Les représentations et les attentes des utilisateurs

 Les représentations et les attentes des utilisateurs

 Du point de vue de l’architecture

Nous nous sommes intéressés au regard porté par les acteurs de terrain sur la dimension architecturale de leur établissement (bâtiments, aménagement des espaces extérieurs) qu’ils peuvent comparer aux précédents établissements qu’ils ont fréquentés. Tous les établissements construits ou reconstruits répondent à un cahier des charges commun à l’ensemble des 12 collèges, mais portent en même temps une identité propre et sont intégrés dans un environnement spécifique. L’appréhension individuelle et collective du collège par les usagers rencontrés nous révèle des éléments sur son esthétique, sur ses valeurs transmises ou sur ses fonctionnalités. Un cadre de travail agréable et confortable.

Les termes « beau, lumineux, spacieux », souvent associés à des superlatifs (« magnifique ! »), apparaissent spontanément dans les discours des personnes interrogées. Ces dernières insistent également sur la modernité des lignes, les grandes baies vitrées, les puits de lumière à l’intérieur, les couleurs, les matières, la dimension des espaces mais aussi la propreté, la nouveauté (par opposition souvent à la vétusté des anciens collèges qu’elles ont pu connaître). « Ca donne de l’énergie, ça donne de la volonté que le collège soit neuf » (Enseignant). Différentes symboliques des couleurs et des matières. En y regardant de plus près, les couleurs sont diversement appréciées, les matières également. Le bois est plébiscité comme une matière noble, chaleureuse, en lien avec « l’enracinement de la connaissance » alors que le béton ciré, pensé comme une matière brute, grise et froide renverrait à un collège dont les travaux ne seraient pas terminés. Assorti de grilles à l’entrée, le béton évoquerait un univers carcéral, dont on retrouve également la symbolique dans une cour de récréation jugée souvent trop petite et entourée de murs ou de grillages assez hauts et sans arbres ou dans des murs « trop anguleux ».

CLiCours.com :  L’ADAPTATION DU MODELE GENERIQUE A LA SITUATION DES GRANDS CAUSSES.

« C’est rigide, c’est fermé, c’est carré, heureusement, il y a de la couleur et des espaces vitrés » pour « casser » cette image, selon un chef d’établissement. Les petits carrelages de couleur au mur dans les couloirs d’un collège renverraient à la symbolique des toilettes. Les représentations de la couleur orange sont assez variables. Pensée par les uns comme une couleur gaie, dynamique, elle peut également évoquer un apprêt de peinture sur des grilles d’entrée d’un collège selon une enseignante, voire la symbolique d’une prison selon des élèves de 4e . Les couleurs vives et différentes dans les couloirs, sur les murs, les portes ou les stores sont particulièrement appréciées pour leur dynamisme ou leur chaleur, déplorées néanmoins par quelques uns, notamment des élèves de 4 e rencontrés dans deux collèges différents qui évoquent les couleurs « trop flashy » d’un univers enfantin (couleurs « de la maternelle » ou de « la garderie ») qui ne correspondraient pas à leur âge.

Les couleurs sobres (beige, gris, blanc), « plus sages » sur les murs ou sur les revêtements des sols apporteraient de la sérénité propice au travail scolaire (notamment pour des élèves interrogés sur plusieurs niveaux), tout comme les jardins, les arbres. Des élèves de 6e fréquentant le nouvel internat dans un des collèges disent apprécier la vision de leur chambre, du jardin paysager avec, la nuit, les couleurs changeantes du bassin d’eau. Des élèves de 4e disent regretter que les couleurs de l’internat ressemblent à celles des salles de classe qu’ils apprécient pour travailler, mais souhaiteraient un cadre davantage personnalisé dans cet espace intime.

Formation et coursTélécharger le document complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *