IMPACT DES COVB SUR LA QUALITE DE L’AIR AU CAP CORSE ET A L’OBSERVATOIRE DE HAUTE PROVENCE

IMPACT DES COVB SUR LA QUALITE DE L’AIR AU CAP CORSE ET A L’OBSERVATOIRE DE HAUTE PROVENCE

Ce chapitre a pour objectif de mettre en perspective l‘ensemble des résultats obtenus au cours de cette thèse. Dans un premier temps, une comparaison des sites de l‘OHP et du Cap Corse en termes de concentrations de COVB et COVO, ainsi qu‘en termes de degré d‘oxydation est effectuée. Dans le cadre de cette comparaison, quelques résultats préliminaires de la campagne CANOPEE 2 sont également présentés. Par la suite le rôle des émissions biogéniques dans la chimie de l’atmosphère, et plus précisément dans la formation d‘ozone est discuté en se basant sur la prise en compte d‘indices caractéristiques de la réactivité de chacun des composés étudiés. Ces estimations sont effectués à la fois pour des ratios COV/NOx élevés et faibles afin de montrer l’importance relative des niveaux de NOx sur la formation d’ozone dans la région méditerranéenne. La caractérisation des COV biogéniques à l‘Observatoire de Haute Provence (OHP) et au Cap Corse a fait l‘objet des Chapitres 3 et 4 de ce manuscrit. Avant de s‘intéresser à l‘impact de ces composés sur la chimie atmosphérique, une comparaison des niveaux des COV est effectuée afin de mettre en évidence les caractéristiques communes et les différences des deux écosystèmes étudiés. La première caractéristique commune aux deux sites d‘étude réside dans leur position géographique. L‘Observatoire de Haute Provence et le parc des éoliennes à Ersa sont deux sites ruraux de la partie française du bassin méditerranéen, situés à distance des sources anthropiques. Néanmoins, ils peuvent être tous les deux influencés par des panaches pollués. Ainsi, l‘Observatoire de Haute Provence reçoit des masses d‘air de zones urbaines à proximité, tel que Manosque ou Marseille. Le Cap Corse est à priori peu influencé par la pollution des villes Corses, mais peut recevoir des panaches pollués du Nord de l‘Italie ou du Sud de la France.

L‘autre point commun des deux sites est qu‘ils sont entourés d‘émetteurs en COVB. Néanmoins, la végétation des deux sites est très différente. Ainsi, l‘OHP est couvert par une forêt relativement homogène d‘environ 5 m de haut, constituée de chênes blancs à plus de 80% (Quercus pubescens L). Contrairement à l‘OHP qui est dominé par une essence végétale, la nature des plantes au Cap Corse est beaucoup plus variée. La station des éoliennes, se situe dans un écosystème de maquis ras, composé de nombreuses plantes aromatiques, mais entouré aussi de forêts de chênes verts et de pins. De ce fait, la nature et « signature » des émissions de COVB observées dans les deux sites sont très différentes (FIGURE 5. 2). Les niveaux moyens diurnes (10 -17 h) de l‘isoprène et de la somme des monoterpènes mesurés à l‘OHP pendant les campagnes CANOPEE 1 (juin 2012), CANOPEE 2 (juin 2014) et au Cap Corse pendant ChArMEx SOP (juillet-août 2013) sont présentés FIGURE 5. 2.

Lire sur cLicours.com :  État de l'art sur les fonds numérisés

A l‘OHP, les teneurs ambiantes des composés organiques volatils biogéniques sont dominées à plus de 90% par l‘isoprène, et ce car cette molécule représente 99% du carbone émis autant que COVB par le chêne pubescent (Genard-Zielinski et al., 2014a). Les 10% restants sont principalement composés d‘α-pinène, mais des traces (<10 pptv) de limonène et camphène ont pu être également détectées de façon non systématique pendant CANOPEE 1. La concentration moyenne de l‘isoprène mesuré au-dessus de la forêt (à 5 m au-dessus de la canopée) est de 2.09±0.91 ppbv pour CANOPEE 1 contre 2.34±3.26 ppbv pour CANOPEE 2. Les niveaux moyens sont assez proches, mais l‘écart type à la moyenne est très élevé pour cette deuxième campagne en raison des conditions météorologiques très contrastées, avec des écarts de température de +10 °C entre les journées les plus froides et les plus chaudes. De manière générale, comme les sources d‘isoprène sont exclusivement locales, les variations interannuelles dans les concentrations d‘isoprène s‘expliquent principalement par les différences de température.

 Cours gratuitTélécharger le document complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.