrigation, des cultures commerciales de manguiers lorsque la moyenne annuelle des précipitations est inférieure à 750 mm. Le manguier, comme les autres fruitiers a besoin d’un repos végétatif pour induire la floraison ; cet indispensable repos est provoqué par une période sèche d’au moins de deux mois et demi à trois mois. Dans les régions où l’on irrigue, on ne doit pas faire d’arrosage pendant la période de repos. Les pluies pendant la période de floraison peuvent causer des dégâts importants et détruire tout espoir de récolte. Si les réserves en eau sont insuffisantes, la chute des jeunes fruits est plus abondante et ceux qui subsistent grossissent mal, à moins que l’on ait commencé à irriguer au moment de la floraison.

L’humidité relative élevée, les brouillards, et les forêts rosées favorisent les attaques fongiques sur les fleurs et sur les fruits. Les longues périodes nuageuses sont assez défavorables pour les manguiers au moment de la floraison et de la nouaison.

Température

▶ Sensibilité aux gels :
Les jeunes manguiers sont très sensibles aux gels. Les températures critiques relevées sous l’ombre se situent aux environs de 1°C et 2°C. On est fréquent qu’un coup de froid entre -1°C et +2°C d’une demie heure avant le lever du soleil provoque les gels de l’écorce à la base du tronc chez les jeunes manguiers ; l’écorce dépérit et se craquelle ; la sève après rupture des canaux ne peut plus circuler et au dessèchement l’arbre meurt brutalement. Les vieux manguiers aux écorces plus épaisses ont des meilleures résistances. Les manguiers ayant moins de 05 ans ne résistent pas à une température de -3°C.

▶ Température des végétations :
Le manguier se comporte bien quand les températures ne descendent pas en dessous de 2,2°C et quand elles ne s’élèvent pas au-dessus 43,5°C. On considère que la température optimale se situe entre 23° et 27°C. Les fortes températures au-dessus de 44°C en période sèche provoquent des coups de soleil sur les fruits situés sur la face ouest des mangues comme à Bamako (Mali). Les températures élevées durant le temps sec provoquent une forte évapotranspiration.

Table des matières

INTRODUCTION
Première partie : INTRODUCTION
I- INTRODUCTION
CADRE GENERALE D’ETUDE
I-1 Présentation du Centre Nord-ouest
I-2- Présentation de la SRR du FOFIFA de Mangatsa
I-2-1- Historique
I-2-2- Localisation
I-2-3- Climat
I-2-4 Caractéristiques des sols
I-2-5 Activités des stations
I-3- Généralité sur le Manguier
I-3-1- Ecologie de la plante
I-3-1-1- climat
I-3-1-1-1- Pluviométrie
I-3-1-1-2- Température
I-3-1-1-3- Altitude
I-3-1-1-4- Vents
I-3-1-2- Sols
I-3-2- But de la culture
I-3-3- Botanique
I-3-3-1- Origine
I-3-3-2- Description du manguier
I-3-4- Culture
I-3-4-1- Races et Variétés de manguiers
I-3-4-2- Plantation
I-3-4-1-1- Multiplication
I-3-5- Utilisation
I-3-6- Fertilisation
I-3-6-1- Sur la plantation
I-3-6-2- Récolte et rendement
I-3-6-3-Importance économique
I-3-7- Maladies et ennemis
Deuxième partie : MATERIELS ET METHODES DE TRAVAIL
II- MATERIELS TE METHODES DE TRAVAIL
II.1.Matériels
II.2.Méthodologies
Troisième partie : RESULTATS
III – RESULTATS
III.1-Résultats morphologiques
III.2- Floraison et production
Quatrième partie : DISCUSSIONS ET SUGGESTIONS
IV. DISCUSSIONS ET SUGGESTIONS
Cinquième partie : CONCLUSION
V- CONCLUSION
CONCLUSION
ANNEXE
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Télécharger le document complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *