LES PERSONNIFICATIONS DES PROVINCES INCERTAINES ET ERRONÉES

LES PERSONNIFICATIONS DES PROVINCES INCERTAINES ET ERRONÉES

Les représentations incertaines

Ethnies ou provinces Dans bon nombre des cas, nous savons s’il s’agit de représentations d’ethnies ou de provinces suivant la période géographique, mais surtout grâce à la présence d’inscriptions qui les accompagnent, qui nous donne cette information. Ainsi nous savons que sur le portique du Sebasteion figurent des ethnies comme l’atteste la présence du terme ǼĬȃȅȊȈ devant le nom du peuple, sauf pour les îles. Les reliefs du Théâtre de Cordoue (Hispania Baetica) (FICHE 14) (PL. XIX, XLVI, CLXXX – CLXXXII) Lors de fouilles archéologiques effectuées dans la cour romaine du Musée d’Archéologie et d’Ethnologie de Cordoue en 1982, ont été retrouvés des fragments de reliefs qui, une fois rassemblés, forment cinq illustrations distinctes.

L’emplacement de cette découverte correspond à l’endroit où se situait le théâtre de la cité. Il est donc plus que probable que ces reliefs aient appartenu au monument de spectacle (PL. XLVI). Carlos Márquez Moreno identifie quatre des cinq figurations retrouvées comme étant des personnifications des provinces (PL. CLXXX – CLXXXI). Il émet cette hypothèse à partir de la toilette des figures qui selon lui s’apparenterait à celles de représentations de provinces. Il poursuit en indiquant qu’il faut malgré tout être prudent sur cette interprétation. Il ne donne pas plus de détails. Personnellement je ne pourrais pas dire s’il s’agit ou non de figurations de provinces romaines ou d’ethnies, mais, en raison de la tenue vestimentaire de celles-ci, l’hypothèse n’est pas à exclure. Néanmoins la tenue vestimentaire ne suffit pas à définir les figures car elles ne comportent pas d’attributs particuliers permettant une quelconque identification parmi les restes conservés.

CLiCours.com :  Grammaires de mots et langages

Libia : entre divinité et personnification de provinces Tête de Libia à Benghasi (Libye) (FICHE 18) (PL. CXCII)

D’après la chevelure épaisse et bouclée, et les traits négroïdes, tout porte à penser que nous avons affaire à la figure de Libia. L’attribution de cette tête à Libia, qu’elle soit déesse ou allégorie de province, est peu douteuse. En effet, un relief représentant Libia, conservé au British Museum1083 La statue a été retrouvée à proximité de Rome, or Franz Cumont fait remarquer qu’aucune représentation similaire illustrant Libia, n’a été retrouvée dans Rome et ses environs , possède exactement la même coiffure, également surmontée d’un diadème, que notre tête (PL. CXCIII).

Sur le relief l’identification de Libia est attestée par une inscription qui se trouve au bas du panneau. De par sa ressemblance plus que frappante, il est fort probable que nous avons bien affaire à la représentation de Libia. L’identification de la statue étant faite, un autre problème se pose. Comme pour le relief de Cyrène, avons-nous affaire à la déesse Libia, ou à la représentation de la province ? 1084. Cette absence de toute représentation de la Libye provient de Michele Jatta qui ne mentionne aucune illustration de la Cyrénaïque dans son ouvrage

Formation et coursTélécharger le document complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *