Cours gratuit: La place du jeu dans la rééducation psychomotrice d’enfants avec autisme

Sommaire; La place du jeu dans la rééducation psychomotrice d’enfants avec autisme

Introduction
Partie théorique : Autisme et jeu
I L’autisme
A. Définition et critères diagnostiques
1.bref historique
2.critères diagnostiques : CIM 10
B. Déficits les plus fréquemment retrouvés dans l’autisme
1. Retard et hétérogénéité de développement
2. troubles moteurs (ex : motricité manuelle)
3. Particularités cognitives (Retard mental, trouble de l’attention…)
4. troubles sensoriels
5. troubles du sommeil et de l’alimentation
6. troubles psychiatriques
7. troubles neurologiques associés : épilepsie
C. Hypothèses explicatives
1. Primauté d’un déficit en théorie de l’esprit (Baron Cohen)
2. Primauté d’un déficit dans le traitement de l’information sociale et émotionnelle (Hobson et col.)
3. Primauté d’un déficit dans le traitement de l’information sensorielle
4. Primauté d’un déficit dans les FE
D. Prises en charges
1. Prise en charge pluridisciplinaire
2. Les méthodes
II Le jeu
A. Le jeu, un concept hétérogène
B. définitions
1. Définition de Reynolds
2. Définition de Brouguere en 5 caractéristiques
3. Définition courante et notion de plaisir
C. Les pré-requis du jeu
D. Le développement du jeu chez l’enfant ordinaire
1. Stades de PIAGET
a. stade de l’intelligence sensorimotrice : le jeu sensori-moteur (0-2 ans)
b. stade de l’intelligence préopératoire : le jeu symbolique (2-6 ans)
c. stade de l’intelligence opératoire : le jeu de construction (6-10 ans)
d. stade de l’intelligence formelle : le jeu de règle (10-16 ans)
2. Classification en référence à la littérature actuelle
a. jeu sensorimoteur
b. jeu fonctionnel
c. jeu fictionnel
d. jeu symbolique
E. fonctions du jeu
1. caractéristiques communes entre jeu et apprentissage
2. Le jeu soutient le développement psychomoteur
a. Développement cognitif et langage
b. Développement physique
c. Développement émotionnel
d. Développement social
III L’autisme et le jeu
A. Particularités de jeu chez l’enfant avec autisme
1.l’enfant avec autisme ne joue pas comme les « autres »
a. premiers stades acquis et caractéristiques
b. « faire semblant » : une étape difficile
2. importance du contexte et difficultés de généralisation (école, SESSAD, domicile…)
B. Hypothèses explicatives
1. Déficit en méta représentation : attention conjointe et TOM
2. Trouble de l’interaction sociale, cécité contextuelle et imitation
3. Déficits moteurs et psychomoteurs
4. troubles des FE et difficultés d’imagination
5. problème de traitement de l’information et cohérence centrale
C. Retentissements des difficultés de jeu chez les enfants avec autisme
1. au niveau du développement de l’enfant
2. au niveau de la famille
3. intérêt de travailler le jeu avec un enfant porteur d’autisme
D. Évaluation du jeu
1.Évaluation formelle
2.Évaluation informelle

……

Extrait du cours la place du jeu dans la rééducation psychomotrice d’enfants avec autisme

Partie théorique : Autisme et jeu
I L’autisme
A. Définition et critères diagnostic
L’autisme est un trouble neuro-développemental touchant 6,3 naissances sur 1000 environ selon les dernières études (méta-analyse Fombonne 2009) et plus fréquemment les garçons (sex ratio : 1/4).
1.bref historique
L’autisme est une pathologie qui a été décrite pour la première fois par Léo Kanner en 1943. La plupart des signes qu’il a décrits à l’époque sont encore valables aujourd’hui dans la forme classique d’autisme (incapacité à développer des relations, difficultés d’interactions avec les personnes, intérêt plus grand pour les objets que pour les personnes, retard et mauvaise utilisation du langage, jeux répétitifs et stéréotypés, grande résistance au changement, apparence physique normale et intelligence normale)
Par la suite il résumera le syndrome à deux éléments présents avant 2 ans :
– recherche d’immuabilité au travers de routines répétitives
– isolement extrême
– Bien que de façon générale les observations de Kanner soient vraies, certaines données ont été remises en cause par la suite :
-Kanner associait l’absence de stigmates physiques à l’absence de troubles organiques, or on sait aujourd’hui qu’il y a de nombreux troubles organiques associés.
– Il pensait que l’enfant autiste ne pouvait pas avoir de retard mental, or il est couramment admis aujourd’hui qu’un déficit intellectuel est associé dans 70% des cas.
-Bien que Kanner ait remarqué que ce trouble affectait les enfants dès la naissance, il avait aussi relevé qu’ils venaient tous d’un milieu assez aisé avec des parents qui se comportaient de « manière froide à l’égard de leurs enfants ». Cela a par la suite engendré de nombreuses hypothèses explicatives alors que cela venait en réalité d’un biais de l’échantillon (seuls les plus aisés pouvaient le consulter).
Aujourd’hui encore, certains parlent d’autisme de Kanner pour parler de la forme « pure » donc non associée à une pathologie neurologique (telle que la sclérose tubéreuse de Bourneville) mais il faut rester prudent car cela ne signifie pas, sans base biologique (on sait en effet aujourd’hui que les facteurs génétiques sont prépondérants).

LIRE AUSSI :  CANCER DE LA CAVITE BUCCALE

La rééducation psychomotrice
2.Critères diagnostics : CIM 10
La réalisation d’un diagnostic d’autisme et son évaluation est définie selon les recommandations énoncées par la Haute Autorité de la Santé (Recommandation pour la Pratique Professionnelle du diagnostic d’Autisme, HAS 2010). La classification de référence est la CIM 10 (Classification internationale des maladies version 10) de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé).
Selon la CIM 10, l’autisme infantile appartient à la catégorie des TED (Troubles envahissants du Développement). Pour pouvoir porter le diagnostic d’autisme infantile il faut :
-présence avant l’âge de trois ans d’anomalies ou d’altérations du développement dans au moins un des domaines suivants :
-langage
-développement des attachements sociaux ou interactions sociales
-jeu fonctionnel ou symbolique
-au moins six items dont :
-au moins deux concernant les anomalies qualitatives des interactions sociales réciproques
-au moins un concernant les anomalies qualitatives de la communication
-au moins un concernant les intérêts restreints et les comportements répétitifs et stéréotypés (cf annexes pour l’intégralité des items).

La rééducation psychomotrice
Ces trois catégories de symptômes sont souvent regroupés sous le terme de « triade autistique »
L’autisme est donc un trouble neuro-développemental qui affecte de façon sévère les interactions et la communication mais aussi bien d’autres aspects du développement des enfants qui en sont porteurs. De plus, bien souvent, d’autres difficultés sont associées.

……..

Si le lien ne fonctionne pas correctement, veuillez nous contacter (mentionner le lien dans votre message)
Cours gratuit: La place du jeu dans la rééducation psychomotrice d’enfants avec autisme (1.53 MB) (Cours PDF)
La rééducation psychomotrice

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *