Mémoire Online: La modernisation de la médecine japonaise d’Edo à Meiji (Rupture ou continuité ?)

 Sommaire: La modernisation de la médecine japonaise d’Edo à Meiji (Rupture ou continuité ?)La médecine japonaise

INTRODUCTION
MATÉRIEL ET MÉTHODE
CHAPITRE 1: LA FORMATION DE LA PENSÉE MÉDICALE JAPONAISE
I LA DEUXIÈME PÉRIODE SINO-JAPONAISE : D’UNE MÉDECINE CHINOISE SPÉCULATIVE VERS UNE MÉDECINE
PLUS EMPIRISTE
A Assimilation de la médecine des correspondances Jin-Yuan
B L’honzo gaku et l’école Kohoha (école des classiques) : vers plus d’empirisme
Conclusion de la partie « La deuxième période sino-japonaise »
Illustrations de la partie « La deuxième période sino-japonaise »
II LA PÉRIODE RANGAKU
A La transformation de l’anatomie
B La transformation de la médecine et de la thérapeutique
C La transformation de la chirurgie
III MEIJI
A Le paradigme expérimental allemand
B Le paradigme évolutionniste
C Développement d’une thérapeutique japonaise
Conclusion de la partie « Meiji »
CONCLUSION DU CHAPITRE 1
CHAPITRE 2: L’ÉVOLUTION DE LA PROFESSION MÉDICALE
I EVOLUTION DU SYSTÈME TRADITIONNEL
A Le système kagaku et la tradition des moines médecins
B L’évolution de la profession sous Muromachi
C La profession médicale pendant la période de séclusion
II MEIJI
A Le choix du système allemand
B La mise en place du nouveau système
CONCLUSION DU CHAPITRE 2
CHAPITRE 3: LA CRÉATION DE LA SANTÉ PUBLIQUE JAPONAISE
I L’ORGANISATION SANITAIRE À LA PÉRIODE PRÉMODERNE
A L’organisation sanitaire du Japon prémoderne
B L’émergence d’une pensée biopolitique
II LES DÉBUTS DE LA SANTÉ PUBLIQUE SOUS MEIJI
A Les raisons de l’adoption d’un système de santé publique moderne
B Structure et financement
C Les plans de santé publique
CONCLUSION DU CHAPITRE 3
CHAPITRE 4: EVOLUTION DES NOTIONS DE CORPS, DE MALADIE ET DE SOIN AU NIVEAU DE
LA SOCIÉTÉ
I LA CULTURE MÉDICALE POPULAIRE DE LA PÉRIODE PRÉMODERNE
A Concepts archaïques
B Concepts empruntés à la littérature savante
II LA MODERNISATION : UNE NOUVELLE DIALECTIQUE ?
A Devenir des concepts archaïques
B Passage du yojo à l’eisei
C Survivance de la médecine des correspondances
III LE CONSUMÉRISME MÉDICAL D’EDO À NOS JOURS : IMAGE DU MÉDECIN ET PLURALISME JAPONAIS
CONCLUSION DU CHAPITRE 4
ILLUSTRATIONS DU CHAPITRE 4
CONCLUSION
BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE
GLOSSAIRE
ANNEXES
ANNEXE 1 : REPÈRES CHRONOLOGIQUES AVANT ET APRÈS EDO
ANNEXE 2 : OUVRAGES OCCIDENTAUX ÉTUDIÉS PAR LES RANGAKUSHA
ANNEXE 3 : PUBLICATIONS JAPONAISES ET LEURS SOURCES D’INSPIRATION SOUS EDO
ANNEXE 4 : L’ÉLABORATION DU CONCEPT JAPONAIS DE SANTÉ PUBLIQUE
Nagayo Sensai et l’eisei
Shinpei Goto et le darwinisme social

Extrait du mémoire la modernisation de la médecine japonaise d’Edo à Meiji (Rupture ou continuité ?)

Matériel et méthode
Méthodologie :
Dans un premier temps, nous avons fixé le cadre de notre étude.
Pour cela, nous avons cherché à déterminer :
* les éléments que l’on pourrait définir comme les constituants fondamentaux de tout système médical (pensée médicale, aspects professionnels, offre de soin, aspects anthropologiques). Une fois définis, ces items délimitèrent la structure thématique de notre plan (axe thématique de la thèse).
* les repères chronologiques de l’évolution de la médecine japonaise. Ces éléments permirent de diviser notre exposé en phases significatives (axe chronologique de la thèse).
Dans un deuxième temps, nous nous sommes astreints à identifier les changements qui relevaient soit d’une maturation endogène, soit d’influences extérieures. Ainsi cette analyse exigea l’étude comparative des modèles médicaux importés au Japon (chinois, occidental).
Matériel :
Nous avons réalisé une revue de la littérature concernant l ‘histoire de la médecine japonaise et corollairement occidentale. Cette recherche s’est effectuée en langue française et anglaise, et accessoirement allemande. En dépit de l’abondance de sources en langue originale, notre étude a été obligatoirement limitée du fait de notre ignorance du japonais.
Nos mots-clés initiaux étaient : « médecine japonaise » (« japanese medicine »), « modernisation » (« modernization »), « Edo », « Meiji ». Au fur et à mesure que nous progressions dans notre étude, la recherche de mots-clés plus spécifiques s’imposa, mots-clés ayant trait à la culture médicale japonaise (« kampo », « ranpo », « Kaitai Shinsho », « Hanaoka Seishu », etc.), chinoise (« traditional chinese medicine », « TCM », « qi », « médecine Jin-Yuan », etc.) et occidentale (« vitalisme », « mécanisme », « Boerhaave », etc.).
La recherche des mots-clés s’est effectuée :
* dans des catalogues de bibliothèques (Bibliothèque interuniversitaire de Médecine, Bibliothèque de l’Académie de médecine, Bibliothèque nationale de France, Bibliothèque de l’École française d’Extrême Orient, Bibliothèque interuniversitaire des langues orientales, bibliothèque de la Maison de la culture du Japon à Paris, Bibliothèque du Muséum national d’Histoire naturelle, British Library, Bibliothèque Sainte-Geneviève)
* sur portails internet (le portail scientifique japonais anglophone CiNii, Google, Medline).
Ainsi notre matériel regroupe :
* articles de revue, encyclopédies, monographies, symposium, romans
* documents anciens (livres, manuscrits, estampes) sous forme numérisée accessibles sur des sites internet institutionnels : BIUM [34], Waseda library [355], Naito Museum of Pharmaceutical Science and Industry [88], Collection Kano de la Tohoku University Library, National Library of Medicine [340], University of California of San Francisco (UCSF) [342], Googlebook, Archive.org, etc.
* informations accessibles sur des sites internet spécialisés : site History of cultural contacts Europe – East Asia du Pr. Wolgang MICHEL (Professeur d’histoire de la médecine à l’Université de Kyushu) [206], site JapanNetherlands Exchanges in the Edo Period mis en place par la National Diet Library (Japon) et la Koninklijke Bibliotheek (Pays-Bas) [231], Website for History of the Body, Disease, Society and Medicine du Pr. Akhito SUZUKI (Professeur d’histoire de la médecine à l’université de Keio) [322], site de l’École française d’Extrême Orient, etc.
Indexation de la bibliographie et des notes de bas de page :
En fin de thèse, les références bibliographiques sont indexées par ordre alphabétique des noms d’auteur et numérotées. Dans le corps de la thèse, la citation d’une référence est signalée en fin de phrase par le numéro d’indexation de la référence placé entre crochets. Lorsque la source est un livre, le numéro de la page citée est fréquemment indiqué entre parenthèses après le numéro de la référence.
Enfin, les numéros placés en indice dans le texte renvoient aux notes de bas de page correspondantes.
Illustrations
Les illustrations proviennent pour la plupart de collections numérisées disponibles en ligne.
Leur source est identifiée en légende entre crochets.

………
Si le lien ne fonctionne pas correctement, veuillez nous contacter (mentionner le lien dans votre message)
La modernisation de la médecine japonaise d’Edo à Meiji (Rupture ou continuité ?) (14.74 MB) (Cours PDF)
La médecine japonaise

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *