Cours complet introduction au finance de marché

Cours finance de marché complet, tutoriel marchés financiers en pdf.

Chapitre 1 : La décision financière en présence du risque
1. La définition du risque
2. L’espérance mathématique comme mesure du risque
3. L’espérance mathématique de l’utilité comme mesure du risque
4. Forme des fonctions d’utilité et attitudes des individus face au risque
5. La mesure du risque par l’approche espérance – variance
Chapitre 2 : Principe de l’évaluation des actifs financiers
1. Relation entre la valeur d’un actif et son prix
2. La loi du prix unique et l’arbitrage
3. L’arbitrage et le prix des actifs financiers
4. Les mesures comptables de la valeur
5. L’intégration de l’information dans les cours boursiers et l’efficience des marchés
Chapitre 3 : L’évaluation des obligations
1. L’utilisation de l’actualisation pour évaluer les titres à revenu fixe
2. L’évaluation des obligations à coupon zéro
3. Les obligations ordinaires, le rendement actuel et le rendement à l’échéance
4. La variation du rendement des obligations
5. Quelques obligations particulières
Chapitre 4 : L’évaluation des actions
1. Le modèle d’évaluation mono périodique
2. Le modèle généralisé d’évaluation par les dividendes
3. Le modèle de Gordon – Shapiro
Chapitre 5 : La théorie du portefeuille
1. Le rendement d’un titre pour la prochaine période
2. La constitution d’un portefeuille
3. Calcul de l’espérance mathématique et de la variance du taux de rendement d’un portefeuille
(cas d’un portefeuille de 2 titres et généralisation à N titres)
4. La sélection de portefeuille et la construction de la frontière d’efficience
Chapitre 6 : Le modèle d’évaluation des actifs financiers (MEDAF)
1. Présentation du MEDAF
2. Les fondements de la prime de risque du portefeuille de marché
3. Le bêta et les primes de risque des titres financiers
4. L’utilisation du MEDAF dans le choix de portefeuille
5. Le coût des capitaux propres et les taux d’actualisation normatifs
6. Le coût du capital

Introduction

Le système financier désigne l’ensemble des institutions et agents qui permettent à certaines unités économiques, au cours d’une période, de dépenser plus qu’elles ne gagnent, et à d’autres de trouver un emploi à l’excédent de revenu sur les dépenses. Les agents à besoin de ressources externes les collectent par émission de titres et recours au crédit ; les agents à excédent de ressources les prêtent et augmentent ainsi leur patrimoine financier et monétaire.
Les agents à besoin de financement sont souvent appelés emprunteurs ultimes. Pour pouvoir investir davantage que ne le leur permet l’épargne brute, ils vont collecter des ressources externes grâce à l’émission des titres primaires (cette notion recouvre aussi bien des titres négociables comme les actions cotées, les obligations ou les billets de trésorerie que des titres non négociables comme les dotations en capital des entreprises publiques, les crédits à la consommation obtenus par les ménages ou les crédits de trésorerie aux entreprises. En bref, les titres primaires désignent « l’ensemble de toutes les dettes et de toutes les actions émises par les agents non financier » (Gurley et Shaw, 1960).
Les titres primaires peuvent être vendus directement aux agents à capacité de financement, qualifiés de prêteurs ultimes. Ils peuvent aussi être vendus à des intermédiaires financiers, agents spécialisés dans l’achat et la gestion de ces titres et ces intermédiaires financiers empruntent leurs ressources auprès des prêteurs ultimes. Le premier processus est celui de la finance directe alors que le second est celui de la finance indirecte.
On parle de finance directe lorsque le titre primaire émis par l’emprunteur ultime est acheté par un prêteur ultime. Ainsi, une entreprise peut émettre des actions nouvelles pour accroître son capital.
L’Etat peut aussi vendre des bons du trésor pour financer son déficit budgétaire. A l’issue d’une opération de finance directe, le prêteur transforme son épargne en actif portant rémunération et l’émetteur du titre dispose de monnaie qu’il utilisera à l’acquisition d’actifs physique.
Le titre primaire représente une dette de l’emprunteur et est donc soumis à remboursement. Dans le cas des actions ou des obligations, le versement des intérêts ou dividendes et le remboursement du principal dépendent de la capacité et volonté de l’emprunteur ultime d’y procéder. En ce sens, les titres primaires sont soumis au risque de défaut de paiement.
Les opérations de la finance directe se déroulent sur le marché financier. Ce dernier est composé du marché primaire et du marché secondaire.
Le marché primaire est celui sur lequel s’échange les titres émis au cours de la période, on parle encore de marché du neuf. Sur ce marché, se font des émissions d’actions destinée à renforcer les fonds propres des entreprises. On a aussi des emprunts obligataires classiques dont l’objectif est de procurer des capitaux permanents au secteur public, parapublic et parfois privé.
Le marché secondaire ou encore marché d’occasion est celui sur lequel se négocie les titres anciens.
La négociabilité des titres représente pour le détenteur un avantage considérable, car elle lui permet de pouvoir faire face à un besoin de financement à venir en vendant le titre. De plus, comme le prix du titre négociable varie, le marché secondaire permet le développement d’opérations de spéculation, qui consiste à tenter de tirer avantage de l’écart entre le cours actuel du titre et son cours futur. Il est à noter que le marché secondaire ne permet pas de drainer une épargne nouvelle car l’émetteur du titre ne dispose d’aucune ressource nouvelle, seule se modifie l’identité du détenteur du titre primaire.
Aussi, le marché secondaire permet de valoriser les titres déjà existants et indiquent à tout moment les conditions auxquelles peuvent être émis les titres nouveaux.

Quelques produits financiers :

Les produits rencontrés sur le marché financier sont : les dettes, les actions et les produits dérivés.
Les titres de dette sont émis par quiconque a besoin d’argent : les entreprises, les Etats, les ménages.
Les titres de dette encore appelés titres de créance sont aussi appelés titres à revenu fixe car ils versent généralement des intérêts fixes. Ces titres peuvent être classés par leur échéance. Le marché de la dette à court terme (moins d’un an) est appelé le marché monétaire, le marché pour la dette à long terme est appelé le marché obligataire (les titres de dette à long terme étant des obligations). Marché obligataire + marché d’actions = marché des capitaux.
Les actions représentent les titres de propriétés d’une entreprise. Ces actions sont cotées, achetées et vendues sur les marchés d’actions. Elles peuvent aussi être échangées sur un marché de gré à gré. Une action donne est une part de la société, et chaque action donne droit à la même part de propriété sur les actifs de la société. La plupart du temps, chaque action donne droit à la même part du résultat (dividende), et bénéficie d’un droit de vote. Toutefois, les entreprises peuvent émettre des actions sans droit de vote, ou à droit de vote double. De même, certaines actions peuvent donner droit à une part plus importante, ou plus faible, du résultat. Les actions représentent une créance de dernier rang et un caractère de responsabilité limité. La responsabilité limitée signifie qu’en cas de faillite, si la revente des actifs n’est pas suffisante pour payer les créanciers, ces derniers ne peuvent pas demander aux actionnaires de combler la différence.
Les produits dérivés ou produits de gestion des risques sont des titres financiers dont la valeur est liée à (dérive de) la valeur d’un ou plusieurs autres actifs (qu’on appelle sous-jacent), par exemple des actions, des titres à revenu fixe, des devises ou des matières premières. Leur principal intérêt est de servir d’outils de gestion du risque des actifs sous-jacents. Par exemple, un produit dérivé du dollar sert à gérer le risque de fluctuation du dollar. Les produits dérivés les plus courants sont : les options et les contrats à terme.
Une option d’achat (ou call option) est un titre qui donne le droit mais pas l’obligation d’acheter un actif à un certain prix et à une certaine date (ou avant une certaine date). Une option de vente (ou put option) est un titre qui donne le droit mais pas l’obligation de vendre un actif à un certain prix et à une certaine date (ou avant une certaine date). L’avantage de l’option tient dans le droit qu’on se réserve d’agir ou de ne pas agir. Exemple : si je possède un actif et que j’achète une option de vente sur cet actif, j’assure cet actif contre la baisse : en effet, si la valeur de l’action baisse plus que le prix de vente fixé dans le contrat d’option, je ne perdrai pas d’argent à la vente, puisque le contrat d’option me garantit un prix.

………..
Si le lien ne fonctionne pas correctement, veuillez nous contacter (mentionner le lien dans votre message)
Introduction au finance de marché (602.38 KB) (Cours PDF)
introduction au finance de marché

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *