Les relations méronymiques nominales

Les relations méronymiques nominales

Les segments N de N

Il s’agit de la classe des noms d’artefacts2 qui peuvent figurer dans le cas des anaphores associatives en position d’holonyme voiture ou en position de méronyme siège, volant et qui favorisent l’effacement du deuxième élément dans le site anaphorique. La classe des artefacts présente une classe plus fine appartenant à la classe large des concrets. Le couplage s’effectue entre un holonyme appartenant à l’hyperclasse des < artefacts> et un méronyme qui réfère à une de ses parties. « Les noms de la première catégorie dénotent des objets définis comme des ensembles constitués d’éléments et ceux de la seconde catégorie, des objets définis comme les éléments de ces ensembles »3 , tel est le cas des parties siège et volant par rapport au tout voiture dans l’exemple suivant :

Ange ou pas, il était bel et bien dans [une] voiture, parfaitement inconnu, plutôt brun, plutôt long, plutôt voyou, confortablement installé sur le siège à côté du volant. JAPRISOT Sébastien, La Dame dans l’auto, 1966, p. 107 Ou encore le cas du méronyme écran par rapport au tout télé : (47) Elle allumait la télé dès le matin – il n’y avait pas alors d’émissions, juste de la musique et la mire sur l’écran -, la laissait marcher toute la journée en la regardant à peine et le soir s’endormait devant. ERNAUX Annie, Une femme, 1987, p. 86 Ou enfin le cas de Wagon méronyme de train (48) À peine vieilli il entrait chez lui avec Fred, son épouse, puis je les retrouvais dans un train, il était tour à tour à côté de nous et seul, plus loin, dans le wagon.

Les noms de méronymes

Il s’agit notamment des noms de dispositif, par exemple (écouteur), des noms d’organe (embout), des noms d’ouverture (regard), des noms de partie générique (face intérieure) et des noms de partie de vêtement (manche). Il est à noter que certains des substantifs reférant à des artefacts se prêtent aux deux configurations holonymique et méronymique selon le contexte. 1 SRA : dictionnaire électronique utilisé dans le cadre d’un traitement automatique des langues. 138 1.3. Statut argumental des noms artefacts et structure prédicative correspondante Ces noms artefacts sont de nature argumentale dans l’énoncé qui contient une anaphore associative méronymique. En effet, ils s’analysent par rapport aux prédicats auxquels ils sont liés sémantiquement lors de la restructuration de l’énoncé par récupération du prédicat partitif.

Dans les énoncés (46), (47) et (48) siège et volant s’analysent par rapport à voiture, écran par rapport à télé et wagon par rapport à train selon les données suivantes : Sièges et volant sont des parties de voiture Ecran est une partie de télé et wagon est une partie de train Les noms d’artefacts situés dans le cotexte gauche se comportent dans ce contexte précis comme étant des holonymes, alors que ceux situés au cotexte droit se comportent ici comme des méronymes. Ces substantifs holonymes et méronymes sont des argumentaux qui obéissent à des contraintes d’emploi assez particulières comme cela se manifeste à travers les emplois suivants : La voiture a ( ? un siège + ? des sièges+ *un certain siège) Mais La voiture a un siège cassé est acceptable. Ce qui veut dire que la construction avec avoir (ou l’un de ses substituts comme comporter, est constitué de, se composer) n’est vraiment acceptable que dans des conditions particulières où l’énoncé est générique. En effet, on ne trouve ce genre de construction que dans des discours explicatifs (discours didactiques, définitions, etc.) ou dans des structures énumératives de description. L’appareil x se compose d’un réservoir, d’une pompe, d’un tuyau…

CLiCours.com :  Justifier la réponse stratégique

Les noms artefacts sont pour la plupart des noms élémentaires : ils occupent une fonction argumentale soit en position de sujet, soit en position de complément par rapport au prédicat verbal. Or, il est posé que le prédicat prédomine les arguments, et que les occurrences des 1 BORILLO, 1999. 139 arguments sont subordonnées à celles des prédicats, ces derniers déterminent donc la position des arguments dans l’énoncé. La voiture (est composée de ; contient, etc.) carrosserie, siège, roue, moteur, volant, capot, etc. Carrosserie, siège, roue, moteur, volant, capot (est une partie de) la voiture. Les constructions contenant des noms artefacts corrélés par une relation de méronymie sont réductibles à la structure génitive N2 DE N1 : (49) Derrière les longues façades de brique rouge et les petits rideaux, un tel n’est plus, qui s’est pendu à la poignée d’une porte. 

En revanche, les noms de certaines parties, qui sont les parties appropriées, n’admettent pas la construction N1 à N2 : *Une lyre à cordes * Un clavier à touches *Une voiture à capot, etc. Il suffit d’insérer une extension au GN pour que la structure soit acceptable : (51) Votre rapsode qui tient à la main une lyre à quatre cordes, justifie bien, je le sais, les quatre notes que fait entendre la harpe dans l’orchestre. BERLIOZ Hector, Mémoires, t. II, 1870, p. 339. (52) Une harpe dont les cordes se tendent ou s’amollissent au gré des variations. BALZAC Honoré de, Les Illusions perdues, 1843, p. 579.

Formation et coursTélécharger le document complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *