Cours le contexte qui entoure langage XHTML

Cours le contexte qui entoure langage XHTML, tutoriel & guide de travaux pratiques en pdf.

Le contexte qui entoure XHTML

Un langage naît toujours dans un contexte particulier et il est généralement l’expression d’un besoin qui s’est fait ressentir à un moment donné. XHTML n’est pas une exception et j’ajouterai même que l’on ne peut pas comprendre l’intêret de ce langage de balisage sans connaître les enjeux de son existence.

Un langage de balisage

Avant d’aller plus loin, vous devez comprende une notion simple mais souvent oubliée, même par les initiés. XHTML est un langage de balisage. Cela signifie que la structure d’un document XHTML est créée à l’aide de balises. Ces balises, aussi appelées éléments, délimitent une fraction du document XHTML et se présentent comme suit :
On peut remarquer dans cet exemple qu’une balise peut contenir trois types d’informations :
• Un nom de balise : ‘html’.
• Une liste d’attributs : La liste des attributs ne contient qu’une entrée, il s’agit de l’attribut ‘xmlns’ dont la valeur est ‘http://www.w3.org/1999/xhtml’.
• Une chaîne de caractères qui peut être de deux types : CDATA ou PCDATAqui vaut ici ‘(…)’. Chaque élément accepte l’un de ces deux types de données. La différence est que la première ne contient pas d’autre balises (son contenu ne sera donc pas interprété par le parseur XML), la seconde, au contraire en contient (et sera donc parsée). Pour des raisons pratiques, nous appelleront simplement ces chaînes de caratères le contenu des balises.
Comme vous pouvez le constater, un élément est ouvert par une balise de ce type :(balise ouvrante) et il est fermé par une balise de ce type(balise fermante) qui, ensemble, délimitent le contenu. Le nom de l’élément est dans chacune de ces balises, par contre, seule la balise ouvrante accepte des attributs. Il arrive parfois qu’une balise soit ouvrante et fermante à la fois, dans ce cas, elle se note comme suit : . Le contenu est donc nul pour ce genre de balise.
Dans l’exemple, ci-dessous, ‘element1’ est un élément parent de ‘element2’. Autrement dit ‘element2’ est un élément enfant de ‘element1’.
Lorsqu’une balise contient d’autres balises, des règles simples s’appliquent. Tout d’abord, un élément peut avoir plusieurs enfants, mais ne peut avoir qu’un parent direct. De plus, un élément ouvert à l’intérieur d’un autre doit obligatoirement être refermé avant la fermeture de son élément parent. Autrement dit, les balises ne doivent pas être imbriquées comme ceci :
Enfin, il existe une hiérarchie qui oblige certaines balises à contenir obligatoirement une balise d’un type donné. Ainsi, la balise doit obligatoirement contenir des balises

  • et uniquement celles-cis.
    Cela est très simple malgré un abord peu évident. Il faut absolument savoir ces bases pour bien comprendre la suite de ce tutoriel et pour bien utiliser XHTML.

Avant XHTML
Avant XHTML, le web existait déjà . On utilisait donc un autre langage pour créer des sites Internet. Ce langage est HTML. Il est même encore utilisé par de nombreux webmestres.
HTML est aussi un langage de balisage qui a été très utile pour le développement d’Internet. Pourquoi le remplacer ? Car il a vite montré ses limites. En effet, à une époque où Internet évoluait du jour au lendemain, les balises HTML normalisées par le W3C ont été détournées par les éditeurs des navigateurs les plus connus à l’époque (Netscape et Internet Explorer). Ainsi, chaque navigateur avait ses propres balises propriétaires et un site qui fonctionnait sur Netscape ne fonctionnait pas forcément avec Internet Explorer et vice-versa.
La vocation du web de devenir un espace de libre échange de l’information était donc en péril car pour qu’il se réalise, encore fallait-il échanger des informations de même nature pour bien se comprendre. En fait, ce problème a été résolu par de nouvelles versions d’HTML. Cependant, les mauvaises habitudes se sont transmises tel un virus de la pire espèce (que j’ai moi-même contracté) et rares sont les développeurs qui ont créé des sites conformes aux standards à cette époque. De plus, la tendance permissive du HTML a plutôt encouragé les mauvaises habitudes des webmestres.
Une question légitime vous vient sans doute à l’esprit. Pourquoi XHTML a-t-il réussi là où tous ont échoué ?

Pourquoi passer à XHTML
Le XHTML est un langage hybride entre le XML et le HTML. Il ne s’agit, en fait, que d’une reformulation de HTML pour le rendre compatible avec XML. Jusqu’ici, rien de plus que chez le HTML…
C’est en fait, la rigueur du langage XML, dont a hérité le XHTML qui le rend si attractif. En effet, des notions de valorisation sémantique, de dissociation de la forme et du fond et d’accessibilité existaient déjà avec le HTML. XML a apporté de la structure à HTML ce qui permet de le rendre beaucoup plus facile à analyser pour les ordinateurs. XHTML est ce que tout langage devrait être : structuré, rigoureux et sensible à la casse.
Mais la rigeur du langage n’induit pas qu’il est immuable. On peut personnaliser le XHTML et même inventer ses propres balises.
Quelle différence avec le HTML me direz-vous ! Eh bien, toujours la même ! La rigeur ! En effet, cette création de nouvelle balise est permise, mais selon une méthode standardisée (les DTD) et héritée de XML. Bref, le compromis parfait.

Les principes indissociables
Le passage à XHTML ne serait rien si plusieurs principes novateurs qui ont révolutionné le développement de sites Internet et acceléré leur mise aux normes n’étaient pas respectés.
La dissociation de la forme et du fond du document.
Vers les années 90 on a vu apparaître des logiciels de création de site Internet (Front Page, Dreamweaver etc…). Ces éditeurs ont vite évolué vers une version WYSIWYG ce qui signifie, ce que vous voyez est ce que vous obtiendrez. Ces versions permettent de créer un site Internet visuellement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *