Le référencement naturel, dans l’intérêt conjugué des internautes et des moteurs de recherche

Cours le référencement naturel, dans l’intérêt conjugué des internautes et des moteurs de recherche, tutoriel & guide de travaux pratiques en pdf.

Google™ : le moteur préféré des internautes en France

Etudiants à l’Université Standford (Californie), Jerry Yang et David Filo créent en 1994 un site Internet pour recenser les adresses du Web les plus utiles à leurs travaux. A leur grande surprise, leur « Jerry’s Guide to World Wide Web » est rapidement visité par des centaines de personnes.
En mars 1995, Yang et Filo décident d’apporter la paix dans les esprits en quête de connaissance en développant un modèle économique autour de leur annuaire Web. Ils fondent la société Yahoo!®, en référence aux créatures des « Voyages de Gulliver » de Jonathan Swift, lesquelles ne songeaient qu’à se faire la guerre pour des prétextes futiles. Le succès est fulgurant. Le vétéran des outils de recherche généralistes du Web réalise même une entrée spectaculaire en bourse en avril 1996 avec la vente de 2,6 millions d’actions à 13 dollars l’unité.
Yahoo!® n’est pas historiquement le premier outil de recherche de l’information sur Internet. Dès 1989, le Wide Area Information Servers (WAIS ) permet de récupérer des informations dans des bases de données réparties dans le monde. Quatre ans plus tard, Clearinghouse3 devient le premier guide gratuit des meilleures ressources du Web. Il est élaboré par des personnes indépendantes et spécialisées dans un domaine spécifique. 1995 est marqué par le lancement d’Ecila, l’un des premiers moteurs de recherche français, de Lycos, d’Excite, de Lokace, d’Infoseek, et en décembre, d’Alta Vista™ .
Ce dernier accueille 300 000 utilisateurs le jour de sa mise en service. Six mois plus tard, il recense 30 millions de pages Web sur 225 000 serveurs et 14 000 groupes de discussion. Alta Vista™ est alors considéré comme le plus puissant et le plus perfectionné des moteurs de recherche. Il gère 12 millions de requêtes quotidiennes.
Nomade et Voila seront respectivement créés en juillet 1996 et en janvier 1997. C’est pourtant Google ™ , le dernier né des moteurs de recherche généralistes – ou presque
: All The Web sera lancé en mai 1999 -, qui rafle aujourd’hui la mise en France.
En effet, selon le baromètre XiTi/1ère Position4 de novembre 2005, Google™ accapare 81,21 % du trafic généré par les moteurs de recherche, loin devant Yahoo!® (3,69%). Ces quatre moteurs de recherche génèrent plus de Arrivé en version française au mois d’avril 2000, Google™ est déjà en tête du premier baromètre Xiti/1ère Position paru en septembre 2001 avec 30.1% du trafic généré, devant Yahoo!® (23,3%) et Voila (18,1%). Sa progression sera constante : 54,83% en septembre 2002, 64,19% en septembre 2003 et 73,98% en septembre 2004. Ce succès tient en premier lieu à la particularité inventée par ce moteur de recherche : la notion de pertinence basée sur la popularité des sites, l’équivalent de leur notoriété sur Internet.

FOCUS : Lors du lancement des premiers liens sponsorisés, Altavista ™ n’a pas averti ses utilisateurs de la vocation commerciale de tels liens. La sanction auprès de la communauté des internautes a été immédiate. Altavista™ s’est ainsi discrédité avant même que sa pertinence ne soit remise en question par la nouveauté insufflée par Google™ et son critère de popularité. Cette chute « historique » montre, si besoin en était, qu’ il ne faut jamais chercher à tromper l’internaute.

La raison du succès de Google™

En septembre 1998, deux autres pensionnaires de l’Université Standford, Larry Page et Sergey Brin, fondent la société Google™ et innovent grâce à leur système de classement original des pages Web.
Comme tout moteur de recherche, Google™ utilise un robot (ou spider, crawler – le crawl décrivant le mouvement d’une araignée sur la toile) pour parcourir systématiquement Internet à intervalles réguliers, dans le but de relever, étudier et répertorier (indexer) le contenu des pages Web. Ce robot est attentif à des critères prédéfinis. Il traite les résultats obtenus lors de son crawl
à travers un algorithme 5 qui détermine, par ordre de préférence, quelles sont les pages Web répondant le mieux à la requête d’un internaute. La recherche est formulée par des expressions clés composées d’un ou plusieurs mots-clés.
Si les moteurs de recherche se reposent jusque là sur la fréquence d’utilisation des expressions clés sur les pages Web, les créateurs de Google™ apportent un nouveau critère pour cibler et classer les pages Web correspondant à une demande particulière : la popularité (ou notoriété) d’un site Internet, symbolisée par le PageRank™.
La technologie PageRank™ examine à la fois le contenu et la structure des liens d’une page Web et attribue une note de 0 à 10 en fonction de son importance sur Internet. Cette notoriété gagnée à travers la communauté internaute est synonyme de vote par les utilisateurs et donc de pertinence de l’information dans l’esprit originel des créateurs de Google™.

1ère partie :La nécessité d’un code déontologique pour le référencement
1. Une histoire des moteurs de recherche
a. La nécessité des outils de recherche
b. Google™ : le moteur préféré des internautes en France
c. La raison du succès de Google™
d. Des concurrents suiveurs
2. Le référencement : un métier détourné de sa vocation originelle
a. Naissance d’un nouveau métier à la rencontre du marketing et de la technique
b. Des solutions temporaires transformées en dérives
c. Comment Google™ cherche à préserver sa notion de pertinence
3. L’internaute : le coeur de métier oublié du référencement
a. La prise de pouvoir de l’internaute et le respect de la Netiquette
b. Netiquette, charte éditoriale de Google™ et LCEN : même combat
4. Définition d’un code de déontologie pour le référencement
2ème partie :Le référencement naturel, dans l’intérêt conjugué des internautes et des moteurs de recherche
1. Pourquoi intégrer le référencement naturel en amont d’un projet de site Internet
a. Créer du trafic ciblé
b. Accessibilité et référencement naturel : mêmes valeurs
c. Usabilité : comprendre les attentes des internautes en matière d’usage
d. Définition du référencement naturel
2. Le référencement naturel, une solution durable et performante
a. Gains / Intérêts
b. Inconvénients
3ème partie : Aller au-delà du référencement éthique et naturel, ou comment
rendre un business modèle attractif pour l’internaute
1. Une démarche de Web Marketing innovante : le permission marketing
2. Etre en adéquation avec les nouveaux usages communautaires (Blogs, Wikis, etc.)

Cours gratuitTélécharger le cours complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *