PREVENTION PRMAIRE DE L’HYPERTENSION ARTERIELLE

Télécharger le fichier original (Mémoire de fin d’études)

REVUE DE LA LITTERATURE

Définir une frontière entre normo-tension et hypertension ne peut être établit de façon artificielle. La meilleure définition de l’hypertension artérielle(HTA) est donc probablement le niveau tensionnel à partir duquel le traitement commence à avoir plus d’avantage que d’inconvénient [13]. En 1999, l’ESH (European Society of Hypertens) avait aligné ses recommandations avec celles de l’OMS et de la Société Internationale d’ Hypertension (ISH). L’hypertension artérielle était définit quand les valeurs tensionnelles restent de façon permanente supérieure ou égale 140 mm hg pour la pression artérielle systolique (PAS) et /ou à 90 mm hg pour la pression artérielle diastolique (PAD). La pression artérielle étant mesurée à l’aide d’un manomètre à mercure ou à l’aide d’un manomètre anéroïde automatique ou semi-automatique [14]. Simultanément, la Société Européenne d’hypertension (ESH) a publié ses rapports en collaboration avec la Société Européenne de Cardiologie en 2003 puis en 2007 [15]. L’ HTA étant définit en grade à partir du seuil de 140/90 mmhg. En 2005 selon les recommandations de la Haute Autorité de Santé (HAS), l’HTA se définie par une pression artérielle systolique (PAS) supérieure ou égale à140mmhg et/ou une pression artérielle diastolique (PAD) supérieure ou égale à 90mmhg, mesurées au cabinet médical et confirmées au minimum par deux (2) mesures par consultation, au cours de trois consultations successives, sur une période de 3 à 6 mois. En 2008, de recommandations de pratique Clinique (Guidelines) pour la prise en charge des patients hypertendus ont été publiées aux Etats- Unies sous l’égide du National Heart Land and Blood Institute (NHLBI). Il s’agit là du septième rapport publié par cette instance (dénommé JNC7 : Joint National Committee), le dernier datant de 1997 (JNC6) [16]. Cette recommandation a introduit la notion de pré-hypertension définie par une PAS entre 120 et 139 mmhg et une PAD entre 80 et 89 mmhg dans le but de réduire l’apparition de l’HTA par la généralisation des mesures hygiéno-diététique dans cette population.
– En 2013, les nouvelles recommandations de la Société Française de lutte contre l’Hypertension artérielle (SFHTA) et de Société Européenne d’Hypertension (l’ESH/ESC) ont un même objectif tensionnel. Dans l’hypertension artérielle permanente, ces recommandations fixent pour :
– Tous les adultes âgés de moins de 80 ans, un objectif de pression artérielle systolique inférieure à 140 mmhg (pour la SFHTA, entre 130 et 139 mmhg) et de pression artérielle diastolique inférieure à 90 mmhg.
– Et pour les hypertendus âgés de plus de 80 ans, un objectif de pression artérielle systolique inférieure à 150 mmhg (pour l’ESH/ESC, entre 140 et 149 mmhg), et de pression artérielle diastolique inférieure à 90 mmhg. En 2014, le comité d’experts Américains publie sa 8ème recommandation (JNC8) qui est fondée sur l’evidence-based approach, c’est-à-dire les preuves scientifiques les plus robustes basées uniquement sur les études contrôlées et randomisées [17]. Pour les experts américains du JNC8, l’objectif tensionnel dépend de l’âge :
– Pour les hypertendus âgés de 60 ans et plus, il existe des preuves robustes pour recommander de les traiter en visant un objectif de pression artérielle inférieure à 150/90 mmHg.
– Pour les hypertendus de 30 à 59 ans, il existe des preuves robustes pour recommander de les traiter en visant un objectif de pression artérielle diastolique à 90 mmHg. En revanche, pour le JNC8, les preuves sont insuffisantes pour recommander comme objectif tensionnel une pression artérielle < 140/90 mmHg pour les hypertendus de moins de 60 ans en ce qui concerne l’objectif de pression systolique (PAS < 140) et pour les hypertendus de moins de 30 ans en ce qui concerne l’objectif de pression diastolique (PAD < 90)[17]. Les recommandations Américaines sont fondées sur les preuves scientifiques les plus robustes. Publiée le 15 Mai 2015, dans la toute dernière recommandation américaine du JNC-8 sur l’HTA, qui selon les experts, il existe des preuves solides et suffisantes pour soutenir le traitement d’HTA chez les patients de 18 ans à moins 60 ans; avec comme objectifs tensionnels une PAS < 140 mmhg et (PAD < 90). Le comité JNC8 a établit 9 recommandations. Le classement des recommandations a été fait sur la base des Grades et des niveaux de preuves solides utilisées :
· Grade A : indique le niveau de preuve scientifique solide établie
· Grade B : niveau de preuve modéré (Présomption scientifique)
· Grade C : niveau de preuve faible
· Grade E : niveau de preuve suffisante et réservé à la discision des Experts
Recommandation 1
Les experts recommandent l’initiation d’un traitement médicamenteux afin d’abaisser une TA systolique (TAS) de ≥150 mmHg ou une PA diastolique (TAD) de ≥90 mmHg pour la population générale à 60 ans ou plus (Grade A).
Recommandation 2
L’objectif de PAD pour commencer un traitement pharmacologique chez les sujets de moins de 60 ans est fixé à ≥90 mmHg. Sur la base des preuves disponibles. La recommandation pour les patients âgés de 30 à 59 ans est impérative (Grade A). Pour ceux âgés entre 18 et 29, la recommandation est sur la base de l’avis d’experts (catégorie E).
Recommandation 3
La cible de la Pression artérielle systolique pour commencer un traitement pharmacologique pour les sujets de moins de 60 ans est fixé à ≥140 mmHg (grade E).
Recommandation 4
Dans la population âgée de 18 ans ou plus ayant une maladie rénale chronique, ayant la Pression artérielle systolique ≥140 mmHg ou ≥90 mmHg, il est recommander d’initier un traitement pharmacologique pour abaisser; et traiter à un objectif de PAS <140mmHg et un objectif de PAD <90 mmHg (grade E).
Recommandation 5
La cible de la pression artérielle avant de démarrer un traitement pharmacologique chez la population diabétique âgée de 18 ans ou plus doit être <140 mm Hg, et <90 mmHg pour la PAD et (grade E).
Recommandation 6
Le traitement médicamenteux initial pour les sujets Noirs (y compris les patients diabétiques) devrait inclure un diurétique de type thiazidique, un inhibiteur calcique, un inhibiteur de l’enzyme de conversion de l’angiotensine(ACE), ou un antagoniste des récepteurs de l’angiotensine II (ARAII) (Grade B).
Recommandation 7
Le traitement médicamenteux initial pour les patients noirs devrait inclure un diurétique thiazidique ou un inhibiteur calcique. Ce traitement devait inclure les patients atteints de diabète sucré (Grade B), et le (grade C) pour les patients diabétiques noirs,
Recommandation 8
Pour les patients de 18 ans et plus ayant une maladie rénale chronique, la thérapie initiale ou additionnelle devrait inclure un inhibiteur de l’ECA ou inhibiteurs des récepteurs de l’angiotensine II, indépendamment de la race ou le statut diabétique (Grade B).
Recommandation 9
Une alternative pour la gestion des patients qui n’atteignent pas le contrôle dans un mois est recommandé. Si l’objectif est pas atteint, augmenter la dose du médicament initial ou ajouter un deuxième médicament à partir d’une des classes dans la recommandation 6. Un troisième médicament devrait être ajouté si le but n’est pas atteint avec 2 médicaments. Les médicaments d’autres classes peuvent être utilisés si la cible n’a pas été atteinte avec les classes recommandées, ou s’il y a une contre-indication à l’une des classes de médicaments recommandés. Les Inhibiteurs de l’ECA ne doivent pas être combinés avec des antagonistes des récepteurs de l’angiotensine chez le même patient. Un transfert en spécialité de l’HTN devrait être envisagé dans les cas compliqués ou en cas d’incapacité de contrôler pression artérielle (Grade E) [18].

LIRE AUSSI :  NODULES THYROÏDIENS

La prévalence dans le monde

Actuellement, on estime qu’environ 1 milliard de personnes dans le monde souffre de l’HTA pour 600 millions en 1960 et ce chiffre devrait encore augmenter avec le vieillissement de la population [19]. La prévalence de l’HTA dans le monde est de 26 %. Cette maladie est plus répandue dans les pays en développement. Ainsi 34,3 % des hypertendus dans le monde proviennent des pays développés et 65,7 %, sont issus des pays en développement. Et le nombre des hypertendus pourrait augmenter de 60 % pour atteindre 1,56 milliard en 2025 [20]. En France, la prévalence de l’HTA augmente avec l’âge : elle touche plus de 40% de l’ensemble des hommes et environ 50% des femmes après 70 ans. Or la proportion des sujets de plus de 65 ans s’accroît rapidement depuis 1995. Cependant, les prévalences déclarées sont largement sous estimées. Ainsi, plus de 50% de HTA sont méconnues chez les hommes et environ 35% chez les femmes [20]. Cette prévalence est différente selon les pays : par exemple chez des sujets de 35 à 64 ans, elle est de 27,8% aux Etats-Unis ; 55,3% en Allemagne ; 37,7% en Italie ; 46,8% en Espagne [21]. En outre, la prévalence de l’HTA augmente de façon préoccupante dans toutes les populations noires exposées au mode de vie urbain et occidental, notamment chez les femmes. Les traits épidémiologiques saillants c’est-à-dire l’augmentation de prévalence de l’hypertension, association à l’obésité et au diabète sont largement dépendants de l’effet délétère d’un environnement urbanisé et occidentalisé (Dans la Revue du Praticien en 2011, prévalence HTA dans la population Noire).

Table des matières

INTRODUCTION
PREMIERE PARTIE : REVUE DE LA LITTERATURE
I. EPIDEMIOLOGIE
I.1. Epidémiologie descriptive
I.1.1. Prévalence de l’hypertension artérielle
I.1.1.1. Selon l’âge et sexe
I.1.1.2. Selon le mode vie
I.1.1.3. Selon le niveau d’instruction
I.1.2. Caractéristique de temps
I.1.3. L’incidence de l’hypertension artérielle
I.1.4. Gravité
I.1.5. Coût
I.2. Epidémiologie Analytique
I.2.1. Les facteurs de risque d’hypertension artérielle
I.2.2. Facteurs de risque non modifiable
I.2.3. Facteurs modifiables
II. PREVENTION PRMAIRE DE L’HYPERTENSION ARTERIELLE
II.1. Stratégies individuelle de prévention des facteurs de risque cardiovasculaire
II.1.1. Estimation du risque cardiovasculaire global
II.1.2. Prise en charge hygiéno-diététique
II.1.2.1. Sevrage tabagique
II.1.2.2. Mise en place d’une activité physique régulière
II.1.2.3. Modification du comportement alimentaire
II.1.3. Prise en charge de l’hypertension artérielle essentielle
II.1.3.1. Evaluation du patient hypertendu
II.1.3.2. Objectifs thérapeutiques
II.1.4. Prise en charge des dyslipidémies
II.1.4.1. Evaluation du patient dyslipidémique
II.1.4.2. Objectifs thérapeutiques
II.1.4.3. Classes pharmacologiques disponibles
II.1.4.4. Stratégies thérapeutiques
II.1.5. Prise en charge du diabète de type 2
II.1.5.1. Evaluation du patient diabétique
II.1.5.2. Objectifs thérapeutiques
II.1.5.3. Classes pharmacologiques disponibles
II.2. Stratégies collectives de prévention cardiovasculaire
II.2.1. Indicateurs d’impact des mesures de prévention collective
II.2.2. Les stratégies de prévention collectives
DEUXIEME PARTIE : TRAVAIL PERSONNEL
I- CADRE D’ETUDE
I.1. Historique
I.2. Géographie
I.2.1. Relief, type de sol, pluviométrie
I.2.2. Population
I.2.3. Les infrastructures sanitaires
I.2.4. Les maladies courantes
I.2.5. Les difficultés du secteur de la santé
II- METHODOLOGIE
II.1. Type et période d’étude
II.2. Population d’étude
II.3. L’échantillonnage et l’échantillon
II.4. La collecte des données
II.4.1. Méthode de la collecte
II.4.2. Outils de collecte
II.4.3. Déroulement de l’enquête
II-4-3-1- Formation des enquêteurs
II-4-3-2- Supervision de l’enquête
II-4-3-3- Collecte proprement dite des données
II.5. Définition opérationnelle des variables
II.6. Analyse des données
II.7. Considération éthique
III- RESULTAT DE L’ENQUETE
III-1- Caractéristique sociodémographique de la population enquêtée
III-1-1- Le sexe
III-1-2- L’âge.
III-1-3- Répartition selon la scolarisation
III-1-4- Répartition selon le niveau d’instruction
III-1-5- L’activité socio-professionnelle
III-1-6- Données anthropométriques
III-1-7- Les antécédents répertoriés dans la population enquêtée
III-2- Prévalence globale de l’hypertension artérielle
III-2-1- Prévalence globale de l’hypertension artérielle
III-2-2- Pression artérielle : moyennes des pressions dans la population globale
III-2-3- Moyenne de la pression artérielle dans la population hypertendue
III-3- Prévalence spécifique de l’hypertension artérielle
III-3-1- Le sexe
III-3-2- Selon l’âge
III-3-3- Selon l’antécédent familial
III-3-4- Prévalence de l’HTA selon la scolarisation et niveau d’instruction
III-3-5- Selon l’activité socioprofessionnelle
III-3-6- Selon l’antécédent de diabète
III-3-7- Selon l’antécédent d’obésité
III-3-8- Selon la consommation de tabac
III-3-9- Sédentarité
III-3-10- Consommation d’alcool
III-3-11- Consommation de fruits et de légumes
III-4- Récapitulatifs
III-5- Résultats de l’analyse multivariée
DISCUSSIONS ET COMMENTAIRES
I- RÔLE DE L’ÂGE DANS LA SURVENUE DE L’HYPERTENSION ARTÉRIELLE
II- RÔLE DE L’OBÉSITÉ DANS LA SURVENUE DE L’HYPERTENSION ARTÉRIELLE
III- RÔLE DU DIABÈTE DANS LA SURVENUE DE L’HYPERTENSION ARTÉRIELLE
IV- LIMITES DE L’ETUDE
CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS
REFERENCES
ANNEXES

Télécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *